Accès par nom d'Auteur   

 

Les textes reproduits dans cette page le sont avec l’autorisation expresse des auteurs. Ils sont destinés à un usage individuel et non commercial. Toute reproduction collective est donc interdite sauf autorisation expresse à solliciter auprès du webmaster.



..RETOUR..

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

P

Q

O

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

 


A

 

 

ARABO Silvaine :  Les textes lus à l’émission du jeudi 8 septembre 2011 auxquels s’ajoutent quelques autres sont en ligne (voir doc)

 

Arrighi Paul  -TRENTIN -LEOPARDI.doc    citation de Vanzetti   ARRIGHI Paul

Texte de Paul ARRIGHI sur Silvio TRENTIN et Giacomo LEOPARDI, correspondant aux émissions des 11 juin et 25 juin 2009.

poeme sur la sposata  photo  aout 2009.doc     Arrighi Paul.doc    Omatge  a Tolosa.doc  Les Feux de  la Jeunesse.doc  Liberte.doc   Joli val de Luchon.doc  Trois traductions de Paul ARRIGHI voir doc  Les mansardes de Luchon.pdf

 

La Retirada 

Ils avaient fui, comme l’on pleure, 

Prenant pour bâton leur fusil, 

Sur les routes de Catalogne 

Le «desdichao» s’était levé ; 

Noir emblème de la défaite. 

Et les bombes jetées des avions 

Qui faisaient tant peur aux enfants 

Toi, Peuple fuyant le malheur 

A quoi rêvais-tu en ces jours ? 

 

Certains emportaient des valises,                       

Si difficiles à porter, 

Souvenirs de la leur vie ancienne 

D’autres n’avaient que des photos 

Des amours qu’ils laissaient perdus. 

Et puis ils ne savaient rien de leur sort. 

Comment seraient-ils accueillis 

Par les soldats à la frontière ?  

 

Il y avait les combattants, 

Qui savaient qu’il faut partir 

Pour échapper à la revanche 

Et puis, le Peuple Catalan 

Dans sa patience et son honneur, 

Qui suivait ses défenseurs 

Comment auraient-ils pu rester 

Quand flamboient bûchers et fusillades. 

  


 

Et la faim qui depuis longtemps, 

Les tenaillait avec ses crampes. 

Ils cherchaient partout à manger, 

Un œuf, un bout de chorizo, 

Ou même un bout de   galette. 

Parfois ils trouvaient du gibier. 

Comment se défendre sans force 

Quand, armes et pain, font tant défaut. 

 

Certains passaient par les sentiers 

Escarpés des Pyrénées. 

La plupart arrivaient à «Port Bou» 

Ou ils devaient rendre leurs armes, 

Ces combattants de l’avenir, 

Qui n’avaient eu qu’un temps d’avance 

Sur les chemins de la « débâcle ». 

Comment les démocraties pouvaient elles 

Laisser ces Peuples, sans défense ? 


 

Juste avant d’arriver en France 

Ils jetèrent un dernier regard 

Sur l’étendue des Pyrénées 

Et les sierras ocres au loin. 

Ils se remplirent de senteurs 

D’oliviers, de fleurs d’oranger. 

Ils avaient tant laissé derrière 

Qu’ils se sentaient nus, dépouillés 

De toute protection humaine. 

 

Ils rendirent armes, sans mot, dire, 

En masquant des larmes furtives, 

Du sentiment d’avoir perdu. 

Et leurs poings levés haut, à gauche 

Était comme un dernier adieu 

À la terre de leurs amours, 

Et à l’honneur de ceux d’entre eux, 

Qui étaient tombés à Jarama 

Ou noyés en franchissant l’Ebre. 


 

Ils furent   placés dans des camps, 

Sans chauffage et face à la mer, 

Car beaucoup avaient peur des «Rojos» 

Et des nouvelles qu’ils portaient : 

Faiblesse des démocraties, 

Fureur des guerres à venir 

Ils savaient ce que vivre veut dire 

Et Machado sut qu’il mourrait. 

 

 

Paul d’Aubin ( Arrighi à Toulouse  )  en  Juillet 2010 


 


Début | Fin

 


B

 

BAGLIN Michel    http://www.editions-rhubarbe.com/  Baglin.doc   -  baglin quelques textes.doc  -  Baglin Notice bio-.doc  -  biblio baglin.doc  -                          -  Lettre de Canfranc  -  les chants du regard
Début | Fin

 


C

 

CATHALO Geoges    [email protected] pour Saint-Paul.doc

COHEN Monique Lise  - COEUR et BANLIEUE.doc   SHABBAT ET DEVELOPPEMENT.doc  DerridaetLevinasBON.doc  ScienceGolem.doc

COSEM Michel - michel cosem01.doc     ecriture poetique

CRESPEL jean Pierre Biographie de Jean Pierre CRESPEL  Gizi V2.pdf  TELESMA.doc   TANOUR.doc   SHAMS.doc    Salon Caen vignette bis 2008  La Bienveillance  Hestia.doc  LUNARIO V12.pdf  Southern Blues 2.pdf   MEZZANINE  MEZZANINO    Promesse de la Rose d’Orient 01   Promesse de la Rose d’Orient 02  


  CAUJOLLE   Patrick : écrivain, poète 4 POEMES.doc

                                                     Les mystères de Haute Garonne   2008                 

                                                     Les mystères du Tarn et Garonne   2009

                                                     Les nouveaux mystères de Haute Garonne   2010      (De Borée éditeur)


