parutions

Retour

 

 

 2019

 

Retour


 

 
Images invisibles? Cliquez ici...

Editions Unes

des livres singuliers

Facebook Email Website

En librairie

Cédric Le Penven - Verger


 

 

 

 

le premier automne, j'ai creusé trente trous pour planter les arbres de mon verger

 


Vignette de Marie-Noëlle Gonthier
Imprimé en typographie
16 €, 80 p., EAN 9782877042024
 

Le verger n’est pas une métaphore, c’est un rapport au monde. Une attention constante au soin, à la forme des fruits, à la hauteur et la direction des branches. Une attention à des cycles plus vastes que l’homme. Faire croître c’est avoir conscience de l’environnement : pruniers, abricotiers, cerisiers, chaque arbre porte son caractère, sa nature. Patience, attention et gestes sûrs sont nécessaires à leur apprivoisement. Cédric Le Penven pèse les heures dans ce livre rythmé par l’écoute des branches et la récolte silencieuse de leurs fruits. Face à l’immobilité apparente de ces arbres, à leur impassibilité, on presse notre fatigue, notre porosité. Dans le fourmillement de vie, de plantes et d’insectes, on reste malgré tout des intrus, comme si notre capacité à englober toutes ces vies dans notre conscience et dans nos gestes nous en excluait. On cherche à poser notre marque humaine, à faire fructifier : on greffe, on transforme, on mute. Il y a une tension entre ces présences naturelles, l’intervention du gel, le refus mystérieux d’une greffe, le rejet d’un sol, et l’obstination de l’homme, ses outils pour faire plier la nature. Les arbres aussi tombent malades, portent leurs cicatrices. Il faut savoir avec précision ce qu’il faut couper, pour ne pas augmenter le mal, et nettoyer les plaies. C’est une des quêtes du livre, oser poser ses blessures « à l’air libre ».
Le Penven pose sur son verger une main qui cherche à apaiser, à guérir, à faire grandir. Une main douce et attentive, à rebours des coups et des poings de l’enfance. Contre tous ces arbres que l’on plante à l’intérieur de soi-même, et qui prolifèrent de façon anarchique, envahissante, que l’on est bien impuissants à tailler et qui donnent tant de fruits noirs. C’est que pour se guérir soi-même, la précision de nos gestes ne vaut rien ; on ne peut les porter vers soi. On a beau essayer de savoir, on ne connaît rien de ce qui nous agite et s’agite au-dehors. La mémoire, les enfants qui grandissent, les blessures logées à l’intérieur de chacun, pour tout cela il n’y a pas de manuel, et il « ne reste plus qu’à tout aimer sans rien comprendre ».

Cédric Le Penven est né en 1980. Agrégé de Lettres Modernes, il vit et enseigne dans le Sud-Ouest de la France. Spécialiste de l’œuvre poétique de Thierry Metz, il a publié une dizaine de recueils où se développe une interrogation du biographique dans le monde, entre réminiscences et voyages, quotidien et introspection. Son écriture cherche à cautériser les plaies de l’enfance et du temps présent, dans une quête constante de clarté. Il a obtenu le prix Voronca en 2004 pour « Elle, le givre », paru aux éditions Jacques Brémond, et le prix Yvan Goll pour son recueil « Nuit de peu », paru aux éditions Tarabuste en 2016. « Verger » est le troisième livre de Cédric Le Penven aux Editions Unes, après « Bouche-suie » en 2015 et « Joachim » en 2017.

Parutions récentes

Facebook Email Website

Editions Unes

13, avenue Pauliani - 06000 Nice

contact@editionsunes.fr

04 93 62 14 40 - 06 98 84 21 14

www.editionsunes.fr

 

Diffusion-Distribution : Les Belles Lettres


 

  

   


 


 

 

 

Retour

Retour

 

 

 

Retour

Chants tutélaires des tribus rassemblées
Poésies par Sabine Aussenac
voir :
https://sabineaussenacpoesie.home.blog/2019/04/22/journee-de-la-terre/
 

Retour

Belvedere N.58 
mars-avril 2019

Retour

Voir aussi :


 

- en version pdf :  https://share.orange.fr/?_=0oM#Gwv4uBD1Uc4840753ff2

 

- en version doc : https://share.orange.fr/?_=S6A#eU1bpVjaCk4840753f2b

 

Si les liens ne fonctionnent pas directement, vous pouvez les copier-coller.

 

http://lecitrongareeditions.blogspot.fr/

http://traction-brabant.blogspot.fr/

 

http://poesiechroniquetamalle.blogspot.fr/

http://cestvousparcequecestbien.blogspot.fr/

 

Retour

Retour

 

 

 

Dans la montagne Pyrénéenne une maison perdue devient l’enjeu d’une vie, où se mélangent l’imaginaire, la beauté de la nature, l’histoire des ours depuis la nuit des temps, le monde présent avec tous ses échos.

Michel Cosem, comme dans ses romans précédents élabore un livre qui transporte, fait rêver et donne aussi à réfléchir, sans oublier la magie des lieux.

 

(A.F)
 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le nouveau roman de Michel Cosem

(parution Juin 2019)

300 pages

20€ franco de port (Signature : Oui/ Non)

à adresser à Michel COSEM 2, allée des Allobroges 31770 Colomiers.

 

NOM ET ADRESSE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DernièreS  publications  d’Encres Vives

 

http://encresvives.wix.com/michelcosem

 

Collection LIEU :

341 – Marjorie TIXIER : Ile des offrandes (Bali)

344 – Roger COJEAN : La femme oiseau au pays de neige.

345 – Didier OBER : Dans la brume des songes. (Creuse III)

346 – Daniel LOUIS-ETXETO : L’attrait du bleu (pays basque)

347 – Théo CRASSAS : Les enfants de la lune ( Le Sud)

348 – Daniel RIVEL : Albâtre sur ciel (Normandie)

349 – Luc MONNIN : Et la montagne au fond (Cerdagne)

350- - Michel COSEM : La folle avoine et la falaise (Lot)

351 – Marjorie TIXIER : Sentier des promesses (La Corse)

352 – Paul BADIN : Tuffeaux (Val de Loire)

353 - Alain CASAURANG : Perles sur collier de sable.

354 – Arnaud  FORGERON : Neandertal à Gibraltar.

355 – Louis DANIEL-ETXETO (Rif marocain)

356 – Théo CRASSAS : Les noces de l’Ionie et de l’Occiranie

357 – Alain CASAURANG : Le chant des baobabs (Sénégal)

358 – Roger COJEAN : Et le rusé corbeau déroba la lumière .

359 – Alain RICHER : Cantiques des eaux marchandes. (Loire)

360 –Alain CASAURANG : Chœur de pierre (Carnac/Bretagne)

361 – Romain FUSTIER : Mont Blanc express. (Alpes)

362 – Michel COSEM : le moulin de Monbrun (Pays Tolosan)

363 – Jean-Michel TARTAYRE : Les cités des brumes bleues

364 – Paul BADIN : Lumières dans l’île (Chypre)

365 -  Philippe LEUCKX : Une chèvre ligure à Ischia.

366 – Ludmilla PODKOSOVA : La Nuit Neustadt (Alsace)

367 – Eric CHASSEFIERE : Le parfum du monde. (Java)

368- Annabelle GRAL : Midi à la pointe du lazaret

369 – Alain CAZAURANG : L’évidence des pierres (Irlande)

370 – Bénédicte MAMODE : En correspondance…

371 – Michel LAMART : Carnet d’Eire (Irlande)

372 – Gérard LE GOFF : Intermède vénitien.

373 – Christine HERVE : Mémoire d’île.

374 – Michel COSEM : Une ligne de flamants roses (Aude).

 

Collection ENCRES BLANCHES

710 - Estelle CANTALA : La dernière lueur.

711 – Fabien MARQUET : La main sur l’essieu

712 – Richard ROOS-WEIL : Le parvis des ombres.

713 – Alhama GARCIA : Aux grands absents

714 – Jean-Marc ROTH : La faille du jour

715 - Bernard MALINVAUD ; L’archipel des silences

716 – Pierre EYNARD : Les lanternes volantes..

717 – Mariana VACS : Personne ne meurt dans son rêve.

718 : Murielle COMPERE-DEMARCY :…Dans la danse de Hurle-Lyre & de Hurlevent.

719 – Ada MONTES : Cruzar/Croiser

720 – Béatrice PAILLER : Albedo.

721 – Luc MONNIN : Paroles de jardin.

722 – Daniel ABEL : D’or et de feu.

723 – Dominique ZINENBERG : L’intimité de l’air.

724 – Chantal ALBA :  Miroir et miroitements.

725 – Théo CRASSAS : Un pyrograveur

726 – Paul BADIN : Les cent pas.

727-  Ophélie ROQUE : Les enluminures.

728-  Jean Michel TARTAYRE : Neptune

729 – Arnaud FORGERON : Apprendre à aimer

730 – Charles AKOPIAN : L’herbier aux lignes fauves

731 –732 - Franck RABU : Split screen I  et II

733-  Claude FABER : Nos  reflets dans les arbres.

734 – Marianela MEDRANO : Choix de poèmes

735 - Roland VOEGELE !Mystique de l’insomnie

736 – Luc MONNIN : Chanson du sourire.

737 – Guillaume DREIDEMIE : Murmure

738 – Gérard LE GOFF : Carnet de songe

739 -  Jean-Michel JOUAN : Haute terre

740 – Michel CAHOUR : Des mots pour tout dire

741 –  Gérard LE GOFF : De l’inachèvement des jours.

742 – Véronique JOYAUX : Hauts lieux de vivre

743 -  Samuel MARTIN-BOCHE : Rue du sombre

744 – Théo CRASSAS : Le saint éboueur

745 – Jean Michel TARTAYRE : Face nord.

746 – Régine HA-MINH-TU : Mon pays botanique

747 – Patrick TAFANI : L’apparition.

748 –Bernard MALINVAUD : Lumière des Cœurs

749 – Carlos AGUASACO : Le métro de New York

750 – Patrick TAFANI :Mon ombre ici gravée.

751 – Dominique HECQ : Kosmogonies

752 – Michel COSEM : Battements d’ailes

753 – Jean-Jacques DORIO : Mon petit métier

754 – Hubert LE BOISSELIER : Un temps pour écrire

755 – Luc MONNIN : Peindre la nuit

756 – Gérard LE GOFF : Passants

757 – Théo CRASSAS : Sous le soleil du Bélier

758 – Fabien MARQUET : Anima

759 – Jean-Philippe SEDIKHI : Accroche cœur.

760 – Evelyne MORIN : Les bois flottés du jour.

761 – Eric DUBOIS : Incidences

 

ENCRES VIVES :

Jean JOUBERT : L’éternité de la rose (449)

Simone ALIE-DARAM : Syllabes (450)

Claude CAILLEAU : Un parcours littéraire atypique (451) **

Jean-Claude VILLAIN : L’ombre, l’effroi (452)

Marilyne BERTONCINI : La dernière œuvre de Phidias (453)

Thierry LASPALLES : Brefs éclats ( 454)

Michel COSEM : Le midi des coquelicots (455)

Eric CHASSEFIERE : L’inaccessible ici (456)

Veronica ARANDA : Tatouage (457)

Chantal DANJOU : Inutilité de voir venir (458)

Michel LAC : Une autre forme d’amour (459)

Arnaud CHEMIN-BOCAGE : Epos (460)

Paul BADIN : Poèmes à l’étroit (461)

Jean-Michel TARTAYRE : Poudre de jour (462)

Cédric LE PENVEN : Variations autour d’un geste (464))

Spécial Michel LAC (465)

Simon BREST : Des étésiens (466)

Jean-Jacques DORIO : La nostalgie du présent (467)

Chantal  DANJOU : La concomitante (468)

Jean-Marc ROTH : Cette nuit posée sur le nuit (469)

Ludmilla PODKOSOVA : Avec du bleu pour commencer (470)

Jacquy  GIL : Des mots à même les pas (471)

Jean-Michel TARTAYRE : Les sources (472)

Annie BRIET : Mieux habiter la terre (473)

Gérard MOTTET :Petite suite pour ombre et lumière (474)

Nathalie RINGAUD : L’équinoxe des songes (475)

Anne MOUNIC : Aux courbes du langage (476)

Gérard MOTTET : Dans l’ombre des étoiles (477)

Michel LAC : Poètes de Pernambouc (478)

Dominique MARBEAU : Les nuits secrètes (479)

Michel COSEM : Œuvres récentes (480)

Jean-Louis BERNARD ; Ce lointain de silence (482)

Germain DROOGENBROOT : Aube du chanteur (483)

Gérard LE GOFF : L’arrière-pays n’existe pas (484)

Jacques LOVICHI ; Au revoir et merci. (485)

Alain LACOUCHIE : Une pierre sans personne (486)

Jean-Michel BONGIRAUD : Le coin du tableau (487)

Chaque titre : 6,10€ franco de port auprès de Michel Cosem/, 2 Allée des Allobroges, 31770 Colomiers. Abonnement à 12 titres à paraître dans la série Encres Vives : 34

 

Retour

Dans cette 99ème lettre d'information, découvrez les nouveaux recueils de Stéphane Bataillon et François-Xavier Maigre, qui avaient tous les deux publié leur premier recueil chez nous il y a quelques années !

La lettre d’information n°99 – Avril 2019

Pour revisiter le monde

 

Ils nous proposent de reprendre nos destins en mains, de questionner la vie qui court à un rythme que l’on nous impose, qui n’est pas le nôtre, de promener un regard empathique et acéré sur les douleurs planétaires, grâce à la poésie. Stéphane Bataillon et François-Xavier Maigre, les deux jeunes poètes que nous publions ce mois-ci, sont de vieilles connaissances : nous avons édité leur premier recueil il y a quelques années. Et nous sommes sûrs que vous serez heureux de les retrouver, dans leur maturité poétique, car ils posent un regard aiguisé et sans concession sur notre époque. Une prise de parole qui porte haut et loin.

Ce mois-ci en librairie...

Contre la nuit
Stéphane Bataillon


Collection Soleil noir
En librairie le 4 avril
112 pages • 14 €

Cliquez ici pour en savoir plus sur le choix de l'éditeur...

• L’irruption des problématiques sociétales dans la poésie
• Un questionnement sur la place du bonheur et de la liberté dans le monde d’aujourd’hui
• Une langue épurée pour « changer l’abord du jour qui commence » par la poésie

Extrait :

« J’ai l’idée d’un poème
qui changerait l’abord
du jour qui commence

Qui te ferait sentir
le rayon de lumière
frappant la feuille tombée

Qui te rappellerait
d’une suspension de l’air
la beauté qui se cache

Dans ce tumulte-là.»

Photo Stéphane

Stéphane Bataillon

Poète et journaliste né en 1975, il a déjà publié deux recueils aux Éditions Bruno Doucey...

Découvrir sa bio...

Trois foulées plus bas
François-Xavier Maigre

Collection Soleil noir
En librairie le 4 avril
104 pages • 14 €

Cliquez ici pour en savoir plus sur le choix de l'éditeur...

• Le second recueil d’une des voix émergentes de la jeune poésie française
• La poésie d’un reporter qui s’est frotté à la réalité du monde
• Un livre qui témoigne de notre besoin d’harmonie et de spiritualité

Extrait :

« Le vent, les klaxons
la procession des souffles
rauques
Une bourrasque
me harponne avec fureur
ici commence
la langue noire des solstices. »

Photo François-Xavier

François-Xavier Maigre

Né en 1982, il s’est d’abord fait connaître sous un pseudonyme en composant des chansons. Journaliste dans la presse chrétienne, il s’est souvent rendu en reportage à l’étranger...

Découvrir sa bio...

Sélection de rencontres et soirées poétiques en avril 2019

Du 1er au 4 (Morges – Suisse) :
Caroline Boidé, Bruno Doucey et Laurent Cennamo sont invités aux Salves poétiques de Morges :
– mercredi à 11h, lecture collective à la Librairie Payot (Grand-Rue 50)
– jeudi à 17h : « Vous avez dit salves ? », conférence publique par Bruno Doucey (Gymnase)

Le 4 à 19h (Vincennes – 94) :
Vernissage de l’exposition « Exoplanètes », avec les poèmes de Stéphane Bataillon et les gravures de Ombline de Benque. À 20h, lecture-concert dessiné de textes issus du recueil Contre la nuit avec Mathias Lévy, violoncelliste.
Espace Sorano, 16 rue Charles Pathé / M° Château de Vincennes

Affiche Exoplanètes

Du 5 au 7 (Bordeaux – 33) :
Retrouvez-nous au salon Escale du livre, en compagnie de Jeanne Benameur.
À ne pas manquer, samedi à 11h30 : "De l'importance des mots", dialogue entre Jeanne Benameur et Carole Zalberg.  (Studio de Création)
Signature de 12h30 à 13h15, et de 14h30 à 16h30.
Quartier Sainte-Croix – Place Renaudel

Les 11 et 12 (Chambéry – 73) :
Maram al-Masri, Bruno Doucey et Michel Ménaché sont à Chambéry pour deux rencontres :
– jeudi 11 à 18h : Michel Ménaché, Mylène Besson et Bruno Doucey participent à une table ronde autour de Couleur des larmes. (Médiathèque Jean-Jacques Rousseau)
– vendredi 12 à 18h30 : rencontre à la librairie Garin. (Place Boulevard du Théâtre)

Rencontre librairie Garin

Les 12 et 13 (Albi – 81) :
Yvon Le Men participe au festival Tarn en Poésie :
– vendredi 12 à 20h30 : soirée publique à la Médiathèque Pierre Amalric (30, avenue Charles de Gaulle)
– samedi 13 à 16h : rencontre avec Thierry Renard et Yvon Le Men à la librairie @ttitude (21 Lices Georges Pompidou)

Le 13 à 19h (Besançon – 25) :
Carte blanche aux Éditions Bruno Doucey à la librairie Les Sandales d'Empédocle, avec les éditeurs Bruno Doucey et Murielle Szac, pour une présentation de la maison et des lectures à deux voix.
Librairie Les Sandales d'Empédocle – 95, Grande Rue

Le 16 à 19h (Vienne – 38) :
François Mathieu est invité par la librairie Lucioles pour une lecture poétique autour de Ceija Stojka et Hermann Hesse.
Librairie Lucioles – 13 place Charles de Gaulle

Le 19 à 19h (Paris – 75019) :
Retrouvez Mireille Fargier-Caruso pour le pré-lancement de son recueil Comme une promesse abandonnée, à paraître en mai. Lectures de poèmes, et exposition des dernières œuvres de la peintre Sylvie Touzery. Rencontre suivie d'un pot de l'amitié.
Bar restaurant Le Lescot – 5, rue Lassus / M° Jourdain

Mireille Fargier-Caruso

Le 24 à 20h (Paris – 75003) :
Sapho est à la Maison de la Poésie, accompagnée par Régis Savigny, pour une soirée "Aujourd'hui – Électronik-poèterie", mise en voix et en musique de son dernier recueil Aujourd'hui – Journal au bord.
Maison de la Poésie – Passage Molière, 157 rue Saint-Martin / M° Rambuteau

Sapho à la Maison de la Poésie
Pour réserver, c'est ici

Éditions Bruno Doucey – Cour Alsace-Lorraine, 67, rue de Reuilly – 75012 Paris
www.editions-brunodoucey.com


 


 

 

Retour

Voir Bulletin de complicité 
 

http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com

 

Retour

Publications

- Par tous les chemins, Florilège poétique des langues de France, N. Paganelli et M.J. Verny, coord. Préface de Jean-Pierre Siméon, ex-directeur du Printemps des poètes.

- Parution de Tròbas I 1947-1960 Poèmes, édition critique des poèmes d’Henri Espieux par Claire Torreilles.

- Paul Fabre publie La Cançon de la Crosada de Guillaume de Tudèle (texte, traduction, notes). Paul FABRE, agrégé de l’Université, docteur ès-Lettres, et professeur émérite de l’Université Paul Valéry, a été vice-président de l’Institut d’Etudes occitanes, président du Centre d’Etudes occitanes de Montpellier III, et pendant dix-neuf ans rédacteur de la Revue des Langues romanes.

Retour

Daniel Frayssinet nous communique :
 

je vous annonce la sortie de mon prochain recueil de poésie, illustré par les photographies de Jean-Luc Aribaud.

C'est le résultat d'une résidence artistique que nous avons passée à Barcelone l'année dernière.

Il est publié par les éditions CORRIDOR ÉLÉPHANT, sous le double titre VIVRE et M - R T

49 textes et 58 images imprimés sur un papier couché semi-mat 170 g

Édition limitée numérotée, signée et certifiée par un cachet à froid.

L'édition participative vient d'ouvrir à l'adresse suivante :

https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/vivre-mr-t-un-livre-de-jean-luc-aribaud-et-dani-frayssinet
Corridor Éléphant publie ses livres en édition participative. C'est le montant total collecté lors du financement qui définit le nombre d'exemplaires. Plus nous serons nombreux à soutenir l'édition, à la relayer sur les réseaux sociaux, à en parler autour de nous, plus le livre grandira.

Si vous souhaitez soutenir ou acquérir VIVRE / M - R T, et si vous pouvez le faire dès maintenant, cela renforcera le démarrage de la campagne et cela suscitera la curiosité, l'intérêt et l'engagement des autres personnes que j'entends solliciter par la suite.
Et je vous en remercie vivement.
Vous verrez, il y a plusieurs façons de soutenir le livre : plusieurs lots en fonction de ce que vous souhaitez. 

Le site met en avant un premier lot à 50 euros incluant des images tirées à part mais il y a d'autres offres à moindre coût. 

Le livre seul, c'est 33 euros : 28 + 5 de frais d'envoi.

Ensemble, nous pouvons donner vie à cette belle initiative, lui donner de l'ampleur et partager la satisfaction de l'avoir portée d'un même élan.
Un grand merci.

 dani

Pour le plaisir de découvrir toutes leurs activités : 
le site de Corridor Éléphant 
https://www.corridorelephant.com/

Dani FRAYSSINET

http://www.facebook.com/daniel.frayssinet.5?ref=tn_tnmn
 
et le site https://danifrayssinet.wixsite.com/dani-frayssinet

 

Retour

 - Le Passeur Éditeur - 
Avant-programme mai/juin 2019
voir doc

Retour

 

 
Éphémérides est composé de textes courts sous forme de Tanka et de Haiku accompagnés de dessins en couleurs. Cet ensemble s’inscrit dans la lignée du genre littéraire appelé “Nature Writing”.
 
Éphémérides est un retour sur soi, une résonnance portée sur le vivant, le temps des quatre saisons.
 
Éphémérides
 
 
Éd. Les Presses Littéraires
Collection : La petite épicerie de la poésie
 
Ft : 13,5 X 21 - 24 pages - 8 €
ISBN : 979-10-310-0538-6
 
 
Commander l'ouvrage

 
A propos de l'auteure

 
Sabrina Ambre Biller, artiste plasticienne, elle travaille comme graphiste, photographe et illustratrice (aka. Virginia Mons). Elle appartient à une génération d’auteurs et d’artistes qui illustre l’esprit, la nature et l’âme, avec une pointe de sarcasme et de lucidité tranchante. Sa démarche photographique est un cheminement où s’entrecroisent des jeux, de souvenirs renouant avec l’espace et le temps intérieur; une vision poétique sur nos modes d’appréhension du monde.

 
A découvrir également

 
 
 
Terra Incognita
 
Sabrina Ambre Biller & Lior Nadjar
Collection : atelier génétique
Ft : 21 X 15 - 70 pages - 12 €
éd. Les Presses Littéraires
 
Particules d'encre
 
Sabrina Ambre Biller & Virginia Mons
Collection : la petite épicerie de la poésie 
12 X 19 cm, 62 pages – 9 €
éd. Les Presses Littéraires 
 
 


 
Contact Sabrina Ambre Biller | Email contact[@]sabrinambre.fr - Nouvelle-Aquitaine (40)
A l'occasion de la parution d'Éphémérides et pour fêter le  printemps vous pouvez commander un dessin original avec cet ouvrage, vous êtes intéressé ?
 
,Prenons contact !
 
 

Retour

Retour

BASART

d'Alain Helissen

 

Livre unique, basart est un néologisme né de la contraction

de bazar et d'art. Son propos est de "taquiner"

quelque peu l'art contemporain mais sans le

dénigrer systématiquement ni lui manquer de respect. 

Les collages contenus

dans ce carnet ont tous été réalisés à partir

d'images prélevées dans un même numéro de

Beaux Arts magazine.

Les montages obtenus entremêlent des fragments

d'oeuvres contemporaines diverses. 

Comme s'il s'agissait de faire de l'art avec

de l'art. 

Basart comporte 19 collages originaux d'Alain Helissen.

Il se présente sous la forme d'un carnet de format

15 x 21 cm, papier brun, genre kraft, 40 pages.

Les textes, qui ont pour sujet l'art contemporain,

sont imprimés et collés en médaillon sur les pages de gauche.

 

Ce livre unique est proposé à la vente

au prix de 50 euros, port offert.

Réservation préalable à:

alain.helissen@live.fr

extraits des textes:

"Dieu n'a pas voulu de mon âme. Trop cher, m'a-t-il dit. J'en ai saupoudré mes créations artistiques."

"L'art contemporain ne désemplit pas. Il remplit le vide. Parfois avec le vide même."

"Le propre de l'art contemporain c'est de pouvoir se faire appeler Arthur avec Marcel figurant sur sa carte d'identité."

"L'art contemporain tient rarement compte des réalités ordinaires et elles le lui rendent bien."


 

          

 

Retour

Ce livre a fait l'objet de l'émission du jeudi 20 février 2019

voir la rubrique "Pour écouter les émissions"
       
 
    
 
    

Retour

 

Dans cette 98ème lettre d'information, Lyonel Trouillot, Marie-Bénédicte Loze et Sapho nous promettent de passer un Printemps des Poètes tout en beauté ! Et ce mois-ci, c'est dans plus d'une vingtaine d'événements que vous pourrez nous retrouver un peu partout en France.

La lettre d’information n°98 – Mars 2019

Voici le temps des passeurs de lumière

 

Déchiffrer le monde autour de nous, tendre son énergie pour éclairer le chemin, dénoncer ce qui salit, ce qui étouffe, ce qui fait peur ; et chercher furieusement, à coups de mots, l’étincelle de la beauté et de l’humaine fraternité : voici ce que les auteurs des deux livres que nous publions ce mois-ci tentent de faire. Alors, en ce Printemps des Poètes, plongez dans Cité perdue et dans Aujourd’hui comme dans une source de lumière. Et nous vous invitons aussi, partout en France, à célébrer la Beauté, autour de nos poètes et de notre anthologie.

Ce mois-ci en librairie...

Cité perdue
Marie-Bénédicte Loze & Lyonel Trouillot
Dessins de Ernest Pignon-Ernest

Collection Soleil noir
En librairie le 7 mars
80 pages • 14 €

Cliquez ici pour en savoir plus sur le choix de l'éditeur...

• Un livre écrit à quatre mains par le grand écrivain haïtien et une jeune Française qui signe son premier livre
• Un chant humain « élevé à hauteur d’idéal » pour dire non à tout ce qui enferme et aliène l’homme

• Un recueil accompagné par de très beaux dessins d’Ernest Pignon-Ernest

Extrait :

«
Voici venir le temps
des passeurs de lumière.

Et sur chaque sentier
Nous peindrons des soleils
aux teintes orangées,
Et des lunes légères
comme un rire d’enfant.»

Photo Lyonel Trouillot et Marie-Bénédicte Loze

Lyonel Trouillot  & Marie-Bénédicte Loze

L'un est l'une des grandes voix de la littérature francophone, l'autre est une jeune auteure qui signe ici son premier livre...

Découvrez-les...

Aujourd'hui – Journal au bord
Sapho

Collection L'autre langue
En librairie le 7 mars
128 pages • 15 €

Cliquez ici pour en savoir plus sur le choix de l'éditeur...

• Le livre des mille milliards de secondes d’un même temps
• Une énergie électro-pop qui secoue la langue de sa torpeur
• Un évocation singulière du vendredi 13 novembre 2015

• Une hybridation des formes qui conduira Sapho de l’écriture à la scène

Extrait :

« Et tandis que filent les nuages
couleur de vent
tandis que brise évanescente
peigne les grands arbres

mon aujourd’hui
n’est pas ton aujourd’hui

celui de chacun
de milliards d’autres
combien d’aujourd’hui en un ? »

Photo Sapho

Sapho

Chanteuse inclassable et polyglotte, capable de mêler la vitalité du rock aux influences berbères, orientales et africaines qu'elle porte en elle, elle est également l'auteure de romans et de recueils...

Découvrir sa bio...

Sélection de rencontres et soirées poétiques en mars 2019

Du 28 février au 2 mars (Château-Arnoux – 04) :
Bruno Doucey est invité autour de son recueil Ceux qui se taisent.
Rencontres tout public :
– jeudi 28 février à 18h30 : projection du film choisi par Bruno Doucey, « My sweet pepper land », suivie d’une rencontre au Cinématographe (96 route Nationale)
– samedi 2 mars à 10h : atelier d’écriture à la MJC puis balade poétique à partir de 14h30.

Le 4 à 19h (Paris – 75005) :
Sapho est invitée par Matthias Vincenot et Éric Poindron dans le cadre des "Lundis du livre" pour une présentation de son livre et une lecture.
Mairie du Vème – 21 Place du Panthéon / M° Cardinal Lemoine

Le 7 à 16h15 (Luxembourg) :
Intervention de Bruno Doucey autour du « Monde de l’édition : comment exister sur un territoire ? » lors de la journée professionnelle franco-luxembourgeoise, « Les enjeux transfrontaliers de la filière du livre ». Inscription obligatoire.
Abbaye de Neumünster – 28 rue Münster

Le 8 à 20h (Cormontreuil – 51) :
Lecture dessinée avec Zaü et les comédiens, Julie Duchaussoy et Yoan Charles, autour de l’ouvrage Dessinées – Visages de femmes, poèmes d’amour.
Réservation à la médiathèque au 0326352863.
Place de la République

Le 8 à 16h45 (Paris – 75009) :
Lecture musicale de Sapho, à l’occasion de la parution de son nouveau recueil, Aujourdhui, accompagnée par le musicien Christophe Rosenberg.
Galeries Lafayette Haussmann – 40 bd Haussmann / M° Chaussée d'Antin – La Fayette

Sapho et Isabelle Carré

 • Le 8 à 18h30 (Chambéry – 73) :
Vernissage musical de l'exposition "Couleur des larmes" de Mylène Besson. Exposition présentée jusqu'au 19 mai.
Médiathèque Jean-Jacques Rousseau, Carré Curial, Place Président Mitterand

 • Le 8 à 19h (Paris – 75006) :
Lectures bilingues des poèmes du recueil Cerise rouge sur carrelage blanc et rencontre avec Maram al-Masri et Bruno Doucey, à l’occasion de la Journée des droits des femmes.
Bibliothèque André Malraux – 112 rue de Rennes
Entrée libre – section adultes, 4ème étage

Le 9 à 18h (Issy-les-Moulineaux – 92) :
Soirée d’ouverture du Printemps des Poètes autour de notre anthologie, La Beauté – Éphéméride poétique pour chanter la vie, en présence des auteurs Hélène Dorion, Mireille Fargier-Caruso, Hala Mohammad, Caroline Boidé, Murielle Szac, Marion Collé, Claude Ber, Sabine Péglion, Matthias Vincenot, Étienne Orsini, Bruno Doucey et l'artiste Robert Lobet.
Espace Andrée Chedid – 60 rue Général Leclerc / M° Mairie d'Issy
Sur réservation au 0141238282

Le 9 à 12h30 (Bron – 69) :
Jeanne Benameur est invitée à la Fête du livre de Bron à l’occasion de la parution de son nouveau recueil, L’exil n’a pas d’ombre. Elle interviendra pour un dialogue avec Marielle Macé autour du thème « No(s) refuge(s) » puis sera en signature sur le stand de la librairie La Voie aux chapitres.
Salle Magic Mirror – Hippodrome Lyon-Parilly – 4-6 avenue Pierre Mendès France

Jeanne Benameur

Le 10 à 18h (Paris – 75003) :
Soirée de lancement de notre anthologie en lien avec le thème du 21ème Printemps des Poètes, La Beauté – Éphéméride poétique pour chanter la vie, en présence des poètes : Hélène Dorion, Katia Bouchoueva, Fabienne Swiatly, Caroline Boidé, Hala Mohammad, Murielle Szac, Yvon Le Men ; les auteurs de l'anthologie, Thierry Renard et Bruno Doucey. Performance picturale en direct avec Robert Lobet et improvisation musicale par Christophe Rosenberg.
Maison de la Poésie de Paris – Passage Molière – 157, rue Saint-Martin

Réservez ici !

Le 11 à 19h30 (Tours – 37) :
Rencontre avec Hala Mohammad et Bruno Doucey à la librairie La Boîte à Livres, après une autre rencontre à 16h à la bibliothèque de l’Université François Rabelais.
Librairie La Boîte à Livres - 19 rue Nationale

Le 12 à 18h (Orléans – 45) :
Rencontre autour de Max Jacob, « Un poète assassiné – La rafle de février 1944 dans le Loiret » avec Bruno Doucey et la comédienne Catherine Gautier.
Cercil Musée Mémorial des enfants du Vel d’Hiv – 45 rue du Bourdon Blanc

Le 13 à 18h (Rambouillet – 78) :
Rencontre avec Hélène Dorion autour de son recueil Comme résonne la vie.
Bistrot de La Lanterne – Place André Thome

Le 13 à 18h (Paris – 75015) :
Rencontre « Femmes de parole(s) » organisée par le PEN Club avec Hala Mohammad.
99 rue Olivier de Serres / M° Porte de Versailles

Le 14 à 17h30 (Lyon – 69002) :
Lancement de notre anthologie, La Beauté – Éphéméride poétique pour chanter la vie, en présence des poètes : Béatrice de Jurquet, Paola Pigani, Annie Salager, Roger Dextre, Patrick Laupin et Michel Ménaché.
Librairie Michel Descours – 31 rue Auguste Comte

Le 15 à 19h30 (Vincennes – 94) :
Rencontre avec Jeanne Benameur à l’occasion de la parution de L’exil n’a pas d’ombre, dans le cadre du cycle "Poétiques migratoires".
Librairie Millepages – 91 rue de Fontenay / M° Château de Vincennes

Le 15 à 20h35 (Paris – 75007) :
Dans le cadre de l'événement "Before l'Orient au féminin", retrouvez le quatuor jazz Faces, pour un spectacle avec et par Maram al-Masri.
Musée du Quai Branly – Théâtre Claude Lévi-Strauss, 37 Quai Branly / M° Alma-Marceau

Le 15 à 20h30 (Bourg-en-Bresse – 01) : Lecture-spectacle avec Claude Ber, poète invitée du Printemps des Poètes de Bourg-en-Bresse, organisé par l’association Voix mêlées, accompagnée par Frédérique Wolf-Michaux.
Théâtre Artphonème – 9 rue Lazare Carnot

Le 16 à 16h (Aix-en-Provence - 13) : Rencontre avec Caroline Boidé et Louis-Philippe Dalembert, organisée par la Fondation Saint-John Perse.
Bibliothèque Méjanes – 8 rue des Allumettes

 • Du 15 au 18 (Paris – 75015) :
Retrouvez-nous au Salon Livre Paris, stand L81. Cette année, c'est Bratislava qui est la ville à l'honneur : le poète slovaque Martin Solotruk est invité à cette occasion. Tous les jours sur notre stand de 12h30 à 12h45, voyagez en poésie avec notre animation « Euro’poètes » : une destination, un poème. Samedi à 16h, Bruno Doucey participera aux Flâneries littéraires autour du thème "Poètes... Vos papiers".
Retrouvez tous les horaires de signatures sur notre site.
Porte de Versailles / M° Porte de Versailles

Auteurs invités

Le 19 à 19h (Paris – 75006) :
Rencontre autour de Rita Mestokosho et Laure Morali.
Espace des femmes Antoinette Fouque – 35 rue Jacob / M° Saint-Germain-des-Prés

Le 21 à 18h30 (Paris – 75005) :
Rencontre « L’écriture amérindienne et ses enjeux contemporains » avec Rita Mestokosho et Laure Morali.
Bibliothèque Gaston-Miron – Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 – 13 rue Santeuil (Bât C – 1er étage)

Rita Mestokosho

 • Le 21 à 19h (Montpellier – 34) :
Rencontre autour de l'anthologie La Beauté – Éphéméride poétique pour chanter la vie, avec l'artiste Robert Lobet et les auteurs Lili Frikh, Marie-Christine Gordien, Stéphen Bertrand et Frédéric-Jacques Temple.
Librairie La Cavale – 24, rue de La Cavalerie

• Le 21 à 19h (Genève – Suisse) :
Laurent Cennamo est invité par la Société genevoise des écrivains pour une lecture de son recueil L'herbe rase, l'herbe haute, suivie d'un entretien.
Villa Dutoit - Chemin de Gilbert-Trolliet, 1209 Petit-Saconnex 

• Du 21 au 23 (Pamiers – 09) :
Rencontres avec Hélène Dorion.
– jeudi 21 à 19h : lecture à la médiathèque de Pamiers (1 place Eugène Soula)
– vendredi 22 à 20h30 : rencontre à la librairie Le Relais de poche à Verniolle (2 rue de la République)
– samedi 23 : rencontre au Carmel de Pamiers (7 place du Mercadal)

Le 23 à 15h (Quimper – 29) :
Lectures de Jeanne Benameur et Bruno Doucey, accompagnées en peinture par l’artiste Gilbert Conan.
Médiathèque de Quimper Bretagne Occidentale – Esplanade Julien Gracq

Du 21 au 23 (Bretagne) :
Tournée en librairies de Maram al-Masri à l’occasion de la parution de son dernier recueil, Cerise rouge sur carrelage blanc, et de la 7ème édition de « Thé, café & poésie » organisée par les Cafés-librairies de Bretagne.
– jeudi 21 à 20h30 : rencontre à la librairie Le Bel Aujourd’hui (19 rue Ernest Renan
22220 Tréguier)

– vendredi 22 à 19h30 : rencontre à la librairie Le Tagarin (15 rue Pasteur 22680 Binic-Etables-sur-Mer)
– samedi 23 à 20h : rencontre à la librairie La Dame blanche (5 Grande Rue 56290 Port-Louis)

Le 27 à 19h (Montauban – 82) :
Lecture dessinée avec Zaü et les comédiens, Julie Duchaussoy et Yoan Charles, autour de l’ouvrage Dessinées – Visages de femmes, poèmes d’amour.
Médiathèque de Montauban – 2 rue Jean Carmet

Le 28 à 20h30 (Lannion – 22) :
Rencontre avec Murielle Szac et Bruno Doucey à l’occasion des rendez-vous « Il fait un temps de poème » animés par Yvon Le Men. Tarif 6 €.
Librairie Gwalarn – 15 rue des Chapeliers

Le 29 à 18h30 (Annecy – 74) :
Lecture et rencontre avec Caroline Boidé autour de son recueil Kaddish pour l’enfant à naître, accompagnée du musicien Samuel Kamanzi.
Médiathèque Bonlieu – 1 rue Jean Jaurès

Le 31 à 16h (Montreuil – 93) :
Pré-lancement des recueils de Stéphane Bataillon et François-Xavier Maigre, Contre la nuit et Trois foulées plus bas, en librairie le 4 avril.
Restaurant Les Pianos / La Guillotine – 24 rue Robespierre / M° Robespierre

 
 
 

Éditions Bruno Doucey Cour Alsace-Lorraine, 67, rue de Reuilly – 75012 Paris
www.editions-brunodoucey.com

 

Retour

 

 

 

Retour

Voir Belvedere n° 57 Janvier-Février 2019

Belvedere a trente ans - Belvedere ha trent'anni

SOMMAIRE :

Avant-page 1: Andrea Genovese 

à l'Ostal d'Occitania de Toulouse

 le 14 février prochain à 18 h

Avant-page 2: Note de Christian Saint-Paul

 sur le roman Dans l'utérus du volcan

Belvedere d'Andrea Genovese

Un défi métaphysique (bilingue)

Idylles de Toulouse - Diarietto astronomico

Supercommissaires: Roman de la Rentrée

 et les Blousons Oranges

Super-commissari : Montalbano et la Piovra Mystica

LIVRES: Rachline, Gundmundsson, Kastelan, Blaga,

 Vulturescu, Nguyen-Schoendorff, katzmann

Belvedere de Vanessa de Pizzol

Pour un nouveau Belvedere (bilingue)

La lèpre jaune

Istituto Italiano di Cultura di Lione

Dix poètes italiens contemporains

Carnets

 

Retour

Une bien belle présentation

 de l'oeuvre du poète
Henri Espieux 
par le poète occitan 
Jean-Pierre Tardif
 sur le blog du poète
Jean-Luc Pouliquen :
  https://loiseaudefeudugarlaban.blogspot.com/2019/01/luvre-poetique-dhenri-espieux.html
 

Retour

Retour

Retour

 

Retour

Retour

 

 

 Patrice Maltaverne et l'association Le Citron Gare nous communiquent :

 

Vous trouverez ci-joint, pour votre information et/ou diffusion, des extraits du numéro 81 de Traction-Brabant désormais disponibles sur le Cloud d'Orange, et qui comprennent les poèmes ou textes courts de : Marie-Françoise Ghesquier, Fabrice Marzuolo, Céline Rochette-Castel, Stéphanie Bejian, Michel Talon, Éric Savina..