Début | Fin

 


D

 



Début | Fin

 


E

 

Eckhard Elial Michel   Premieres pages du livre manuscrit.doc    le monde a l instant.doc  L'ange de vivre.doc

Je sais bien que c'est dans le temps que je dis ceci; qu'il y a déjà longtemps que je parle du temps, et que ce long temps n'est autre chose qu'un intervalle de temps Saint Augustin (Confessions, XI)

 S'il tourne en rond comme le soleil  le corps comprend plus de jours et de nuits que les années lumière. Il se couche rarement à l'autre bout du monde, veille les yeux ouverts sur ses ténèbres. Ses lendemains allongent mon ombre, cisaillent ma bouche qu'ils remplissent de syllabes lointaines, écho de quelque membre absent. Notre vie commune, hantée par une étoile, forcerait l'optimisme: faire la roue comme le cycliste étourdit tant il donne l'allure du mouvement. Pénétrer dans l'air, avant que nous parlions, arc-boutés entre ciel et terre, dans un temps suspendu. Si légère la bouche accroche le corps à la lumière, mouline les houles: le rouage des mots se met en route. Ce n'est faute de provisions, mais la parole vient au marcheur, élance sa marche vers l'étoile. Le corps tourne à l'horlogerie du monde, il avance, il retarde.

Le monde disparaît parfois dans mon corps, jusqu'à l'oubli, sur l'une de ses lèvres, de son nom. L'autre, attachée comme le jour à la nuit, dévore le temps. Eckhard Elial Michel

 ECKHARD.doc   qui parle de vivre.doc    Sur le chemin vers les anges.doc

 Colette ELISSALDE    Colette Elissalde.docx

 

 

Début | Fin

Khalid El Morabethi  000Quelques textes de Khalid EL Morabethi.doc

 


F

 


 Début | Fin

 


G

 

GELDMAN Mordechaï geldman.doc

Marie GOLA  poète, dramaturge, agrégée de lettres, enseignante, anime des ateliers d’écriture.  Jour.doc

GARCIA Cathy parcours poético précaire
Début | Fin

 

 


H  Heras Pedro   Volumes_poemas del argon.doc     Mes documents_PEDRO_bon de commande radio _.doc

 


Début | Fin

 


I

 



Début | Fin

 


J

 



 Début | Fin

 


K

 

KAOUAH : Les livres de tous les matins du monde.doc 


 Début | Fin

 


L

 

LAHU Roger  -  Roger_Lahu_2006.pdf  -  l a une arme dans les mains.doc  -

LADES gilles. Deux poèmes de   Gilles  Lades.doc
 

LEVESQUE Isabelle Isabelle Levesque.doc  Sur les arbres.doc
 Début | Fin

 


M

 

Marin Progreso  - carte de voeu 2008.ppt  - DES YEUX NOISETTES.doc  - ECALE DE NOIX.doc - En el somni del temps doloros.doc

Mokaddem Salim  Le_langage_des_poetes.pdf

Début | Fin

 


N

 

 


Début | Fin

 


O  

 

OHAYON Margo  LES SIGNES.doc  LIGNE DE RUPTURE.txt  Devant la gentiane  aphorismes poeme
A claude BRETIN     A Christian SAIN-PAUL    

 

Début | Fin

 


P

 

 PRIVAT Jaumes   ALENADAS.pdf  


PRESSNITZER Gil A pas d oiseaux sur la neige


Début | Fin

 


Q

 


Début | Fin

 


R  
REICH Asher
  poetes_israeliens.doc
RAFFAELLA le lierre  tre gladioli 

 


Début | Fin

 


S

 

  SAINT-PAUL  Christian  - Bibliographie de Christian Saint-Paul à jour en 2010

Des bris de jours  -  El barranco de la sangre (enregistrement sonore) -  - Le pauvre idiot  -  Mort du poète Claude Saguet

Entre ta voix et ma voix(enregistrement sonore)  -  Restez enchanteresse.doc  -  

 

SURRE- GARCIA Alem - Extraits du Double et du Divisible,  traduction provisoire de Martine Boulanger

 

 

Alain SUIED     Bonjour.rtf  De chute en chute.rtf  Sortir de la fausse mort.rtf   De l autre cote.rtf  Ombres capturees.rtf 

 


Début | Fin

 

 


T

 



Début | Fin

 


U

 


Début | Fin

 


V

 

VAUTIER Ben -  Alors Occitanie  -  LE POEME DU JOUR.doc    LETTRE AUX CANDIDATS ET CANDIDATES

Ce que je reproche à l'art contemporain officiel, c'est qu'il transforme, après leur mort, certains  simples « artistes-egos » en saints et martyrs.  En vérité chez les artistes il n'y a que des égoïstes dont certains  se démerdent, parce qu'ils sont plus hargneux que les autres.  Tous  Manzoni, Klein, Picasso etc. ne furent  en réalité que des super râleurs, super ego. Il suffit, pour vérifier, de demander à leur femme. (Quand je serai mort vous le demanderez à Annie)

Ben VAUTIER

Début | Fin

 


W

 



Début | Fin

 


X

 



Début | Fin

 


Y

 



Début | Fin

 


Z ZACH Nathan  Nathan Zach.doc

 



Début | Fin

 



Début  Fin