 

- en version pdf :  https://share.orange.fr/?_=foV#i2RJY58DeJ30ec12f3b0

 

- en version doc : https://share.orange.fr/?_=8EZ#KcbSa9RKAK30ec12f3a0

 

Si les liens ne fonctionnent pas directement, vous pouvez les copier-coller.

 

Vous trouverez enfin ci-dessous, quatre liens qui vous permettront d'aller faire un tour sur les deux blogs des Editions Le Citron Gare et de Traction-brabant, ainsi que sur les deux blogs de mes chroniques poétiques :

 

http://lecitrongareeditions.blogspot.fr/

http://traction-brabant.blogspot.fr/

 

http://poesiechroniquetamalle.blogspot.fr/

http://cestvousparcequecestbien.blogspot.fr/

 

Bonne lecture ! Vos remarques sont les bienvenues...

 

 

Retour

Retour

 

Deux recueils de méditation poétique devant la Vie et le Silence
Philippe Mac Leod, poète et écrivain contemplatif,
nous invite  à la contemplation et à l’attention à la vie dans sa fragilité
à travers ses deux nouveaux recueils
Le supplique du vivant et Variations sur le silence.
Aujourd’hui il réside en Bretagne.



Supplique
du vivant



 
Philippe Mac Leod


 
88 pages . 14 € . Parution : 16 janvier 2019
Il est des livres dont les mots touchent, ou presque,ce qu’ils désignent. Comme par transparence, s’effaçant devant ce qu’ils veulent transmettre ou faire partager, ils ne décrivent pas mais écrivent ce dont l’auteur vit, ce qui l'a poussé à entamer un chemin d’écriture en rupture avec le monde et ses artifices. Variations sur le silence et Supplique du vivant sont de tels livres. Silence et vie en constituent les deux foyers.



Variations sur le silence


 
Philippe Mac Leod


 
96 pages . 14,50 € . Parution : 16 janvier 2019
Des mots qui sourdent du silence de la contemplation, et qui reconduisent à la vie,non sans épouser dans l’intervalle son cours et les détours qu’elle prend dans nos existences ordinaires. Comment dire la vie silencieuse qui nous habite, sinon dans une écriture où poésie et réflexion se soutiennent dans une unité de style qui caractérise l’écriture de Philippe Mac Leod. Écriture de l’excès perçu dans l’attention aux choses et aux êtres, Supplique du vivant et Variations sur le silence se veulent comme un appel à écouter l’Essentiel, qui est Vie, Silence, Amour.

 
editionsadsolem.fr
 

 

 

Retour

 

Avec 100 AUTEURS, Un livre collectif et divers, pour le débat de notre temps.

"L’Autre Voie pour l’humanité"

Ouvrage collectif proposé par André PRONE, Poète et penseur militant

Présentation de l'Editeur sur ce lien : 

L’Autre Voie pour l’humanité – Les éditions Delga

 

 

Retour

 

 2018

 

Retour

Henri Espieux, né en 1923 à Toulon, est un des grands noms de la jeune poésie occitane de l’après-guerre. Vivement impliqué dans l’écriture et dans la construction de l’occitanisme, il vécut à Paris puis à Nîmes où il mourut en décembre 1971. Aujourd’hui, son œuvre est mal connue, en dehors de quelques poèmes d’anthologie. Les éditions JORN ont donc voulu éditer ou rééditer son œuvre poétique, en deux volumes, sous le titre de TRÒBAS, qui était le sien, en hommage aux troubadours. Le premier volume réunit les poèmes de 1947 à 1960 et le second ceux de 1960 à 1971.

L’édition critique, avec notes et traduction française, a été préparée par Claire Torreilles à partir des manuscrits conservés par le Cirdoc. Le choix fut fait de tout publier de l’œuvre, dans l’ordre chronologique de l’écriture : recueils composés édités ou en attente d’éditions qui n’ont pas vu le jour, feuillets épars, longs poèmes d’inspiration épique ou poèmes du hasard et du banal.

Espieux plus que quiconque a vécu la poésie comme un courant vital, le souffle du vent ou le ressac de la mer, et il n’a cessé d’en dire la nécessité quotidienne :

 Un jour sans éclair est un jour perdu,

Un jour sans vent et sans orage,

Un jour sans poème.

 


 

Voir bon de commande 


 

 Enric Espieux, nascut en 1923 a Tolon, es un dels grands noms de la jove poesia occitana de l’après-guèrra. Fòrça implicat dins l’escritura coma dins la bastison de l’occitanisme, visquèt a Paris puèi a Nimes ont moriguèt en decembre de 1971. Uèi, son òbra es mal coneguda, en defòra de qualques poèmas d’antologia. Las edicions JORN an donc volgut editar o reeditar son òbra poetica, en dos volums, jos lo títol de TRÒBAS qu’aviá fach sieu, en omenatge als trobadors. Lo primièr volum recampa los poèmas de 1947 a 1960, lo second los de 1960 a 1971.

L’edicion critica amb nòtas e traduccion francesa foguèt preparada per Clara Torreilles, partent dels manuscrits servats per lo Cirdoc. La causida foguèt de publicar l’òbra tota, dins l’òrdre cronologic de l’escritura : recuèlhs compausats e editats o en espèra d’edicions que se faguèron pas, fuèlhs esparpalhats, poèmas longs d’inspiracion epica o poèmas de l’asard e del banal.

Espieux, mai que degun, visquèt la poesia coma un regiscle de vida, lo buf del vent o la ressaca de la mar, e quitèt pas de ne dire la necessitat de cada jorn :

 

Un jorn sens son ulhauç es un jorn degalhat,

Un jorn sens aura e sens chavana,

Un jorn sens son poèma

 

 

Retour

https://gallery.mailchimp.com/4efa01a208405643865240847/images/6a314fb1-c21c-4d42-9948-af56ed288b48.png

Babel Heureuse, n°4
la revue poétique hypermédiatique

Dans ce quatrième numéro, nous avons la joie d'accueillir les contributeurs suivants :​

Guennadi Aïgui  •  Rafael Alberti  •  Pascal Boulanger  •  Laurent Cassagnau  •  Jean-Gabriel Cosculluela  •  Danièle Faugeras  •  Laure Gauthier  •  Miguel Hernandez  •  André Markowicz  •  Françoise Morvan  •  Gérard Pape  •  François Rannou  •  Elen Riot  •  Thierry Le Saëc  •  Bernadette Tintaud  •  Kari Unxova  •  Andreas Unterweger

 

 

 

 

 

 

https://gallery.mailchimp.com/4efa01a208405643865240847/images/af6be6f4-b153-4b1c-8560-f78ef05e77c6.png

Ô lecteur-passeur, à toi, passionné du verbe et de cette création chère à notre cœur, celle qui remue en dedans, celle qui se refuse à la politesse lissée et à la bien-pensance, la quatrième édition de la revue Babel Heureuse est enfin disponible !

Ils sont auteurs, artistes et poètes, tous réunis autour d’un numéro qui s’annonce à nouveau exceptionnel. Et de s’écrier, non, de s’époumoner : qu’importe la grisaille, qu’importe la méfiance qui, trop souvent, prévaut. Nous sommes là, et nous vivons, nous partageons, nous disséminons cette parole qui nous fait vibrer, nous donne à voir l’autre.

 

Je t’invite donc, ô lecteur-passeur, à découvrir ce nouveau numéro. Arpente son édition web, chemine depuis la magnifique édition papier, et vis.

 

Gwen Catalá


________________


 

Revue poétique semestrielle dirigée par François Rannou et l’éditeur Gwen Catalá, Babel Heureuse se veut un carrefour des langues et des arts, du mouvant, écho de la parole dite.

Elle ambitionne de devenir une référence de la création poétique contemporaine, donnant voix aux jeunes pousses autant qu’aux incontournables, et ouverte sur le monde, aux traductions et créations bilingues.

La revue paraît en édition papier, numérique enrichie et expérience web innovante.

 


 



 
 

Et n'oublie pas, la culture ne vaut que ce que l'on en fait !

Gwen Catalá

 

Retour

Marc Tison
"Des nuits au mixer" 
Ce livre fera l'objet 
d'une émission en janvier 2019
voir doc

 

Retour

Retour

            Jean-Pierre Boulic : « L’eau de la grève est si bleue »

 

 

 

   Jean-Pierre Boulic nous attire, dans son nouveau recueil, au « royaume d’enfance ». Mais, comme dans ses précédents ouvrages, c’est pour nous dire « la trace de l’infini qui habite toute créature au monde ».

 

   Le poète breton – il vit à la pointe nord-ouest du Finistère, dans le Pays d’Iroise - ne voit « pas autrement la poésie que parole sacrée, c’est-à-dire éclairée pour être donnée en partage comme nourriture spirituelle à l’inquiétude d’un monde profondément sécularisé qui peut empêcher l’humain d’être homme ». Il le dit lui-même dans un court texte qui clôture son livre. Et ajoute que la poésie est toujours « le fruit d’une expérience humaine ».

   C’est encore le cas dans ce livre (qu’il dédie au poète Philippe Mac Leod) où dominent, cette fois, les réminiscences du pays d’enfance. Qu’il s’agisse, par exemple, du préau où « traînent » ses « songes ». Qu’il s’agisse de « L’été dans le ruisseau/De cressons et de menthes/ (…) Où glisse le sourire/D’une mère attentive ». Qu’il s’agisse encore des « châteaux d’enfants/Forteresses menues/Avant la marée haute ».

 

   Les fleurs, les plantes, mais surtout les arbres et les oiseaux (que l’on retrouve dans trois dessins, ponctuant ce livre, de l’artiste Nathalie Fréour) forment ici, à, la fois,  un bestiaire enchanté et un herbier d’enfance. Si dans les Evangiles « les oiseaux du ciel ne sèment ni ne moissonnent », on les découvre chez Jean-Pierre Boulic « Pauvrement habillés/Réjouis par les miettes/Tombées des mains du ciel ». Manne providentielle à quoi s’ajoute la « présence des sources » car « Qui ne viendrait s’abreuver/D’une eau si vivante ? » (le puits de la Samaritaine n’est pas loin). Des références bibliques – discrètes – innervent, en effet, ce recueil. Ici « l’estran médite » et « les anges du lieu » sont « si proches de l’invisible ». Et quand le poète arpente la grève (où l’eau est si bleue), il peut écrire : « Je crois mon pas sans vanité/Au paradis des brumes/Habité d’oiseaux gris ».

 

    Jean-Pierre Boulic contemple le monde et n’en finit pas de s’extasier quand il côtoie, par exemple, ces « bleuets ensoleillés/Mettant sarrau d’écoliers ». Il inscrit aussi son dit dans cette « terre de Bretagne » aux « profonds horizons » et se souvient de « L’enfant tiré d’un blanc sommeil/Par la corne de brume ».

  Dans un terroir où, par des temps bien plombés, le ciel et la terre parfois se confondent, le mystère de la vie s’épaissit forcément. Le poème est alors là pour dire l’invisible et l’indicible.

 

                                                                                                 Pierre TANGUY.

 

L’eau de la grève est si bleue, Jean-Pierre Boulic, dessins de Nathalie Fréour, 97 pages, 15 euros, éditions Des sources et des livres, 2, rue de la fontaine, 44 410 Assérac (2 euros de frais de port)     

 

Vient de paraître - L'eau de la grève...JP.Boulic - Des Sources et des Livres.docx

 

Vient de Paraître

aux Editions Des Sources et des Livres :

 

L’EAU DE LA GREVE EST SI BLEUE

 

 

 

 

 

Voyelles qui vous envolez

Ô pauvres signes précurseurs

Je vous donne à l'oreille

L'enfance du poème

De ce mystère où s'auréole

L'âme jusqu'aux confins des heures.

 

 

 

La mer s'incline ici

Mes chants sont accrochés

Aux rochers de la grève.

 

Jean-Pierre Boulic, né en 1944, vit en Pays d’Iroise. L’ensemble de son œuvre a été distingué, à l’automne 2010, par le Grand Prix de poésie Louis Montalte de la Société des Gens de lettres et, en mai 2014, par le Prix Yves Cosson de poésie de l’Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire.

 

 

                        Bon de commande :

 

 

Nom       : ……………………………………………………………………………

 

Prénom : ……………………………………………………………………………..

 

Dessins de Nathalie Fréour

  Adresse : ……………………………………………………………………………………………………..

 

  ……………………………………………………………………………………………………..

 

  ………………………………………………………………………………………………………

 

  ………………………………………………………………………………………………………

 

 

 

  Souhaite recevoir ……. exemplaire(s) de : L’EAU DE LA GREVE EST SI BLEUE

  ISBN : 979-10-97070-07-6

 

  au prix de 15 € l’exemplaire (+2 € de participation aux frais d’envoi).

 

 

 

 

Commande et règlement, par chèque, à l’ordre de : « Des Sources et des Livres »

à adresser à :

 

   Editions Des Sources et des Livres

2 rue de la Fontaine

44410 Assérac

 

  http://www.dessourcesetdeslivres.fr

 

 

                 

Retour

L E  L I V R E  DE S  F O N T A I N E S  A R D E N T E S

5 5  a u t e u r s  e t  a r t i s t e s 
   
r a c o n t e n t  l ’A t e l i e r   I m a g i n a i r e 
 s o u s   l a c o n d u i t e  d e 
   G u y R o u q u e t  
 P r é fa c e  d e 
 G e o r g e s - O l i v i e r   C h â t e a u r e y n a u d
voir doc 
voir :http://revue-texture.fr/le-livre-des-fontaines-ardentes.html

Retour

"Vous prendrez bien un poème?"
 Courrier des Lecteurs numéro 85.
voir doc

Retour

 

Dans cette 95ème lettre d'information, des rendez-vous festifs et conviviaux pour passer la fin de l'année en poésie !

La lettre d’information n°95
Décembre 2018

Chacun cherche son poème

 

Le saviez-vous, chacun a un poème juste écrit pour lui. C’est ce qu’on appelle être sur la même longueur d’ondes. On peut passer toute sa vie à chercher cette petite musique intérieure, celle qui touche le cœur. Et si vous osiez, pour les fêtes de fin d’année, offrir des poèmes ? En espérant tomber juste et que votre cadeau soit inoubliable. Pour vous aider, nous nous sommes amusés à vous proposer quelques pistes. Mais avant tout, écoutez votre inspiration. Peut-être que, miracle de Noël, vous allez bouleverser un destin !
Une autre manière de vous aider à choisir, sera de faire la fête avec nous pour la Nuit de la Presqu’île !

L'arbre à pots M

Sapin

Nuit de la Presqu'île

Samedi 8 décembre dès 19h30, l'association des amis des Éditions Bruno Doucey vous donne rendez-vous à la Bibliothèque Crimée pour sa soirée poétique annuelle ! Nous serons en compagnie des poètes Stéphane Bataillon, Caroline Boidé, Marion Collé, Ysabelle Lacamp, Hala Mohammad... La présentation des dernières parutions de la maison sera suivie d'une scène ouverte aux adhérents et, bien sûr, d'un verre de l'amitié.

Bibliothèque Crimée – 42-44 rue Petit
75019 Paris / M° Laumière

Flyer Nuit de la Presqu'île

Livres & Curieux

Le week-end des 8 et 9 décembre, nous serons à Ground Control pour le salon Livres & Curieux ! L'occasion de compléter ses achats de Noël.

Ground Control – 81 rue du Charolais
75012 Paris / M° Gare de Lyon

Redécouvrir la Nuit de la Poésie, à l'Institut du Monde Arabe...

Retrouvez d'autres vidéos, notamment des lectures d'Habiba Djahnine et Müesser Yeniay sur notre page Facebook et sur la chaîne YouTube de l'Institut du Monde Arabe !

La comédienne Rachida Brakni lit les textes de Maram al-Masri

Lecture dessinée par Zaü

Lecture d'Hala Mohammad

Sélection de rencontres et soirées poétiques en décembre 2018

Le 1er à 20h30 (Montours – 35) : Spectacle autour des poèmes d’Yvon Le Men, mis en musique et chantés par Hélène Weissenbacher, « Comme la voix vers son chant ».
Centre culturel du Coglais – 1 rue Saint-Mélaine

Les 8 et 9 (Paris – 75012) : Retrouvez-nous au salon Livres & Curieux, la deuxième édition du Salon de l’édition indépendante, dans un lieu dynamique et chaleureux !
Entrée libre - Horaires : Samedi 11h-20h / Dimanche 11h-19h
Ground control – 81 rue du Charolais / M° Gare de Lyon

Les 8 et 9 (Issy-les-Moulineaux – 92) : Dominique Chipot sera au Salon du livre de haïku pour présenter notre dernière anthologie, Je ne peux le croire – Fukushima, Nagasaki, Hiroshima – haïkus & tankas mais aussi En pleine figure – haïkus de la guerre de 14-18.
Entrée libre – Horaires : 14h-18h
Espace Andrée Chedid – 60 rue Général Leclerc / M° Mairie d’Issy

Dominique Chipot

Le 8 à 19h30 (Paris – 75019) : Comme chaque fin d’année, retrouvons-nous pour de belles lectures poétiques, autour d’un verre de l'amitié, pour la Nuit de la Presqu’île.
Bibliothèque Crimée – 42-44 rue Petit / M° Laumière

 Le 11 à 14h30 (Nantes – 44) : Conférence de Bruno Doucey à l’université permanente de Nantes autour de l’anthologie Dessinées – Visages de femmes, poèmes d’amour, en compagnie de Zaü.
Université permanente - Amphithéâtre Kernéis – 1 rue Bias

Dessinées

Les 13 et 14 (Nantes – 44) : Bruno Doucey anime des ateliers d’écriture à l’université permanente de Nantes autour du thème « Pour un oui ou pour un non ».
Université permanente - 2 bis bd Léon Bureau

Le 13 à 17h30 (Saint-Germain-la-Blanche-Herbe – 14) : Rencontre avec Pef autour de son recueil, Toujours un mot dans ma poche, organisée par l’OCCE et l’IMEC.
IMEC – Abbaye d’Ardenne

Pef

Le 14 à 17h30 (Paris – 75002) : Ysabelle Lacamp sera en signature pour son roman Ombre parmi les ombres, qui a obtenu la mention spéciale de l'Académie des lecteurs du Prix Hors Concours.
Gibert Jeune – 15bis Boulevard Saint-Denis / M° Strasbourg-Saint-Denis

Ysabelle Lacamp

Le 15 à 10h30 (Caen – 14) : Conférence de Bruno Doucey dans le cadre du stage « Poésie, école, la beauté ! » organisé par l’OCCE.
Bibliothèque Alexis de Tocqueville – 15 quai François Mitterrand

Guirlande de livres

Éditions Bruno Doucey Cour Alsace-Lorraine, 67, rue de Reuilly – 75012 Paris
www.editions-brunodoucey.com

 

Retour

Belvédère n° 56

 

Retour

 

 

 

 

 

 

Retour

Spered Gouez  n°24 : Sens dessus dessous
La revue Spered Gouez / l’esprit sauvage est éditée, sous la responsabilité de sa responsable de rédaction et fondatrice Marie-Josée Christien,  par le Centre culturel breton EGIN et paraît chaque année depuis 1991 lors du Festival du Livre de Carhaix. Le n°24 sur le thème « Sens dessus dessous » sera disponible le week-end des  27 & 28 octobre 2018.

Depuis sa création, Spered Gouez place au centre de sa démarche « l’esprit sauvage » qui convoque l’alliance des sens et de l’esprit, de l’émotion et de l’intelligence. Plus que jamais, ce numéro appelle à retrouver du sens à notre existence, afin que notre intelligence et nos sens se ressourcent réciproquement,
« C’est une idée erronée, sans sens, d’opposer l’esprit et les sens. Ce sont nos fonctions biologiques élémentaires qui, en réveillant une palette d’émotions et de sensations, déclenchent notre activité cérébrale. La pensée a des ressorts insoupçonnés. Pour accueillir le monde en nous, pour penser, imaginer et créer, il nous faut sentir, regarder, toucher, goûter, entendre. L’activation de nos sens met notre pensée en mouvement et intensifie notre existence. Nos sensations, nos émotions, nos sentiments passent ainsi de notre corps à notre esprit. » Marie-Josée Christien (extrait de la présentation du n°24)

Au sommaire 
Couverture (1ère et 4ème) de J.G. Gwezenneg
Escale / Paouez : Salah Al Hamdani, une voix venue de Bagdad (dossier et entretien par Eve Lerner)
Avis de tempête / Taol kurun : carte blanche à Jean Rio
Mémoire / Koun : Le romancier Louis Guilloux (1899-1980), par Yannick Pelletier
Points de vue : L’au-delà du monde de Brigitte Maillard, lu par Denis Heudré, Gérard Cléry et Marie-Josée Christien
Coup de cœur de Jean Bescond : Armand Robin et Georges Brassens (2).
Chroniques Sauvages, critiques et  notes de lectures des collaborateurs réguliers et occasionnels de la revue.
Tamm-Kreiz : Jeanine Baude et les traversées du poème (dossier et entretien par Marie-Josée Christien).
Sens dessus dessous / Penn da benn : avec Salah Al Hamdani, Guy Allix, Louis Bertholom, Alain Brissiaud, Marie-Claude Bourjon, Tom Buron, Annie Cariou, Marie-Josée Christien, Gérard Cléry, Annie Coll, Chantal Couliou, Roger Dautais, Flora Delalande, Colette Gibelin, Jean-Marc Gougeon, Jean-Paul Le Bihan, Jean-Luc Le Cléac'h, Mérédith Le Dez, Patrick Lepetit, Eve Lerner,  Gérard Mottet, Tom Nisse, Patrice Perron, Morgan Riet, Jacqueline Saint-Jean, Sydney Simonneau et Murielle Vanderplancke.

 

150 pages ;  format 20,5 X 14,5 ; ISBN : 978-2-916820-16-3 ; prix de  vente en librairie : 16 €
Commande librairies : spered.gouez@orange.fr
Site de la revue : http://speredgouez.monsite-orange.fr

 

 

 

Retour

 Un beau cadeau pour les fêtes :
 une anthologie poétique des langues de France - édition bilingue

Aux éditions « LE BORD DE l'EAU », en souscription jusqu’au 31 décembre au prix de 22€  (voir doc):

 
Par tous les chemins, florilège poétique des langues de France, 
ouvrage coordonné par Norbert Paganelli et Marie-Jeanne Verny
Préface de Jean-Pierre Siméon, ex directeur du Printemps des poètes.

NB : Prix de vente public à la parution : 29 euros. Visualiser la table des matières sur le site de l’éditeur 

« Il y a des livres possibles, des livres pourquoi pas, des livres on se demande pourquoi, et des livres nécessaires : celui-ci en est un », écrit le grand poète Jean-Pierre Siméon dans la préface de cet ouvrage. Et il argumente ainsi son propos:


 

« Tout langue non conforme à la langue dominante est une terre de liberté. En outre nulle langue n'est seule: elle est toujours terre de migration, le français si profondément métissé depuis toujours, comme les autres. C'est donc une chance inestimable à mes yeux que le français cohabite en son lieu même d'usage avec d'autres langues  il me plait d'imaginer que des millions de locuteurs bilingues, voyageant chaque jour d'une langue à l'autre, apportent à la langue française des accents neufs, des mots oubliés, des syntaxes imprévues, des couleurs qu’elle avait perdues. C’est toujours la rencontre avec l'autre qui nous fait meilleur. »


 

On ne saurait mieux exprimer l’intention des coordonnateurs de ce projet collectif à l'opposé de tout enfermement identitaire, rassembler en un même ouvrage de 456 pages l’expression poétique contemporaine dans 5 langues de France dites « régionales », accompagnée d'une traduction française. Cette entreprise est la première en date. S'il existe des publications associant deux langues régionales (occitan et catalan, occitan et basque, occitan et corse, par exemple), nul n'avait jusque-là entrepris de rassembler en un même ouvrage la poésie contemporaine en alsacien, basque, breton, catalan, corse, occitan.

Pour l’oc, les poètes présents : Max Allier, Franc Bardou, Pèire Bec, Sèrgi Bec, Jòrdi Blanc, Benedicta Bonnet, Joan-Frederic Brun, Joan-Ives Casanòva, Estelo Ceccarini, Silvan Chabaud, Cecila Chapduelh, Michèu Courty, Joan-Pau Creissac, Jan dau Melhau, Marcela Delpastre, Miquèl Decòr, Maëla Dupon, Marc Dumas, Frederic Fijac, Joan-Claudi Forêt, Carle Galtier, Felip Gardy, Danièla Estèbe-Hoursiangou, Sèrgi Javaloyès, Danièla Julien, Joan-Peire Lacomba, Robèrt Lafont, Joan Larzac, Aurelià Lassaca, Bernat Lesfargas, Bernat Manciet, Joan-Francés Mariòt, Gui Matieu, Brigitte Miremont-Orazzio, Roland Pecout, Alan Pelhon, Joan-Maria Petit, Jaumes Privat, Andriéu Resplandin, Jan-Peire Reidi, Rosalina Ròcha, Maria Roanet, Max Roqueta, Ives Roqueta, Joan-Ives Roièr, Jan-Luc Sauvaigo, Joan-Bapista Seguin, Joan Pèire Tardieu, Didier Tousis

 

Les coordonnateurs :

Poète de langue Corse, NORBERT PAGANELLI a publié de nombreux ouvrages. Il a obtenu le prix de poésie corse en 2009, le prix de la création littéraire de la Collectivité Territoriale de Corse en 2014, et le prix du Livre Corse en 2015.

Agrégée de lettres, MARIE-JEANNE VERNY est professeure de langue et littérature occitanes à l’Université Paul-Valéry de Montpellier.

Éditions Le Bord de l’eau, 118, rue des Gravières — 33310 Lormont - TEL 05 56 20 19 21

contact@editionsbdl.com - www.editionsbdl.com - www.lamuette.be

 

Retour

Retour

L'émission "les poètes" consacrera prochainement

 une émission à Maram al-Masri

Dans cette 94ème lettre d'information, on vous présente une anthologie de haïkus pour dire non au nucléaire, ainsi que l'anthologie des lauréats du concours Poésie en liberté. Et de très nombreux événements où nous retrouver durant le mois de novembre !

La lettre d’information n°94

Un livre choc contre le nucléaire

 

Vous souvenez-vous de ces poilus qui écrivirent des haïkus dans les tranchées et que Dominique Chipot nous avait fait découvrir en 2013 ? Nous avions pris ces poèmes

Ce mois-ci en librairie...

Couverture du livre Je ne peux le croire

Je ne peux le croire – Fukushima, Nagasaki, Hiroshima, haïkus & tankas
Anthologie établie par Dominique Chipot

Préface d'Ysabelle Lacamp
Collection Tissages
En librairie le 22 novembre
128 pages • 16 €

Cliquez ici pour en savoir plus sur le choix de l'éditeur...

• Des haïkus bouleversants écrits par des poètes japonais témoins des grandes catastrophes nucléaires de l’Histoire

• Un livre passerelle qui relie en un même cri l’horreur de la première bombe atomique d’hier et la catastrophe nucléaire d’aujourd’hui

• 120 poètes qui se frayent un chemin dans les décombres pour apporter l’espoir

Extrait :

La boule de feu bleu
sur le moment je n’en vis
que la beauté !
73 884 atomisés morts
je ne le sus qu’après.
Oyama Takami

Sous le clair de lune
ma propre voix qui appelle
en vain mes enfants
Matsuo Atsuyuki    

Dans cet amas de
corps morts il y a encore
quelques morts qui vivent
Dake Shintarô

Photo de Dominique Chipot

Dominique Chipot

Dominique Chipot est l'un des grands spécialistes du haïku. Lui-même haïjin (auteur de haïku), il a écrit plusieurs essais, techniques ou historiques. En 2013, il a publié l'anthologie En pleine figure – Haïkus de la guerre de 14-18.

Découvrir sa bio...
Séparateur
Couverture Poésie en Liberté

Poésie en liberté 2018
Collectif
Préface d'Étienne Orsini

En librairie le 22 novembre
184 pages • 10 €

Cliquez ici pour en savoir plus sur le choix de l'éditeur...

• La publication des lauréats d’un concours international de poésie en langue française, ouvert aux lycéens, aux étudiants et aux apprentis
• Un livre écrit par des jeunes de 15 à 25 ans venus de tous les horizons
• Leblé en herbe de la poésie contemporaine

Extrait :

« C’est la fin de la journée
le poisson est rentré
la barque est repartie
les petits soleils s’éloignent
un grand verre de thé
pour réchauffer les mains et le front
la parole nue
on regarde la mer
et l’on parle de l’avenir »

Tarik Mahtout (Algérie)

Logo Poésie en liberté

Poésie en liberté

C'est le nom d’un concours international de poésie en langue française qui entre, en 2018, dans sa 21ème année. Il consacre de jeunes lauréats venus de tous les horizons...

Découvrir le concours...
Séparateur
Couverture Passagers d'exil, Dans un fracas de plumes et Vive la liberté

Bravo la jeunesse !
Notre anthologiePassagers d'exilintègre la prestigieuse sélection des White Ravens 2018, des 200 livres extraordinaires dans le monde. Quant à notre anthologie Vive la liberté !, elle est recommandée par l’Éducation Nationale, et figure sur la liste de référence pour le Cycle 3 aux côtés du recueil Dans un fracas de plumes d'Hadassa Tal !

Sélection de rencontres et soirées poétiques en novembre 2018

Le 2 à 18h30 (Nice – 06) : Annalisa Mari Pegrum et Sébastien Gavignet présentent les poèmes des femmes de la Beat Generation publiés dans notre anthologie Beat Attitude.
Librairie Vigna – 3 rue Delille

Le 3 à 19h (Nice – 06) :En première partie du Poetry Slam Nice, venez écouter la lecture bilingue d’Annalisa Mari Pegrum et Sébastien Gavignet des poèmes des femmes de la Beat Generation publiés dans notre anthologie Beat Attitude.
Entrée libre – consommation obligatoire
Théâtre de l’Impasse – 4 ruelle Saint-André (Vieux Nice)

Les 3 et 4 (Arles – 13) : Retrouvez Aurélia Lassaque au festival Paroles Indigo.
– le samedi 3 à 14h30 à l’espace Van Gogh pour Les salons de lecture (place Félix Rey)
– le dimanche 4 à 11h pour une lecture au phare de la Gacholle, poésie et slam en musique

 • Les 10 et 11 (Messey-sur-Grosne – 71) : Pef sera l’invité d’honneur de l’édition 2018 d’Alternalivres avec une rencontre-dédicace à la librairie la Mandragore de Chalon-sur-Saône (3 rue des Tonneliers) le samedi à 15h.

Du 16 au 18 (Paris – 75004) : Retrouvez-nous au stand C27 au Salon des éditeurs indépendants L’Autre Livre en compagnie de nos auteurs : Maram al-Masri, Caroline Boidé, Marion Collé, Ysabelle Lacamp, Hala Mohammad, Zaü, et de passage en France, Habiba Djahnine et Müesser Yeniay.
Horaires : vendredi 14h-21h / samedi 11h-21h / dimanche 11h-19h
Espace des Blancs Manteaux – 48 rue Vieille du Temple / M° Saint-Paul

Retrouvons-nous toute la nuit à L’Institut du Monde arabe pour fêter la poésie en compagnie de nos poètes invitées exceptionnellement pour l’événement, Habiba Djahnine et Müesser Yeniay, mais aussi nos deux poètes syriennes, Maram al-Masri et Hala Mohammad, et assistez à une lecture dessinée avec Zaü ; et pendant toute la nuit "Piochages poétiques" à partir de nos anthologies du Festival Voix vives de Méditerranée en Méditerranée : des comédiens liront des poèmes en arabe et en français.
Institut du Monde arabe - 1 rue des Fossés Saint-Bernard / M° Maubert-Mutualité

Nuit de la Poésie

Le 19 à 19h (Paris – 75012) : À l'occasion du passage en France de la poète turque Müesser Yeniay, les Éditions Bruno Doucey vous convient dans leurs locaux pour un moment de poésie en toute intimité, suivi d'un verre de l'amitié.
Cour d'Alsace Lorraine – 67, rue de Reuilly / M° Reuilly-Diderot

Du 19 au 24 (Strasbourg – 67) : Roja Chamankar et Tanella Boni sont invitées aux Rencontres mondiales de la Poésie de Strasbourg.

Le 20 à 14h30 (Nantes – 44) : Bruno Doucey reprend son cycle de conférences à l’Université permanente de Nantes, avec la présentation de notre anthologie Beat Attitude – Femmes poètes de la Beat Generation.
Université permanente - Amphithéâtre Kernéis – 1 rue Bias

Le 21 à 18h30 (Nancy - 54) : Lancement de l’anthologie Je ne peux le croire – Fukushima, Nagasaki, Hiroshima – haïkus & tankas, en présence de Dominique Chipot et Bruno Doucey.
Librairie L’Autre Rive – 19 rue du Pont Mouja

Le 22 à 19h (Issy-les-Moulineaux - 92) : Remise des prix de la 20ème édition du concours international Poésie en liberté, en présence des lauréats. Inscription obligatoire avant le 8 novembre.
Espace Andrée Chedid – Auditorium Niedermeyer - 60 rue du Général Leclerc / M° Mairie d’Issy

Le 22 à 19h (Lyon - 69) : Dans le cadre du festival Itinérances Tsiganes 2018, venez écouter les poèmes de l’auteure rom Ceija Stojka lus par Bruno Doucey.
Maison des Passages – 44 rue Saint-Georges

 • Les 24 et 25 (Pont-Saint-Esprit – 30) : Retrouvez Caroline Boidé, Hala Mohammad et Bruno Doucey pour une lecture à trois voix au 6ème Festival du Livre de Pont-Saint-Esprit, le samedi 24 à 18h30. Vous les retrouverez aussi, en signature, tout au long du week-end sur le salon, organisé avec la librairie Le Chant de la terre (horaires samedi 10h/18h30 et dimanche 10h/18h). Bruno Doucey participera également à une table ronde « Traduire la poésie » à 11h30 sur le salon.
Centre Pépin - avenue Gaston Doumergue

Photos de Caroline Boidé, Bruno Doucey et Hala Mohammad

Le 24 à 15h (Romorantin – 41) : Rencontre-lecture avec Maram al-Masri.
Médiathèque Jacques Thyraud – 20 Fbg Saint-Roch

 Le 27 à 19h30 (Montreuil – 93) : De passage en France, notre auteure iranienne Roja Chamankar nous offre une lecture bilingue avec Bruno Doucey & Murielle Szac, accompagnés au ney par le musicien Yassin Vassilis Cherif.
La Guillotine, bar Les Pianos – 26 rue Robespierre / M° Robespierre

Affiche Roja Chamankar

  Rencontre et lectures bilingues avec Maram al-Masri a l’occasion de la parution de son recueil Cerise rouge sur carrelage blanc, accompagnée par Bruno Doucey et par sa préfacière Murielle Szac.
Librairie Les Guetteurs de vent – 108 avenue Parmentier / M° Parmentier

Maram al-Masri aux Guetteurs de vent

Du 28 novembre au 3 décembre (Montreuil – 93) : Retrouvez-nous sur le stand du Grand Marché au Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, avec notamment cette année, en signature : Pef et Zaü. À ne pas manquer : une lecture dessinée en direct de Zaü et une rencontre avec Pef le lundi pour les professionnels.
Horaires : Mercredi et jeudi 9h-18h / Vendredi 9h-21h30 / Samedi 9h-20h / Dimanche 10h-19h / Lundi 9h-18h
Espace Paris-Est-Montreuil, 128, rue de Paris / M° Robespierre

Pef et Zau

Les 30 novembre et 1er décembre (Aix-en-Provence – 13) : Retrouvez-nous sur notre stand au Salon du livre Afro-caribéen, en compagnie de notre auteur Louis-Philippe Dalembert, qui lira des extraits de son recueil En marche sur la terre le vendredi à 16h45, et qui participera au débat « La littérature afro-caribéenne au défi de l’actualité » le samedi à 14h30.
Horaires : 10h-19h
Cité du livre – Bibliothèque Méjanes – 8-10 rue des Allumettes

Louis-Philippe Dalembert
Logo Facebook
Logo Instagram
Logo Twitter

Éditions Bruno Doucey Cour Alsace-Lorraine, 67, rue de Reuilly – 75012 Paris

 

Retour

 

Une émission sera prochainement 
consacrée à ce livre.

 
 
 
 
Un événement éditorial exceptionnel
 
 
 
 
 Correspondance complète
d'Emily Dickinson
 
 
 
 
La publication de ce fort ouvrage, contenant sa Correspondance complète, est un événement majeur de l’édition française : jusque lors, ses missives ont donné lieu à quelques éditions très incomplètes ou thématiques. 
Hormis les lettres vraisemblablement détruites, toutes celles écrites par Emily Dickinson ont été ici assemblées. Autant que possible, elles ont été classées selon un dispositif chronologique.
.
en savoir plus...
 
15,5 x 24 cm
 
40 €
 
 
 

Les titres publiés sont disponibles sur www.editionsorizons.fr
Vous pouvez aussi les commander à :
 

 

Retour

Belvedere n.55 septembre-octobre 2018

 

 

SOMMAIRE

 

Cupidon sur Garonne

Bis: Mélanchon violent ?    

 Di Maio Salvini Conte, la Simpatica Trinità

Le Festival Lumière chroniqué par un terroriste

RETROUVAILLES TOULOUSAINES :

L'amour fou reporté, Tolosa all'italiana (Cristina Noacco)

Haïkus en prose, Tolosetti in italiano, Le coup de foudre

Livres (libri) :

 Thierry Montoriol, Alexis Gloaguen, Atti del seminario su Pascoli

Super-commissari : Di Montalbano figli siamo, 4o episodio

Supercommissaires: Roman de la Rentrée


VoirBelvedere 55

 

Retour

Vient de paraître

 

Michel Costagutto

 

L’INCONNUE DU CHILI

image.png

 

Éditions Villa-Cisneros

 

 

« Cette photo de jeune inconnue et disparue, jamais identifiée, je l’ai gardée dans mes scrap-book ; j’avais des centaines de scrap-book 24X32, passant d’un appartement de 140 m2 à un autre de 45 m2, j’ai arraché à la va comjtepousse des feuillets de-ci, de-là, et l’inconnue n’y figurait pas... disparue une seconde fois. »

M.C.

 

 

 64 pages

14,5cm X 22cm

8 € +3 € de frais d’envoi

 

Commandes à l’ordre de Michel Costagutto

50 rue Victor Clappier

83000 Toulon

  

LA POÉSIE SAUVE

(Rémy Durand)

 

Retour

JULIEN BLAINE

 

Dernières parutions : 

Les livres :

 

 

 

 

 

**************

 

Retour

Dans cette 93ème lettre d'information, découvrez nos deux livres du mois d'octobre, qui mettent les femmes à l'honneur. Sous le crayon tendre et affûté d'un illustrateur renommé, par la voix sobre et vibrante d'une grande poète syrienne, et grâce aux textes charnels et amoureux d'une vingtaine de poètes, nous vous invitons à chanter les femmes.
Et bien sûr, retrouvez-nous tout au long du mois lors d'une dizaine de rendez-vous !

La lettre d’information n°93
Octobre 2018

Dans l'intimité des femmes

Elles sont vivantes, terriblement vivantes les femmes que nous mettons à l’honneur ce mois-ci. Qu’elles travaillent, courent, lisent, créent, fassent du vélo ou dansent, qu’elles rient ou pleurent, murmurent, crient ou se taisent, qu’elles souffrent, aiment ou se révoltent, elles sont belles toutes les femmes incarnées par Maram al-Masri dans Cerise rouge sur carrelage blanc, toutes les femmes dessinées par Zaü et chantées par les poètes dans Dessinées – Visages de femmes, poèmes d’amour. Et cette beauté-là donne furieusement envie de vivre aux éclats.

Ce mois-ci en librairie...

Frise
Couv Zau

Dessinées – Visages de femmes, poèmes d'amour
Zaü


Collection Passage des arts / Beaux livres

En librairie le 18 octobre
144 pages • 29,50 €

Cliquez ici pour en savoir plus sur le choix de l'éditeur...

• Un grand artiste ouvre pour la première fois son carnet intime de dessins
• En écho à ces œuvres picturales inédites de grandes voix de la poésie contemporaine
• Un livre qui rendhommage aux femmes et nous rappelle qu’on ne peut pas vivre exilés de la beauté

Avec des textes de :

Maram al-Masri, Lucien Becker, Gioconda Belli, Luc Bérimont, Tanella Boni, Ananda Devi, Habiba Djahnine, Hélène Dorion, Bruno Doucey, Abdellatif Laâbi, Alexandrine Lao, Aurélia Lassaque, Rita Mestokosho, Ketty Nivyabandi, James Noël, Ernest Pépin, Pierre Seghers, Pierre Vavasseur…

Photo Zau

Zaü

Illustrateur renommé, il est l'auteur de plus de cent-dix livres pour la jeunesse, notamment aux éditions Rue du monde...

Découvrir sa bio...
Frise
Couverture Cerise rouge

Cerise rouge sur carrelage blanc
Maram al-Masri
Préface de Murielle Szac

Édition bilingue arabe/français
Traduction de François-Michel Durazzo

Collection L'autre langue
En librairie le 18 octobre
136 pages • 15 €

Cliquez ici pour en savoir plus sur le choix de l'éditeur...

• L’un des grands livres de Maram al-Masri, traduit en plus de quinze langues, et unanimement salué par la critique à sa parution
• Des poèmes d’une simplicité désarmante pour porter lecri étouffé des femmes
• Une nouvelle traduction pour un texte toujours aussi brûlant d'actualité

Extrait :

« les femmes qui me ressemblent
ne savent pas parler
le mot leur reste dans la gorge

comme un lion en cage
les femmes qui me ressemblent
rêvent…
de liberté…»

Photo Maram

Maram al-Masri

Cette poète syrienne est l'une des grandes voix de la poésie du Moyen-Orient. Elle a déjà publié 4 titres aux Éditions Bruno Doucey...

Découvrir sa bio...
Frise

Sélection de rencontres et soirées poétiques en octobre 2018

• Le 4 à 18h (Sébazac-Concourès – 12) :
Lecture d’Aurélia Lassaque pour les 10 ans du journal Lo Diari.
La Doline - 46 avenue Tabardel

• Du 5 au 7 (Montélimar – 26) :
Ysabelle Lacamp est invitée aux Cafés littéraires de Montélimar pour son roman consacré à Desnos à Terezin, Ombre parmi les ombres. Rencontrez-la :
– vendredi à 19h au Luna Park du Teil
– samedi à 10h30 au Salon d’Honneur de Montélimar, puis à 15h au Bon’heure du Jour à Montélimar.

Ysabelle Lacamp

• Les 6 et 7 (Saint-Denis – 93) :
Retrouvez-nous pour la 2ème édition des Rencontres populaires du livre de Saint-Denis avec Hala Mohammad pour une rencontre le dimanche à 16h.
Salle de la Légion d'honneur
6, rue de la Légion d'honneur / M° Basilique de Saint-Denis

Rencontres populaires du livre

• Les 6 et 7 (Lucinges – 74) :
Michel Ménaché signera son recueil, Couleur des larmes, à la Fête du livre d’artiste de Lucinges.
Place de l’Église

• Le 6 à 19h (Toulouse – 31) :
Aurélia Lassaque est invitée à la 13ème édition du Salon du livre des Gourmets de lettres pour un récital à deux voix a cappella « Femmes, Science et Poésie ».
Hôtel d’Assezat – Place d’Assezat

 • Le 13 à 15h (Paris – 75005) :
Bruno Doucey participe au colloque international « Valeurs de la poésie » pour une table ronde « Éditer et rééditer la poésie ».
Université Sorbonne – 1 rue Victor Cousin Salle des actes (entrée rue Saint-Jacques) / M° Maubert-Mutualité

• Le 14 à 15h (Paris – 75003) :
Dans le cadre du Festival Lettres d'Israël, projection-rencontre autour de la poète israélienne, Dahlia Ravikovitch, avec Bruno Doucey et Michel Eckhard Elial.
Tarifs : 8€/6€ - réservation en ligne
Auditorium du Musée d’art et d’histoire du Judaïsme – 71 rue du Temple / M° Rambuteau

Pour réserver, c'est par ici !
Dahlia Ravikovitch

• Le 16 à 14h30 (Lille – 59) :
Bruno Doucey participe à une table ronde  dans le cadre du colloque « France-Israël : lectures croisées » autour des questions de traduction.
Université Lille SHS – Maison de la Recherche – Campus de Villeneuve d’Ascq – Salle des Colloques

• Le 18 à 18h30 (Limoges – 87) :
Bruno Doucey présente Ceija Stojka (Auschwitz est mon manteau) pour une soirée Poésie et chants de femmes roms et tsiganes, dans le cadre de la semaine « Citoyennes de la diversité ».
Bibliothèque francophone multimédia – 2 place Aimé Césaire

• Le 20 à 15h30 (Labastide-Saint-Pierre – 82) :
Lectures d’Aurélia Lassaque dans le cadre des « Vendanges de mots ».
Château Saint-Louis – 380 chemin du Bois Vieux

Notre nouvelle chaîne YouTube est en ligne dès ce mois d'octobre !
De nombreuses vidéos sont à (re)découvrir et d'autres arrivent très vite...

Suivez-nous !
Entretien avec Bruno Doucey
Logo Facebook
Logo Instagram
Logo Twitter

Éditions Bruno Doucey Cour Alsace-Lorraine, 67, rue de Reuilly – 75012 Paris
www.editions-brunodoucey.com

 

Retour

Bonjour à toutes et à tous,

Permettez-moi de vous présenter un nouveau petit livre d'artiste réalisé avec la complicité plastique de Geneviève Guiguet.
Bien cordialement,

Alain Helissen

 Graphies

Geneviève Guiguet / Alain Helissen

Ma collaboration avec Geneviève Guiguet est devenue régulière, à une cadence à peu près trimestrielle. Comme pour nos réalisations précédentes,

c'est Geneviève qui a assuré la réalisation d'ensemble ma tâche ayant consisté à écrire un poème courant sur les pages de gauche.Ce sont les mouvements de l'herbe, dans leurs élancées sensuelles, qui ont inspiré mon texte.

format : 11, 5 x 14 cm

12 pages, papier à grain

reliure : ficelle végétale verte

collages papiers divers et aquarelles

L'édition originale comprend 2 exemplaires numérotés 1/2 et 2/2 et signés par les créateurs.

L'exemplaire N°1/2 est proposé à la vente au prix de 35 euros (port offert)

Réservation avant tout règlement à :

alain.helissen@live.fr

Retour

001 small.jpg

octobre 2018

 

Quand j’ai commencé la revue, dans les premiers numéros, j’étais systématiquement au sommaire. C’était une façon de faire connaître mon travail en même temps que celui des autres auteurs que j’accueillais. Puis devant leur nombre sans cesse croissant et lassée aussi de ma présence, j’ai libéré la place avec joie. Mais le problème des poètes revuistes, comme ces cordonniers (quand il y en avait) mal chaussés, c’est qu’à force de se mettre au service de l’écriture des autres, ils n’ont plus beaucoup, voire plus du tout de temps pour la leur. Il y a aussi un fait : la réciprocité chez les êtres humains — et les poètes ne font pas exception — ne coule pas de source, c’est pourquoi le proverbial « jamais aussi bien servi que par soi-même » prend au final tout son sens.

 

Alors pour une fois, je reprends un bout de territoire ici, juste le temps de mettre un coup de projecteur entre autre sur la sortie d’un livre à lente maturation auquel je tiens et que publient les éditions Cardère, qui hébergent déjà trois autres de mes bébés. La bonne maison Cardère publie avant tout des ouvrages sur le pastoralisme, la poésie c’est en plus et elle n’a jamais eu l’imbécile idée de choper la grosse tête ou de s’illusionner sur un quelconque pouvoir d’éditeur, pas plus qu’elle ne s’illusionne sur les auteurs eux-mêmes. Une chose est essentielle en poésie — et qui dit poésie, dit vie — : une forme d’humilité. Pas une posture humble non, juste quelque chose de très naturel, humus, humilité, humain, cette racine plantée dans la terre qui nous nourrit et qu’il ne faut jamais oublier, quelle que soit la force et l’envolée de notre imaginaire ou de nos prétentions.

 

Écrire est une chose, être lu en est une autre. Entre les deux se tissent de fragiles et éphémères passerelles dans lesquelles se prend la rosée de l’aube, trésor qui scintille un instant — précieux instant — avant que le jour ne vienne le boire.

 

CG

 

monde de rosée
rien qu'un monde de rosée
pourtant et pourtant

Issa

 

Illustration8 small.jpg

 

AU SOMMAIRE

 

 

Délit de poésie : Arnaud Martin, Didier Trumeau, Jérémie Tholomé (Belgique) et Cathy Garcia Canalès

 

Délit  de table : « Aujourd’hui c’est raviolis » extrait d’une pièce de théâtre de Marcel Moratal,

 

Délit de vagabondage : « Une vie de carton », récit nomade de Julien Amillard

 

Illustration 10 small.jpg

 

Résonance :

Ma Patagonie de Guénane, La sirène étoilée, 2017

Lame de fond de Marlène Tissot, La Boucherie littéraire, 2017

 

Et un flash spécial sur Calepin paisible d’une pâtresse de poules, le n°2 de la série Délits vrais – poésie postale, qui est passé en format livre en septembre.

 

C’est aussi la rentrée des Délits d’(in)citation sagement installés au coin des pages et vous trouverez un bulletin de complicité qui n’a pas pris la grosse tête, toujours au fond en sortant.

 

Illustratrice : Muriel Dorembus

 

Présentation.jpg

http://www.murieldorembus.fr

 

 

 

 

je balaie le sol, allume de l'encens et ferme la porte pour dormir
la natte, comme des rides dans l'eau, la tenture comme de la fumée
ici en étranger, je me réveille, où suis-je ?
je soulève le store de la fenêtre à l'ouest, les vagues rejoignent le ciel

Han Shan

 

 

Illustration 1-2 small.jpg

 

Nouveaux Délits - octobre 2018 - ISSN : 1761-6530 - Dépôt légal : à parution - Imprimée sur papier recyclé et diffusée par l’Association Nouveaux Délits - Coupable responsable : Cathy Garcia Canalès - Illustratrice : Muriel Dorembus - Correcteur : Élisée Bec

 

 

 

BULLETIN COMPLICE.doc

Retour

Infinie géolocalisation du doute n°8
voir

 

Retour

La revue & les éditions Contre-allées

Pour fêter le lancement de ladite boutique, nous vous proposons deux collections complètes de livrets au prix de la souscription à leur sortie. Vous pouvez aussi adhérer à la formule abonnement ou acheter les deux derniers numéros de la revue à l'unité. 

Il es

 

La boutique, c'est ici : [

 

Contre-alléesRevue et éditionsAmandine Marembert & Romain Fustier

 

https://contreallees.bigcartel.com/

http://contreallees.blogspot.com/

https://www.facebook.com/contreallees/

https://twitter.com/contre_allees

https://fr.linkedin.com/in/contreallees

Retour

 

 

Retour

Retour

Retour

va paraître :

DANS LA GUEULE DU CIEL
Sandrine Cnudde

 
voir :
http://www.sandrinecnudde.blogspot.com

 

Retour

 

 

 

Retour

PUBLICATIONS

JEAN-PIERRE LASSALLE

&

CHRISTIAN D’ORGEIX

LE GRAND PATAGON ET AUTRES POÈMES

Le nouveau Grand Tamanoir va être publié en octobre 2018 :

Jean-Pierre Lassalle
Dessins de Christian d’Orgeix

Le Grand Patagon et autres poèmes

Jean-Pierre Lassalle

Préface de


180 pages, 15×21 cm, 50 illustrations inédites de Christian d’Orgeix, 15 €.

Le tirage de tête, 30 exemplaires numérotés et signés par les artistes, accompagnés d’une gravure taille douce avec encollage de papier japon teinté à la main, signée par l’artiste, 60 €.

Les illustrations ont été éditées avec la collaboration des

Parution en octobre 2018 : 8e titre des éditions du Grand Tamanoir.

Bulletin de souscription 

http://legrandtamanoir.net/wp-content/uploads/2018/08/Flyer-Lassalle_v3.pdf

 

Retour

les idoles bleues


 
 Bonjour. 

voir

Jean-Luc Aribaud

 

Retour

 

Retour

 
Voir la version en ligne 17-08-2018
 


Tandis que par la fontanelle la sainte banquise déverse ses poissons, les écrans phosphorescents clignotent, tranquillisants
 


Dans une autre vie, j'étais un serpent nu, une chose sans corps, une vie sans armure…
 
 
Aujourd'hui est habitable  

La poésie de Cathy Garcia
n'est plus une inconnue.
Sa coïncidence avec la ligne éditoriale de Cardère continue d'étonner et de réjouir.
On ne s'en lasse pas.




Aujourd'hui est habitable

est proposé

en souscription

jusque fin septembre 2018

le recueil paraîtra dans la collection
"
POÉSIE CONTEMPORAINE"


44 pages, prix public 12€ port compris
prix de souscription 10 €


 

 

il y a dans nos bourbiers
des concrétions de basiliques
de la pulpe d’abricot
des nuées d’anges à crinière noire
qui bondissent d’étoile en étoile
si on les fouette ils dégringolent
par le trou des veines
les hanches percées d’améthystes

 


 
 

   
La lumière et l'absence sont au cœur
de ces deux nouveaux recueils de poésie


Approche
de l'aube


 
Thierry-Marie Clément

 
Préface de Jean-Pierre Lemaire

 
128 pages - 19 €
Parution 26 septembre 2018
Ce recueil de Thierry-Pierre Clément trace un itinéraire, celui d'un chemin de vie animé d'un émerveillement constant devant le monde et qui, s'il peut connaître des moments de doute et de chaos, reste ancré dans une espérance profonde. Chaque poème est ici orienté vers la lumière, déjà visible ou encore secrète. L'aube approche, ou c'est l'homme qui s'approche d'elle.
Itinéraire qu'on osera dire « mystique », mais ce mot ne doit pas faire peur : le fil qui relie les perles de ces instants poétiques est celui de la vie ordinaire ; seulement, comme le personnage d'un tableau de Vermeer, le poète présente le collier à la lumière et nous invite à nous tourner vers elle, à nous laisser traverser par elle,
obéissant à l'inépuisable sang
des arbres et des chemins

traçant de la main
le geste qui dit oui
oui au vent
à la parole
Thierry-Pierre Clément


La Traversée

 
Janine Modlinger



 
96 pages - 17 €
Parution 26 septembre 2018
En chemin vers Florence. Un regard se perd dans le paysage. Ou plutôt il cherche. Il se cherche comme on cherche un vis-à-vis, un visage ami, un visage aimé. Le visage d'une mère perdue trop tôt et qui transforme la vie en une longue attente. Attente qui alors donne d'autant plus de valeur à chaque rencontre, à chaque présence.
Attente qui creuse l'attention néanmoins. Parce que peut-être, ce visage, ce paysage, ce tableau laissent apparaître quelque chose d'inattendu : l'Attendu lui-même. Dans ce nouveau recueil, les poèmes de Janine Modlinger recomposent ce visage disparu. Traversée montre qu'au-delà du désastre, quelque chose d'indestructible demeure.
J'ai promis de ne pas oublier
Le désastre, mais d'en faire
Le seuil
D'où je m'élance.
Janine ModlingerBeauté du presque rien, a été publié chez Ad Solem.

 
editionsadsolem.fr

 

Retour

Julien BLAINE

Retour d’Iran in revue 
http://poezibao.typepad.com/poezibao/sur-zone-la-revue-litt%C3%A9raire-de-poezibao/
ou
http://www.les-lettres-francaises.fr/wp-content/uploads/2018/07/LF-162.pdf

Expo galerie meyer  :
http://www.paris-art.com/julien-blaine-galerie-jean-francois-meyer-1968-2018-1-2-siecle-julien-blaine-3-4-de-siecle/

Parution de 
https://www.sitaudis.fr/Parutions/de-quelques-tombeaux-de-feus-mes-amis-de-julien-blaine.php

 

 

 

Vente également à la la 
Lbrairie consubstantielle de l’aire
131 chemin des Monfils
13122 Ventabren - France
(par chèque)


Retour

Retour

Retour

 

Voir la version en ligne 25-07-2018

 
 
 


« Être Hopi, c'est être un bon fermier »…
 


Dans une autre vie, j'étais un serpent nu, une chose sans corps, une vie sans armure…
 
 
Masayestewa. Un fermier hopi  

Dernière pièce d'une tétralogie
sur les Natifs du Sud-Ouest de l’Amérique septentrionale…




Masayestewa. Un fermier hopi
de Marie Cayol

vient de paraître dans la collection
"
ART HISTOIRE ET PATRIMOINE"


Préface Jo Pacini
couverture et illustrations Pierre Cayol
152 pages, format 16,5 x 24
prix public 18€ port compris

 

 

Le climat aride a toujours été une contrainte forte en Arizona. Enclavé dans le territoire navajo, le peuple hopi a su adapter la culture du maïs – sa nourriture de base – pour survivre. De cette exigence pédoclimatique est née toute la philosophie hopi.
À travers le quotidien de Masayestewa, ses paroles de sagesse et les expériences que Marie et Pierre Cayol partagent à ses côtés au cours des séjours nombreux depuis 1981, Marie nous guide dans l’univers hopi qui forme un monde à part et perdure depuis plus de mille ans. Le travail d’agriculteur de Masayestewa, réglé sur le cycle des saisons, est inséparable de sa fonction de chef spirituel qui organise des rituels au cours desquels interviennent les Katsinas – danseurs masqués représentant les esprits de la nature – pour demander la pluie.
Ce livre témoigne de l’attachement des Hopis à vivre, se perpétuer et prospérer à l’endroit où ils se trouvent dans une relation forte, intime, pure, brute, à leur environnement, et dans le respect des traditions et des autres cultures. Il clôt une tétralogie concernant les quatre populations les plus connues des Natifs du sud-ouest de l’Amérique septentrionale :
Apaches – Le Peuple de la Femme peinte en Blanc a paru en 2006 aux Éditions le Rocher (coll. Nuage rouge)
Navajo Mountain – La Tête de la Terre-mère – Naatsis’ààn est publié en 2010 chez Cardère éditeur
Chez les Pueblos du Nouveau-Mexique est sorti en 2015 chez OD Éditions (coll. Indiens de tous pays).

 


 
 

 
Marie Cayol et la bonne maison Cardère
vous souhaitent une bien agréable journée

 
 

 

Retour

Page 1
Page 2
Page 3


 


 

Retour

 
recommandée par


La revue Reflets est une revue trimestrielle 

orchestrée par

Une revue généraliste « Pour donner sens aux événements ».

 Un autre regard sur le monde.

 

Le numéro 28 aborde dans son dossier 

- auquel j’ai collaboré avec l’équipe de rédaction - 

«La poésie, dire l’indicible»


Ce dossier de 30 pages, clair, présente des auteurs

 reliés à certains grands thèmes du regard poétique

 que sont la contemplation, l’émerveillement,

 la renaissance, la liberté, 

l’expression même de la vie, l’enfant poète… 

« C’est ainsi que le poète prend le pari de mettre en mots

 ce qui relève de l’indicible » Laurent Terzieff.


Un bonheur qu'une telle revue généraliste accueille si généreusement la poésie !

 

Découvrir 

 

Disponible dans les kiosques la revue 

peut-être commandée directement sur le site. 

 

Site de la Revue Reflets



 

 

 

Retour

A paraître en octobre 2018

Terres nues 
 
de
avec des photographies de
 
photographe malouin,
 arpenteur des confins du Nord de l'Europe! 
voir

Retour

Avis de parution le 1er juillet du troisième "délit buissonnier" :
 


 

40 pages agrafées

tirage limité et numéroté

sur papier recyclé  

offset 90 gr

couverture calcaire 250 gr

textes de Bruno Toméra

 l’auteur  présenté par Jean-Louis Millet :

 Tom   le malgré tout poète

Quelle est cette manie de vouloir coller une bio ?  les poèmes se

suffisent, non ? Pour les bios je préfère l'intime à deux, dans un canapé

moelleux, prêts à se défenestrer l'ego et le corps, dans le duel de la

parade séductrice.... (non je rigole)

 Mais, faut se méfier des chats acculés dans les coins de murs, balancent

toujours de foutus coups de pattes, enfin...  je suis aux aguets des

pulsions de révoltes comme autant de petits espoirs de cette humanité déchue.

Ce regard entrouvre la porte d'un désir

que nous n'aurons pas le temps de franchir

c'est le cambriolage d'une caresse

qui restera là, dérobée, sans adresse.

… mais, avec le recul, y a de quoi pondre quelques belles foutues

phrases  sur le tapis savonneux de l'existence.

Mon rire délivre insolent et joyeux l'impertinence de vivre.

Tom

Ouvrier mécanicien pour la raison sociale, poète essentiellement

chercheur de vie et d’étonnement, chercheur de musicos chanteurs & enchanteurs aussi pour que les mots puissent vaincre les lois de la

gravité.

Bio recomposée par petits prélèvements dans l’œuvre

et les échanges épistolaires avec « le malgré tout poète ».

illustrations originales de Jean-Louis Millet

« Au retour dans la bagnole, intercalé dans la file des pressurés

l'humanité klaxonnait, gueulait, les bras au ciel, pressés

de se jeter corps et âmes dans d'autres emmerdements.

Le connard de derrière habillé en voiture dernier cri

gesticulait dans le rétro, le poing brandi.

Garde toujours le piaf des urgences dans ton cœur

Garde toujours le piaf des urgences dans ton cœur.

Que je me suis dit. »

Serrant mes mains dans ses mains

elle me dit :

“Gamin, c'est une bulle de savon, la vie,

ça pique les yeux et c'est fini.” 

10 € 

 à commander à

Association Nouveaux délits

Létou

46330 St Cirq-Lapopie

 

Retour

Vient de paraître, juin 2018 

« Jean-Louis Clarac - Une ardeur terrienne »

n° 130 collection

aux

Voir

Le numéro 8€+2€ frais de port.

Pour tout renseignement s’adresser

 aux Editions : 150, bd des Poilus 44300 Nantes

ou à l'auteur par lettre au :

98 rue de l’Egalité 15000 Aurillac

Retour

Retour

Parution 12 septembre 2018

Une variation autour de La Tempête de Shakespeare.
Un roman qui est à la fois une réflexion
sur la littérature et le genre romanesque.
 


 
Emmanuel Moses

LES ANGES

 
Roman


 
136 pages . Format 14 x 19 . Parution 12 
« Il suffit de si peu pour ébranler un sentiment.

 
Trois personnages sont perdus dans un parc alors qu'une tempête se lève. Ils s'abritent dans une cabane dans laquelle ils rencontrent un homme et sa fille. S'engage une conversation, sur les occupations de chacun, sur la petite fille endormie.
C'est un roman en quasi huis-clos dans lequel les personnages, par leurs dialogues et leurs non-dits, dévoilent certains ressorts de l'âme et livrent, presque malgré eux, une théorie de la littérature.
Qu'est-ce qui fait un roman ? Quel est le but de la littérature ? Où la poésie peut-elle résider ? C'est à ces questions que tente de répondre Moses, dans un texte où chaque personnage représente une des tentations de l'écrivain. Variation de La Tempête de Shakespeare, ce bref roman d'Emmanuel Moses constitue un art romanesque et témoigne des rapports de la littérature et de la vérité.

Dieu est à l'arrêt du tram (Gallimard, 2017).

Retour

BELVÉDÈRESOMMAIRE 

Fake news, Les délices de l'ère Macro-Macronienne

Non ne possiamo più - Espellere i clandestini cominciando dal papa e dai cardinali

Un colloque transnational à l'Institut Culturel Italien de Paris

LIVRES: Europe en mouvement (Hermann), Horia Ursu, Zhag Wei

PROCHAINEMENT SUR VOTRE ECRAN: Alain Joubert, Le cinéma des surréalistes

Jane Fonda Prix Lumière 2018

 Séquences lyonnaises tournées par les Frères Genovese

Di Montalabano figli siamo (polar) 2o episodio

VOIR

 

Retour

Vient de paraître :

« Regards sur l’Enfant-Jésus »

 de 

d’après l’œuvre d’

et pour les concerts de Marielle Le Monnier. 

Editions Olivétan  , 14 €

voir

voir

voir

voir


Retour

 

Retour

Retour

Patrice Maltaverne nous communique :

Vous trouverez ci-joint, pour votre information, des extraits du numéro 77 de Traction-Brabant désormais disponibles sur le Cloud d'Orange, et qui comprend les poèmes ou textes courts de:Fabrice Marzuolo, Basile Rouchin, Cathy Garcia, Céline Rochette-Castel, Clémentine Plantevin, Chloé Landriot.

 

- en version pdf : https://share.orange.fr/?_=vJO#vYATNTsaxc106b34f8c8

- en version doc : https://share.orange.fr/?_=Ebg#xMfj9IPNcU106b34f88d

 

 

Si les liens ne fonctionnent pas directement, vous pouvez les copier-coller.

 

Vous trouverez enfin ci-dessous, quatre liens qui vous permettront d'aller faire un tour sur les deux blogs des Editions Le Citron Gare et de Traction-brabant, ainsi que sur les deux blogs de mes chroniques poétiques :

 

http://lecitrongareeditions.blogspot.fr/

http://traction-brabant.blogspot.fr/

 

http://poesiechroniquetamalle.blogspot.fr/

http://cestvousparcequecestbien.blogspot.fr/

 


 

Patrice Maltaverne

et l'association Le Citron Gare

Retour

Vous prendrez bien un poème ?
Courrier des lecteurs. 
Numéro spécial 80. 6 mai 2018
Voir
Voir

Retour

Sortie du livre  de poésie 
« L’être sans l’ombre »
 Par

 
 C’est le quatrième recueil de poésie de l’auteur. 
Ces poèmes sont un parchemin légué 
par les premières pulsations de l’humanité primale. 
Ce recueil est illustré par des sublimes caricatures 
du caricaturisteGyps 
L’ouvrage 
«… De ce point de vue, je lis la poésie deHamid Larbi
 un peu comme la survivance que nous espérons 
régénératrice des émotions, des tourments, 
des coups de colère, des coups de foudre, 
de toute cette cosmogonie des combats
 et des fusions de ce Cercle des poètes algériens,
 notamment de graphie française. 
Ce cercle, depuis le début de ce mouvement 
qui a commencé très tôt,
 consistant selon le credo de Kateb Yacine
 à prendre la langue française
 comme un butin de guerre, 
s'est toujours passé le relais 
d'une génération à l'autre pour 
- là aussi, il n'est pas possible, ici moins qu'ailleurs
 de ne pas convoquer Jean Sénac- 
« ouvrir le poème comme une nacre » 
et marier, en de splendides noces dionysiaques, 
la poésie, l'amour et la révolution…» 

 
Préfacé par l’écrivain Arezki Metref
Voir

 

Retour

parutions fichier\2018\Gilles Lades.pdf

 

Retour

Page 1
Page 2
Page agenda

 

Retour

 

Retour

Francis Pornon 

"La Fille d'Occitanie"TDO éd. a rédigé sur son site une note de lecture sur le livre de :


BARDOU Franc,

Lire la poésie de Bardou (F

Lire la suite en cliquant sur le lien : 

 

Retour

Julien Blaine Le catalogue d’une expo :   


 
Le catalogue de l’expo : 
64 pages 
24 X 16 cm
Tout en couleur sur papier couché
€ 10,00
éditions galerie Jean-François Meyer
Sommaire :
Préface de Julien Blaine : The big Trouille made in France (mars 2018)
Manifeste de Mai 1968 sous forme d’idéogrammes (mai 1968)
Géranonymo N° 1 (extraits) (mars 1972)
Fiulmalbo : L’expérience de la révolution (été 1967)
2 chroniqueurs à L!bé : Jules VAN & Alias ViART (mars 1975 - décembre 1978)
les veilleurs de jour et de nuit et le CRAPUL (1970 - 1971)
Liberté de Parole au théâtre du Vieux-Colombier (mai 1969)
4 généraux à la biennale de Paris de 1969
Vieilles actualités : démission du Provençal (Midi-Média 1990), démission de 
Postface de Nanni Balestrini : Ballade des ordures (2011)

 
Le tome III d’une saga ex/
 

Retour

 

Cathy GARCIA CANALES nous communique :

 Mes cartes postales collection "Magie, poésie, beauté du Lot ": nouvelle série


 

Voici la Série 2 de cette collection.
 

Cinq cartes au format 105mm x 149mm en papier haut de gamme 330-350 g/m² avec finition mate.

 

Cartes signées.
 

La première série est de nouveau disponible.

3 euros la carte, port offert

à réserver par mail : MC Garcia Canalès  mc.gc@orange.fr avant d'envoyer le règlement, merci !

Cathy Garcia Canalès

 

Retour

VA PARAÎTRE 

AUX ÉDITIONS DE LA TABLE RONDE

Voir

http://www.editionslatableronde.fr/

 

 

Retour

 

"Avril en iris gris, en tessons de lumière, avril aboie dans l'herbe."
Pierre Mainard éditeur
Nouveautés, présentations et extraits : http://pierre-mainard-editions.com/
 
PIERRE MAINARD, ÉDITEUR
18, rue Emile Fréchou  - 47600 Nérac
Tél & Fax : 05 53 65 93 92
mainardeditions@free.fr
Facebook : pierre mainard éditeur
Site Internet : http://pierre-mainard-editions.com/

 

Retour

 Printemps Théâtrales : Karin Serres, Filip Forgeau, Miró, Sonntag, prix littéraires 

 

Sur la ligne de crête

Le printemps, saison de la renaissance, où tout bourgeonne, refleurit, des jeunes pousses aux idées et envies de changement. On sent poindre une certaine fébrilité, sans que l’on sache vraiment ce sur quoi elle pourrait déboucher. La société est sur la ligne de crête entre résignation et espoir du retour de la solidarité. Et les écrivains sont là pour nous alerter, en proposant des œuvres ancrées dans nos réalités ou visant à les dépasser par le doux délire ; deux options différentes, mais toutes deux potentiellement cathartiques. Et le théâtre, en ce qu’il est un art de la coprésence comme de l’illusion ou de sa mise à distance, nous permet encore davantage de nous identifier, de rappeler les voies possibles de cette catharsis : le témoignage d’un pire déjà vécu ou la fuite par le rêve et la construction d’un autre possible.

Grâce au théâtre, cet art « dangereux » mais salvateur, on se découvre à ce point de jonction entre fatalisme et désir de changer le cours des choses, à commencer par sa propre existence, pour viser, ensuite, le collectif.

Bonnes lectures, bon printemps.

 

Federico(s)

Quatre générations différentes de Federico(s) renouent avec la parole oubliée des victimes de la barbarie des hommes. Des décombres fumants de la guerre d’Espagne, Filip Forgeau extrait les bribes d’une histoire que les enfants des républicains ont vécue dans le silence et la passivité complices des autres gouvernements d’Europe. Alors que le franquisme prend le pouvoir, ceux qui incarnaient le « péril rouge » font l’objet d’une répression sanguinaire.

À travers les lettres qu’ils reçoivent, et alors qu’ils ont décidé de parler des horreurs de cette période dictatoriale où les enfants des rouges sont volés et élevés dans l’adoration aveugle de la nation et le déni des idéaux de leurs parents, des morceaux de mémoire et de souvenirs viennent reconstituer peu à peu le puzzle éclaté de leur passé familial trop longtemps tu. À 80 ans de distance, le venin de la peur et de la honte coule encore dans les veines familiales, se transmettant de génération en génération.

Filip Forgeau montre avec une poésie radicale les affres passées d’une guerre civile européenne au cours de laquelle les fascismes ont été favorisés par une longue crise économique, politique et morale pendant que les démocraties fainéantes n’ont pas bougé pour contrer ce qui aurait pu l’être, laissant les républicains dans la gueule des loups.

Une pièce nécessaire contre l’oubli de la folie monstrueuse des hommes, qui peut être portée par une ou plusieurs voix.

Coll. «  Répertoire contemporain » - 48 p. - 11 euros - Ouvrage publié avec le soutien du Centre national du livre

Pour lire un extrait, c'est ici.

© Soizic Gourvil

Révélé par Daniel Mesguich au Théâtre Gérard-Philipe – Centre dramatique national de Saint-Denis, Filip Forgeau, né en 1967 à Châtellerault, a publié une vingtaine de textes alternant théâtre, récits, romans chez Actes Sud - Papiers, Lansman, Le Bruit des Autres, L’Amourier, Dernier Télégramme, Les Cygnes, Incipit en W et aux éditions Théâtrales.

Au théâtre, une quarantaine de ses textes ont été montés et joués en France. Certains d’entre eux ont également été représentés en Suisse, en Belgique, au Québec, au Maroc, en Algérie, en Allemagne, en Italie ou encore en Bolivie.

Par ailleurs directeur artistique de la Compagnie du Désordre fondée en 1987 et conventionnée par le ministère de la Culture, il a mis en scène trente-cinq spectacles pour le théâtre et l’opéra, diffusés en France et/ou à l’étranger.

Pour lire sa biographie complète, c'est ici.

Son actualité

Federico(s), mise en scène de Philippe Flahaut de la compagnie Création Éphémère, sera en tournée le 12 mai à l'église Saint-Jacques de Nant (12), plus d'informations ici ; et le 19 février 2019 au Théâtre de la Maison du Peuple – Scène conventionnée de Millau(12).

Les autres textes de Filip Forgeau en tournée : 

- Univers Elle, mise en scène de Philippe Flahaut de la compagnie Création Éphémère sera jouée le 26 mai à Panazol (87), le 4 octobre à Brioude (43), le 5 et le 7 octobre à Clermont-Ferrand (63), le 6 octobre à Langeac (43), le 23 novembre à La Menuiserie de Rodez (12). Plus d'informations ici.

- La petite fille hamster qui rêvait d'être une girafe, mise en scène de Filip Forgeau de la Compagnie du Désordre sera jouée le 27 juillet dans le cadre du Festival La Fabrick des Z'enfants à Millau (12). Plus d'informations ici.

- Moustaches, mise en scène de Stanka Pavlova de la compagnie Zapoï sera jouée le 13, 14 et 15 juin au Théâtre de la Verrièreà Lille (59), le 10 octobre à Champs-sur-Marne (77), du 2 au 4 novembre à la Salle du Lignon à Vernier (Suisse), du 20 novembre au 1er décembre à Théâtres en Dracénie – Scène conventionnée (83). Plus d'informations ici.

- West RN, mise en scène de Denis Bonnetier de la compagnie Zapoï sera jouée le 11, 12 et 13 avril au Centre culturel Daniel Balavoine à Arques (62),le 19 avril à la Maison Folie de Wazemmes (59), le 22, 23 et 24 mai au Bateau Feu – Scène nationale de Dunkerque (59), les 15 et 16 novembre aux Nymphéas à Aulnoy-lez-Valenciennes (59), les 6 et 7 décembre au Studio Théâtre de Stains (95). Plus d'informations ici.

Pour être avertis des dernières productions de La Compagnie du Désordre de Filip Forgeau, vous pouvez les suivre ici.

 

Berbéris / Givrée

Alors qu’il existe plus de 600 espèces de berbéridacées, il n’a fallu qu’un Berbéris pour lier Angèle et Élodie, deux jeunes filles sauvages qui vont apprendre à s’apprivoiser au fil des cycles de lavage et d’essorage à la laverie du quartier. Entre leurs existences apparemment insignifiantes s’engage un dialogue qui nous donne à voir et à entendre la résistance farouche de deux jeunes femmes face à l’engourdissement général de notre société.

Givrée, Charlotte l’est devenue complètement, enfermée par mégarde dans la chambre froide du supermarché où elle travaille comme caissière. L’habituelle pause cigarette de la jeune fille accablée par l’été caniculaire se prolonge dans son refuge réfrigéré avec cette fraîcheur agréable puis peu à peu paralysante qui la fait délirer, seule dans son palais de glace réinventé. Un monologue qui explore les défenses imaginaires que l’on se crée lorsque le corps atteint ses limites.

Karin Serres emprunte le chemin du rêve, pour que ses personnages (féminins) dépassent deux fléaux de nos sociétés ultra-connectées et pourtant trop souvent déconnectées de l’humain et des relations sociales : la solitude et la pression du toujours plus.

Avec subtilité, l'autrice tire les ficelles de ces quotidiens à l’apparence banale, qui révèlent dans leurs plus intimes replis une force humaine saisissante et salvatrice. Par une langue poétique et épurée, elle offre des partitions admirables aux jeunes actrices.

Coll. «  Répertoire contemporain » - 76 p. - 13 euros - Ouvrage publié avec le soutien du Centre national du livre

Pour lire un extrait, c'est ici.

© Bertrand Couderc

Karin Serres est née en 1967. Écrivant déjà romans et nouvelles, ses études de scénographie (Ensatt 1987) lui font découvrir l’écriture dramatique qui la mène à l’écriture radiophonique : trois formes littéraires qu’elle travaille désormais en parallèle.

Boursière de la Région Île-de-France, du CNL et de la DMDTS, elle a écrit près de 80 textes de théâtre souvent publiés, joués ou traduits, dont la moitié s’adresse à un public jeune, particulièrement aux adolescents.

La saison 2017-2018 verra la création de ses textes Ciconia Ciconia (Camille Perreau), Louise (Delphine Noly), 1 000 échantillons vivants (Kollectif Singulier), de la comédie musicale Jeanne et la Chambre à air (Christian Duchange, sur une musique de Yannaël Quenel), et elle participera à un laboratoire de création avec le groupe de rock Métro Verlaine.

Pour lire sa biographie complète, c'est

Pour consulter son site internet, c'est

Son actualité

Les textes de Karin Serres en tournée :

- Jeanne et la chambre à airs, mise en scène de Christian Duchange de la compagnie L'Artifice,sera jouéele vendredi 4 et le samedi 5 mai à La Vapeur, à Dijon (21), plus d'informations et réservations ici ; et le samedi 26 mai à l’EPCC d’Issoudun (36). Plus d'informations et réservations ici.

- Traversée artistique avec le groupe de rock Métro Verlaine sera montée le mardi 17 avril au Kubb, Le Tangram – Scène nationale d'Évreux (27). Plus d'informations et réservations ici.

- Louise, mise en scène de Delphine Noly de la compagnie La Tortue, sera jouée du mardi 24 au vendredi 27 avril, à la Bulle de Culture 70 à Villersexel (70), plus d'informations et réservations ici.

- Nos fenêtres invisibles, texte écrit avec le groupe d'écriture Neruda à l'occasion d'une résidence au Tangram – Scène nationale d'Évreux, sera lu le vendredi 1er juin par Karine Serres. Plus d'informations et réservations ici.

- À la renverse, mise en scène de V. Artus sera jouée le 14 juin au Théâtre des Chartreux à Marseille. Plus d'informations et réservations ici.

- Chien noir de l’espace sera mis en espace par Pascale Daniel-Lacombe dans le cadre de la résidence Dasein avec le Théâtre du Rivage au Parvis d’Avignon. Plus d'informations ici.

 

Théâtre / Public n° 228 : La scène lyrique, échos et regards

Dossier coordonné par Judith le Blanc

Il est peu d’arts comme l’opéra qui subissent autant de préjugés. On lui reproche son élitisme, son archaïsme, ses conservatismes. S’aventurer sur les scènes lyriques actuelles dément bien vite cette imagerie. La vitalité et la diversité des spectacles qui s’y présentent sont remarquables. Partant de ce constat, ce dossier propose un retour sur quelques-unes de ces expériences. Pour cela, il donne la parole à ses artistes ainsi qu’à des spécialistes de l’opéra et du théâtre. Les questions posées sont esthétiques, théâtrales, politiques, sociales… Le champ couvert par ce numéro, dès lors, est vaste. C’est que penser la scène lyrique à nouveaux frais suppose d’ouvrir les regards, de les multiplier afin de prendre en compte la pluralité de ses richesses et de ses enjeux.

Sommaire complet ici.

Coll. « Théâtre/Public » - 128 p. - 16 euros

 

Rencontre Josep Maria Miróet Laurent Gallardo à la librairie Palimpseste

À l'occasion de la parution de la pièce Le Principe d'Archimède de Josep Maria Miró, traduite du catalan par Laurent Gallardo, la librairie Palimpseste accueille l'auteur et son traducteur pour une rencontre ce vendredi 13 avril à 17 h 30 dans le cadre du Festival Barcelone en scène, en partenariat avec le Théâtre 13 (Seine et Jardin).

Informations pratiques : Librairie Palimpseste, 16 rue de Santeuil, 75005 Paris. Accès : métro Censier- Daubenton, bus 47 et 67. Entrée libre.

Le Principe d'Archimède se joue les 12, 13 et 14 avril à 20 heures au Théâtre 13 (Seine), dans la mise en scène de Bruno Tuchszer. Plus d'informations et réservations ici.

La pièce

Vincent, un jeune maître-nageur, est accusé par un enfant d’avoir embrassé l’un de ses camarades sur la bouche. Au milieu des flots déchaînés de parents inquiets et alarmistes, en immersion dans le microcosme chloré de la piscine, les quatre personnages en apnée peinent à retrouver la surface. Entraînés dans une véritable chasse à l’homme, lecteurs et spectateurs perdent pied dans un maelström de scènes adroitement maillées où la vérité leur échappe, avant d’apercevoir le sens possible de cette histoire tout sauf univoque. Car qui condamne-t-on, au juste, en suivant aveuglément la rumeur avide de drame, si ce n’est la liberté  ?

Coll. « Répertoire contemporain » - 80 p. - 18 euros

Pour lire un extrait, c'est ici.

 

La saison des Prix

Nous sommes heureux d'annoncer que les auteurs Koffi Kwahulé, Suzanne Lebeau, Lola Molina et Guillaume Poix ont été les lauréat.e.s des prix suivants :

- Prix Bernard-Marie Koltès des lycéens 2018, organisé par le Théâtre national de Strasbourg pour Koffi Kwahulé et sa pièce L'Odeur des arbres

- Prix des lecteurs du Théâtre du Cher 2018, organisé par la DSDEN du Cher pour Suzanne Lebeau et sa pièce Trois petites sœurs

- Prix Godot des lycéens 2018, organisé par le Panta Théâtre de Caen pour Lola Molina et sa pièce Seasonal Affective Disorder / Trouble affectif saisonnier

- Prix Godot des Nuits de l'Enclave 2018 organisé par le Festival des Nuits de l'Enclave pour Guillaume Poix et sa pièce Fondre, à paraître en septembre 2018

 

B. Traven

Si vous n'avez pas encore été voir B. Traven, le nouveau spectacle de Frédéric Sonntag et de sa compagnie AsaNIsiMAsa au Nouveau Théâtre de Montreuil, il n'est pas trop tard, les représentations continuent jusqu'au 14 avril ! Plus d'informations et réservations ici.

Le spectacle sera ensuite en tournée au Grand R – Scène nationale de La-Roche-sur-Yon du 19 au 20 avril prochains. Plus d'informations et réservations ici.

La presse en parle !

« Les pièces précédentes étaient déjà remarquables, celle-ci est tout bonnement formidable. » Gilles Costaz, Politis, article completici.

« Dans un double mouvement d’une chronologie qui mène d’avant en arrière, d’arrière en avant, Frédéric Sonntag joue de tous les registres de la réalité et de la fiction, du faux et du vrai qui s’entrelacent, se confondent, en même temps que les espaces et les époques. » Didier Méreuze,  La Croix, article complet

« L'impeccable narration ouvre sur une réflexion philosophique et politique sagace, qui rappelle que les identités sont toujours multiples et que l'assignation est un piège stérile et haineux » Catherine Robert, La Terrasse, article complet

« On est totalement embarqué par cette histoire à tiroirs dont l’auteur tire les fils avec une audace folle. B. Traven vient clore la Trilogie fantôme, imaginée par Frédéric Sonntag. Ce dernier opus nous fait traverser un siècle de guerres et de révoltes sociales et politiques. Un spectacle érudit, rocambolesque et complètement déjanté. » Marie-José Sirach, l'Humanité, article complet ici.

Article de Mathieu Perez pour Le Canard Enchaîné ; article de Philippe Chevilley pour Les Echos, à lire ici ; article d'Orélien Péréol pour Agora Vox à lire ici ; article de Mireille Davidovici pour le Théâtre du Blog à lire ici ; article de Martine Piazzon pour Froggy's Delight à lire ici ; article de Théodore Lacour pour Un fauteuil pour l'orchestre à lire ici.

Écouter le podcast de La Dispute d'Arnaud Laporte sur France Cultureici.

La pièce est aussi Coup de cœur d'Arte ! À voir ici.

 


 

Retour

Belvédère n° 52

Voir

SOMMAIRE de Belvédère 52 :

Hexagonie: Un pays au bord de la schizophrénie

Mon Occitanie

Ritalia: L'Avvento delle 5 Stelle

I tre Pastori

LIVRES: Lucian Blaga, Irina Teodorescu, Bogdan Teodorescu, 

Françoise Grard, Michel Butor/Mireille Calle-Gruber

Expositions: Truphémus, Vilalta, Luther King

Meurtres au quai du polar
 

Di Montalbano figli siamo

****

Jeudi 26 avril à 18h30

à la librairie Floury

36 rue de la Colombette - TOULOUSE

présentation du roman

Dans l'utérus du volcan

d'Andrea Genovese

Retour

 
 Belvédère 51
voir


 

SOMMAIRE

 

2018, eh oui!      2018, ti pareva!

Tribune : Barouf parisien    Le baruffe chiozzotte

Le chaos des immigrés

Che razza d'elezioni

Hommage à Salvatore Gurrieri

La vostra Padania, anima bella...

LIVRES: Pavel Catalin, Roger Salloch, 

Christian Saint-Paul, Christian Prigent

Resistere à Messina: Felice Irrera, Giuseppe Iannello


 

Retour


Eh bien voilà revenue l’année nouvelle ! Nous savons que ça ne veut pas dire grand chose, mais si ça peut nous permettre de nous sentir de même un tant soit peu neufs, décidés à laisser derrière nous le pesant et l’obsolète... Une nouvelle chance, un nouveau départ, un peu de poudre de perlimpinpin qui brille, une virginité en toc, un lustre qui disparaitra en deux coups d’éponge, mais quelques secondes de rêve, ce n’est pas rien, alors on ne va pas se les gâcher en faisant du mauvais esprit, surtout quand on s’appelle « Nouveaux Délits ».

 

Si la lucidité est la blessure la plus rapprochée du soleil, comme l’écrivait Char, alors elle est au soleil pendant que d’autres sont au bureau, aussi spacieux soit-il. Alors, fait-elle vraiment souffrir cette lucidité ? Et si elle était justement la garante du rêve ? Entre la transparence et l’opacité, il y a la beauté de la translucidité, ce qui n’est pas sans rapport avec la poésie.

 

Aussi, je vous invite sans plus de blabla à la découverte des poètes de ce nouveau numéro. Je les ai choisis avec mon meilleur mauvais goût, clin d’œil à de pauvres petites idées fixes et préconçues et donc pas très neuves,de ce qu’est, doit être et ne peut pas être la poésie. Ne cherchez pas, la poésie n’y est déjà plus ! Souhaitons-nous plutôt de tirer le meilleur jus de cette année inédite et de le boire en chantant à tue-tête. Soyons sérieux : rions beaucoup et aimons plus encore !

 

Bonne année 2018 à vous toutes et tous et que la paix ferme le bec des imbéciles qui ne laissent pas passer la lumière.

 

 

BULLETIN DE COMPLICITÉ

 

 

Je me déclare complice de Nouveaux Délits à compter du numéro    ...   :

 

Nom:                                                  Prénom :    

 

Repaire :

 

 

Adresse virtuelle :

 

 

 

Je blanchis mon argent en envoyant mon chèque à :

 

ASSOCIATION NOUVEAUX DÉLITS

Létou – 46330 St CIRQ-LAPOPIE

 

 

Au numéro: 6 € + port  (1,50 pour la France, 2 pour zone 1 et 2,60 pour zone 2)

  Abonnement:

-    28 €pour 4 numéros ou 54 €pour 8 (France)

-    
32 €pour 4 numéros ou 62 €pour 8 (zone 1)

-   
34 €pour 4 numéros ou 66€pour 8 (zone 2)

 
« Nouveaux délits et les 40 éditos »
(mars 2011): 10 €

 

Délit buissonnier n°1 (Feu de tout boisde Murièle Modély, illust. Sophie Vissière) : 10 €


 Adhésion à l’association Nouveaux Délits (non obligatoire) :10 €


Je ne souhaite pas m’abonner mais je voudrais le (ou les) n°………………………………

 

 

Pour lire les éditos et sommaires des numéros déjà parus :

http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com/

 

 

 

La force surprenante qui m’anime, c’est tout bêtement la volonté irréductible de refuser d’être complice du nouvel ordre autoritaire-marchand en cherchant à lui nuire joliment.

Noël Godinsurnommé Georges Le Gloupier, l’entarteur

 

DECEMBRE 2017

 

Retour

 Terra Incognita
photographies de Sabrina Ambre Biller & textes de Lior Nadjar

Les Éditions les Presses littéraires
www.lespresseslitteraires.com

 
Terra Incognita 
L’ensemble des photographies ont été prises en France au détour de pérégrinations sur les paysages d’Auvergne, de Bretagne, de la Petite Camargue, des Cévennes, de la Gironde, Landes, du Languedoc, du Larzac, Lozère, des Pyrénées Catalanes, ... ).
Pour commander directement sur le site :
www.lespresseslitteraires.com
Collection : Atelier génétique
Ft : 20 X 15 - 70 pages - 12 €
Livres de photographies et textes de Sabrina Ambre Biller et Lior Nadjar.
ISBN: 979-10-310-0353-5
 
 

Retour

PO&PSY 

tirages de tête
voir

 

Retour

 "atelier de l'agneau éditeur" 

3 LIVRES D'ARTISTES

 
cadeaux ou pas c’est tous les jours le temps des livres de création...
voici trois livres d’artiste proposés en livres uniques… ils existent aussi en édition ordinaire.

 
                                                                        Voir

 
Françoise Favretto
revue l’Intranquille

Retour

voir :

Novembre-Décembre 2017

SOMMAIRE

Dans l'Utérus du volcan

d'

Communiqué de presse Maurice Nadeau

Heureuse fin d'année

La découverte d'Utopie

Scoutisme e guerra civile

Care donne, ci avete rott'amato le palle

Chères femmes, vous nous avez cass'aimé les couilles

Johnny D'Ormesson les dealers et le bon dieu

L'Astronauta

Retour

LE LIVRE INVISIBLE 
50 auteurs et témoins racontent l’Atelier Imaginaire
                 voir

 

Retour

Après
de
signalé au cours de nos émissions et dont nous reparlerons,
René Le Corre
annonce la parution de son nouveau livre 
Un monde de rosée
aux

"Si jamais, une fois et désormais, il vous est loisible de vivre 

dans la différence et la proximité sous les nuages rapides, 

et puisque maintenant cela est,

 puisque le maintenant se maintient à la cime,

 moments, ô moments, oasis, et quand et comment

 ne sera pas dit puisque désormais tu ne veux plus,

 vous ne voulez plus rien sinon approfondir la profondeur,

 élargir le moment." 

René le Corre.

Ce livre sera disponible dès vendredi 22 décembre.

Voir :  https://abp.bzh/un-monde-de-rosee-rene-le-corre-43826

Retour

 

VIENT DE PARAÎTRE

NUEVA PUBLICACIÓN

photo Carolina 3

CAROLINA ZAMUDIO

RITUELS DU HASARD  / RITUALES DEL AZAR

édition bilingue, traduit de l’espagnol (Argentine) par Rémy Durand

Association Gangotena – éditions associatives Villa-Cisneros 2017

Edición bilingüe, traducido del español (Argentina) por Rémy Durand

Asociación Gangotena – ediciones Villa-Cisneros 2017

ISBN 978-2-919209-14-9

Voir

 

« Dans une langue à la fois lyrique et dépouillée, Carolina Zamudio  décrit un monde de paradoxes, où s’affrontent deux temporalités : celle, familière,  du cycle des jours, des nuits et des saisons, et une temporalité figée, celle de l’attente incertaine d’une révélation : un baiser, un frôlement du vent, le surgissement d’une larme peuvent déclencher une fulgurance.

 

C’est un monde soumis à la logique décousue et pourtant implacable du rêve : on y explore des songes dont le sens se dérobe. Les objets sont porteurs de présages ambigus. On croise des fantômes amicaux et tristes.  Le rêveur se dédouble, et se regarde rêver ; et le poète se désincarne, dépossédé de sa création,  comme s’il n’était qu’un  l’instrument que traversent les pensées qu’il exprime, et non pas leur auteur.

 

Dans ce monde mouvant où jour et nuit s’interpénètrent, où intérieur et extérieur changent de places comme on retourne un vêtement, on cherche le refuge d’une maison ou d’un hamac. On aspire à l’inconnu, mais on est déchiré de devoir quitter ce que l’on connaît. On porte sur le quotidien un regard rétrospectif, qui anticipe l’adieu.  

 

On sait que ce qui viendra un jour sera à la fois saisissant et terrible, une épiphanie qui ordonnera le chaos apparent et en révèlera la beauté. Ou peut-être simplement la mort, comme un lumineux éveil au terme du songe ombreux de la vie.

 

On n’émerge pas indemne de la lecture des poèmes de Carolina Zamudio, parce que ses rituels sont magiques, et nous apprennent à voir au-delà  du hasard ».

 

Olivier Lécrivain

Pouligny-Saint-Martin, février 2017. 

 

En una lengua a la vez lírica y depurada, Carolina Zamudio describe un mundo de paradojas donde se enfrentan dos temporalidades: una, familiar, del ciclo de los días, de las noches y de las estaciones, y una temporalidad estática, la de la espera incierta de una revelación: un beso, un roce del viento, la aparición de una lágrima que puede desencadenar el brillo.

Un mundo sometido a la lógica fragmentada y, sin embargo, implacable del sueño: explora los sueños cuyo significado elude. Los objetos llevan presagios ambiguos. Se cruzan fantasmas amigables y tristes. El soñador se desdobla y se mira soñando; y la poeta se descarna desposeída de su creación como si sólo fuera un instrumento que atravesase los pensamientos que expresa, que no son de ella misma.

En este universo movedizo, en el que día y noche se entrelazan, donde interior y exterior cambian de lugar como anversos y reversos de una misma prenda, se busca el refugio de una casa o de una hamaca. Se aspira a lo desconocido, pero desgarra el deber abandonar lo que ya se sabe. Se centra en lo cotidiano con una mirada retrospectiva, que anticipa el adiós.

Sabemos que lo que irá a ocurrir algún día será a la vez impactante y terrible, una epifanía que ordenará el caos aparente y revelará la belleza. O tal vez sólo la muerte, como un despertar luminoso después de un sueño sombrío de la vida.

No se sale indemne de la lectura de los poemas de Carolina Zamudio, porque sus rituales son mágicos, y nos enseñan a ver más allá del azar.

 

Olivier Lécrivain

Pouligny-Saint-Martin, febrero de 2017. 

 

 

 

Commandes / Pedidos  en France / en Francia : chez votre libraire ou Association Gangotena, 4 rue Vincent Allègre, 83000 – Toulon F. / en donde su librería o a  Association Gangotena, 4 rue Vincent Allègre, 83000 – Toulon F.

Chèque à l’ordre de Association Gangotena de 14 € (+ 2 € de frais de port) / Cheque a Association Gangotena de 14 € (+ 2 € de gastos de envío)

Commandes / Pedidos en Uruguay : a Carolina Zamudio,  carozamudio@gmail.com

 

Retour

Dans cette 84ème lettre d'information, nous vous proposons de redécouvrir nos beaux-livres, et de venir nous saluer lors de nombreux événements pour fêter la fin de l'année ensemble !
Si vous ne parvenez pas à lire cette lettre, cliquez ici

Page 1
Page 2
Page 3

 

Retour

Ils dormentde Christiane Veschambre, paraîtra à L’Antichambre du Préau 

(145 bis, avenue de Choisy 75013 / 01 48 06 47 06 / preaudescollines@gmail.comle 

15 décembre 2017.

Vous pouvez le commander en répondant à

----------------------------------------------------------------------------------------

Christiane Veschambre

Ils dorment

 

 
 

édition limitée à 200 exemplaires plus 30 exemplaires accompagnés d’un portrait original de Jacques Le Scanff.

 

"Ecrire le poème retourne en plein jour à la nuit invisible de la présence dans l'amour - la présence secrète, qui ne peut être montrée, la présence ordinaire du vivant souterrain que celui qui écrit le poème écoute en secret et aux yeux de tous, qui ne le voient pas."

 
 

 

L’Antichambre du Préau

145 bis, avenue de Choisy 75013 Paris tél : 01 48 06 47 06 preaudescollines@gmail.com

 ------------------

souscription

 J’achète un exemplaire courant du livre de Christiane Veschambre, Ils dorment, et j’envoie en chèque la somme de

8 euros plus 2 euros pour le port


ou

j'achète un livre au tirage limité à trente exemplaires sur Rivoli, accompagné d’une gouache originale de Jacques Le Scanff au format du livre pour le prix de

70 euros plus 3 euros de frais de port

à adresser à

L’Antichambre du Préau 145 bis, avenue de Choisy 75013 Paris

Nom ............................................................... Prénom ................................

Adresse ............................................................................................................. ................................................................................................................................ ................................................................................................................................ ................................................................................................................................

Téléphone ................................ Courriel ....................................

 Vous pouvez le commander 

Jacques Le Scanff
ed. Le préau des collines
145bis av. de Choisy
75013 Paris

tél. 01 48 06 47 06
preaudescollines@gmail.com

 

 

NOVEMBRE 2017

Retour


 

Voir la version en ligne  Voir: http://www.letempsquilfait.com/Pages/Pages%20livres/Page%20nouv.619.html  

Retour

Le Livre d'art

Au fil des barques et des saisons

vient de paraître aux Editions Alcyone (Collection

 

68 encres couleur de Silvaine Arabo (17 encres par saison)

accompagnées de poèmes de Sébastien Minaux,
 

Léon Bralda, Pablo Neruda, Paul Fort, R.M. Rilke,
 

Emile Nelligan, Silvaine Arabo, Wang-Wei, etc.

Edition à tirage limité, entièrement numéroté

- Publication sur

- Couverture :

- 150 pages
 

Pour davantage d'informations sur l'ouvrage et/ou pour le commander,

voir

Voir


 

wwww.editionsalcyone.fr
Poèmes à lire et à entendre, bio-bibliographies,
notes de lecture, photographies, etc.

 

Retour

L'association "Le Citron gare" vous annonce la publication de son 12e recueil : « Des abribus pour l’exode », de Marc Tison, illustré par Raymond Majchrzak ( voir avis de parution).

 

Si vous souhaitez vous procurer ce livre, vous pouvez faire un tour sur le blog http://lecitrongareeditions.blogspot.fret m'écrire. 

 

Les autres livres édités par le Citron Gare sont toujours disponibles.

 

De plus, vous trouverez ci-joint, pour votre informationet partage, des extraits du numéro 75 de Traction-Brabant désormais disponibles sur le Cloud d'Orange, avec des textesdeMichel Talon, Kevin Broda, Chloé Landriot , Julien Boutreux, Walter Ruhlmann, Eric Dejaeger.

 

- en version PDF :https://share.orange.fr/?_=SIU#qBjpsrN1to2a2b6b04e0

 

- en version doc : https://share.orange.fr/?_=JWh#5Eeg2yMc1T2a2b6b04f4

 

Patrice Maltaverne

et l'association Le Citron Gare

http://traction-brabant.blogspot.fr/

http://lecitrongareeditions.blogspot.fr/

http://poesiechroniquetamalle.centerblog.net/ 

http://cestvousparcequecestbien.blogspot.fr/

 

Retour

 Avis de parution : SURSIS - micro-fictions poétique et collages de Cathy Garcia

couv


 

Treize micro-fictions poétiques, bizarres, décalées, dérangées….

Dérangeantes ?

 
«Je l'observe avec étonnement et soudain, je vois ses lèvres venir s'écraser contre le rempart de verre et son regard virer au gris. Je la vois se retourner sur elle-même, cette crispation soudaine qui ne trompe pas. Je me demande l’espace d’un instant, si elle pourra obtenir rapidement son sursis, puis je m'éloigne, je voudrais profiter du mien. »

 

2

Tirage numéroté
édité et imprimé par l’auteur

avec neuf collages papiers originaux réalisés par l'auteur

De cet ouvrage, est prévu un tirage de tête limité et numéroté à treize exemplaires avec illustrations en couleur
le reste sera en noir et blanc
28 pages sur papier 90g calcaire
couverture 250g calcaire 100 % recyclé

dépôt légal : octobre 2017

3


10 € pour le tirage en nb
chèque à l'ordre de :
Cathy Garcia
Létou
46330 St Cirq-Lapopie

 http://cathygarcia.hautetfort.com/& http://gribouglyphesdecathygarcia.wordpress.com/

http://imagesducausse.hautetfort.com& http://delitdepoesie.hautetfort.com/

 

Retour

Un nouveau livre de Christiane Veschambre au
devenu
Voir

Retour

Dans cette 83ème lettre d'information, découvrez notre premier beau livre, un duo de voix de femmes et une anthologie de jeunes auteurs... Ainsi que de nombreux événements où nous retrouver !
Si vous ne parvenez pas à lire cette lettre, cliquez ici

Page 1
Page 2
Page 3
Page 4
Page 5

 
 

Retour


 

Le dernier numéro de la revue Recherches internationales est paru.
Il est principalement consacré aux 
La coordination du dossier central a été assurée par Pierre Salama, professeur émérite à l'université de Paris XIII.
Vous trouverez en

Michel Rogalski

 
http://www.recherches-internationales.fr

 

 

Retour

VIENT DE PARAÎTRE

Association Gangotena – éditions associatives Villa-Cisneros

 

                    © Karine Abello

 

GILBERT RENOUF

 

UN SOURIRE SPIRITUEL

 

« A Kiev, sur la place où sont rassemblés les opposants au pouvoir, une infirmière est touchée à la gorge par un tir, elle appuie d’une main sur sa blessure ensanglantée, de l’autre elle envoie un tweet, « je suis en train de mourir », quelle présence d’esprit, quelle fidélité à la communauté des tweeters, vais-je pouvoir stariser ma mort jusqu’au bout, j’espère qu’on me filme aussi, aussitôt agitation fiévreuse sur le réseau, va-t-on lire ses derniers mots, déchiffrer son dernier râle d’une main et se branler de l’autre… puis plus rien. Finalement, elle est opérée et en réchappe. Quelle déception. »

G.R.

 

Volonté de se soumettre de plus en plus répandue, illusion de liberté par internet, inculture arrogante et revendiquée, avachissement du langage et des corps, vulgarité conquérante, marchandisation des idées et des êtres, béatitude devant le fanatisme technologique, publicité considérée comme un des beaux-arts…

La matière ne manque pas à qui prétend encore s’en émouvoir, la dénoncer, la combattre… pour mieux regarder ailleurs de quoi s’émerveiller.

 

100 pages

Format 145 x 220 mm

Papier int Bouffant ivoire 80gr

Impression int Noir R°/V°

Couverture papier carte 280gr

Impr Quadri R° - Pelliculage Brillant R°

Dos carré collé

Couverture : Bernard Vanmalle

ISBN 978– 2–919209–16-3

 

Commandes:

15 €  + 2 € de frais de port

Éditions Villa-Cisneros, 4 rue Vincent Allègre

83000 Toulon – F

contact@remydurand.com

Chèque à l’ordre de : Association Gangotena

Retour

Vient de paraître
Le Cercle de l'Aurore
Sylvie Méheut
Postface Jean Lavoué
voir

 

« Chacun, nous sommes conviés à cet oratorio intérieur en nous laissant prendre et emporter par ces rythmes secrets, ces sonorités mystérieuses, ces envolées pleines de souffle soutenu et de tendresses partagées. » Jean Lavoué.

 

 
Vous pouvez dés à présent commander
 
Le cercle de l’aurore
13 euros + frais de port.

 

 
Vous pourrez retrouver l’auteur, pour un premier rendez-vous,  sur le stand Monde en poésie/Brigitte Maillard le samedi 2 décembre au Salon du Livre de Pont-l’Abbé 29120, Salle du patronage laïque.
 

 

 

Retour



 
 

Vient de paraître
Tu écris des poèmes, de Murièle Modély


 

Tu écris des poèmes

de Murièle MODÉLY

ISBN : 978-2-84924-511-8

13 x 20 cm

96 pages

12,00 €

Pourquoi, pour qui écrire de la poésie ?
L’auteure interroge, s’interroge : « Tu écris. Tu écris des poèmes. Tu précises, tu n’écris que des poèmes. Tu écris des poèmes à table, au lit, devant le film à la télé. Tu écris des poèmes noirs, avec des poils, de la chair, des sécrétions. Tu répètes. Tu écris. Des poèmes, encore, toujours. Tu écris des poèmes, parce que tu aimes le désordre, les pas de côté. Quand les mots ne suffisent plus à dérouler ta pensée, tu écris des poèmes. »
Pourquoi ? La question reste ouverte. Il s’agit juste d’écrire. De la poésie, avec la langue, le corps, le quotidien, pour que le mystère du monde soit à portée de main.

Murièle Modély est née en 1971 à l’île de la Réunion. Installée aujourd’hui à Toulouse, elle écrit de la poésie qu’elle publie régulièrement sur son blog Nouveaux Délits, Microbe, La Piscine, Recours au poème, Paysages écrits, Realpoetiketc. Tu écris des poèmesest son sixième recueil.

     

Bien cordialement.

Editions du Cygne


 

 

Retour

 Martine JAQUEMET, peintre, etSalah AL HAMDANIpoète, 


 

se sont associés depuis plusieurs mois pour réaliser une exposition de peinture à partir de poèmes. 110 toiles ont été réalisées à partir de 250 fragments poétiques et seront exposées à Lucinges (74) dans l'atelier de Martine Jaquemet les 25 et 26 novembre 2017.

Les deux artistes célèbrent 40 années d'écriture et 40 années de peinture et seront heureux de vous accueillir au vernissage de l’exposition entre 10h et 20h.

 

Un livre d'artiste a été réalisé à cette occasion :

 

ÂGE DE RAISON

 

20 peintures de Martine Jaquemet et 20 fragments poétiques de Salah Al Hamdani.

Ed. Atelier Martine Jaquemet – Lucinges, 2017 - 36 euros

 

Imprimé en quadrichromie au format de 120x320 mm sur papier Materica Clay 360g/m2 - Fedrigoni pour la couverture et X-Per Premium 150g/m2 - Fedrigoni pour les pages intérieures. Poids unitaire: 154 gr.

En découvrir un aperçu en suivant le lien https://www.salah-al-hamdani.com/age-de-raison

 

Si vous souhaitez l’acquérir, cliquez sur le BON DE COMMANDEà imprimer, remplir et à adresser avec votre règlement à Martine Jaquemet. Le livre vous sera adressé en retour par voie postale.


 

Retour

Retour

Ce livre fera l'objet d'une émission "les poètes" parutions fichier\2017\Bon de commande.pdf

 

Retour

Ce livre fera l'objet d'une prochaine émission.

Retour

OCTOBRE 2017

Voir la version en ligne 30-10-2017
 


L'histoire de l'inventeur de la plus célèbre classification des livres en bibliothèque…
 


Dans une autre vie, j'étais un serpent nu, une chose sans corps, une vie sans armure…
 
 
Melvil Dewey, une vie bien rangée  


Melvil Dewey
Une vie bien rangée


par Thierry Goulois



a paru au tout début d'octobre 2017 en
Arts, Histoire et Patrimoine




Un petit livre pour tout public curieux,
et particulièrement adapté pour épicer une
formation en bibliothèque




40 pages, illustrations couleur

Prix public 12€ port compris
Achats groupés (
bibliothèques) :
consultez-nous(06 03 17 85 65)


 

 

Sorte de Facteur Cheval et père de la bibliothèque moderne, Melvil Dewey crée au XIXe siècle un système de classification décimale des livres encore largement utilisé aujourd’hui.
Tous ceux qui fréquentent les bibliothèques l’ont forcément rencontré, au moins sous la
forme d’une cote sur la tranche d’un livre…
Mêlant faits véridiques et loufoqueries, Thierry Goulois, bibliothécaire à Brest, raconte la vie bien rangée de ce personnage finalement célèbre, émaillant son propos d’illustrations impertinentes.

 


 
 

 

Retour

Spered Gouez n°23 : Viv(r)e l’utopie ! 

 
voirprésentation     voirbon de commande

voir  http://www.festivaldulivre-carhaix.bzh/fr/spered-gouez-lesprit-sauvage-vivre-lutopie/

Retour

Belvédère

 

SOMMAIRE

 

COLONIALISMO

 

Apocalypse (Apocalisse)

Hexagonie: Un pays africain au coeur de l'Europe

Ritalia: Lo Stato Pontificio

Tolosa via del Toro 56

In nome della Bibbia: Imperi dell'Atlantico di Joh H. Elliot

Arabitudes: Le vertige sensuel d'Albert Bensoussan

Pagine inedite, à Pompeo Oliva in memoria

Spécial Lyon
 

Cinéma: Festival Lumière 2017

voir len° 49

 

Retour

IGD

- INFINIE GÉOLOCALISATION DU DOUTE -

de Denis Heudré

voir

voir son site Internet:

 http://denisheudre.free.fr

Retour

Brigitte Maillard traduit la vie en poésie voir:
 
                                  https://www.ouest-france.fr/bretagne/finistere/brigitte-maillard-traduit-la-vie-en-poesie-5294633
 

 

Retour


 

Début de roman

Je ne crois pas avoir besoin de vous présenter Julien Blaine, dont j'ai parlé à maintes reprises dans cette chronique. Avec ce nouveau livre, il nous surprend, non seulement par la forme qu'il a choisit (une forme poétique, mais qui est en réalité un récit en 85 parties). Nous n'avons plus l'émule endiablé de Dada et de Fluxus, mais un écrivain qui médite devant la question de la mort. Cette histoire évoque le décès de son père, advenu en un mois de septembre 2015. Rétrospectivement, quand on a achevé de lire ce livre, on a l'impression angoissante d'un compte à rebours. Chaque « chapitre » condense en quelques lignes (jamais plus d'une page, sauf à la fin) des souvenirs, qui s'égrènent, qui recomposent une existence, mais sans jamais offrir une solution de continuité ou un point de vue d'ensemble. Mais il ne s'agit pas simplement de se remémorer des événements de l'enfance, des circonstances qui ont laissé des traces profondes, mais aussi d'une méditation qui, souvent, reste en suspend : la phrase ne s'achève pas et laisse le lecteur volontairement dans l'expectative. C'est souvent drôle, parfois inquiétant, passant sans cesse du doux à l'amer, du genre James Ensor à la vanité des maîtres du siècle d'or hollandais, mais dans le genre Art Brut et débridé. C'est inclassable (et c'est très bien ainsi) et c'est un singulier chemin de croix intérieur, un questionnement face au temps qui passe inexorablement, une danse bouffonne de mort, des mémoires morcelées qui ne dissimule ni la peur, ni la douleur, ni des obsessions, ni rien d'ailleurs, sans jamais faire une faute de pudeur. En revanche, Julien Blaine ne perd jamais l'occasion de faire des fautes de goût, en bon rabelaisien qu'il est. Il ne veut pas se prendre trop au sérieux ni qu'on le prenne au sérieux - en dépit de la gravité de ces pages. Mais il n'en ai pas moins vrai que s'il n 'hésite jamais à faire de l'esprit (je veux dire : du mauvais esprit) et de jouer sur les mots (on ne se refait pas), c'est un ouvrage grave et touchant qu'il a composé et qui présente un autre aspect de son art poétique.   

Gérard-Georges Lemaire

 

Dé buts de Ro man * &, 

Un dé but : ce qui défait un but ? En couverture, le titre est réparti comme sur six faces d’un dé : cinq syllabes et une esperluette précédée d’un astérisque. Et chaque page fait face : recto sans verso. Rien ne se déroule, qu’une succession de faces. Tourner les pages, c’est rouler le dé. La marquise ne sortira pas à cinq heures. Du roman, Julien Blaine ne retient que l’incipit recommencé comme un coup de dé roulant sur l’escalier du livre, tel le corps du poète sur celui de la gare Saint- Charles. Souvent, il tombe sur la chute d’un corps hors du corps. Dans le caveau de famille, des petites caisses conservent encore « quelques cheveux, quelques rognures d’ongles et des petits bouts d’os » de plusieurs générations. Mais avant la mort, le corps se sépare de parts du corps, devenues déchets : du dedans qui tombe dehors. Un personnage aspire à sortir ainsi de lui-même, à faire le vide : « Tout ce que je n’ai pas pu gerber » (ou « dégueuler », ou « vomir », ou « rendre »), « je vais le chier » (ou « caguer », ou « déféquer », ou « donner »). Ces chutes sont autant de terminus de trajets, ceux des matières qui traversent le corps : « Voyez-vous, quand les restaurants sont trop chers, je vomis, ainsi, j’en ai pour mon argent : pour le prix d’un aller, je me paie un aller/retour. Et le retour n’est pas

Ces dé buts sont des notes de voyage, pour Cythère parfois, non sans chutes (donnant-donnant) de l’élan mâle et des pluies femelles : « Sans doute l’avait-il humiliée en ne bandant pas. Alors elle l’humilia à son tour en lui pissant à la gueule tandis qu’il la broutait. À moins qu’elle ». À des impressions de voyage (embarquements, débarquements, trajets) se mêlent des souvenirs (le jeu du Solitaire sur un banc du jardin d’enfants à la sortie de l’école maternelle, la main frôlant les « ailes velours » de papillons de nuit autour de la flamme), qui s’irréalisent : « En vieillissant les souvenirs de son enfance perdaient de leur consistance, de leur réalité. C’était comme les séquences d’un vieux film d’un vieil auteur étranger. Lui-même —soi— était maintenant devenu cet étra ».

Cet étrange état entre souvenir et rêve, réalité et fiction, mort et vie, rappelle un début fameux, celui du roman proustien, où un début de rêve est coupé par le réveil : « la pensée qu’il était temps de chercher le sommeil m’éveillait (…) il me semblait que j’étais moi-même ce dont parlait l’ouvrage», etc. Blaine écrit : « Selon un processus imperceptible la vulve de sa jeune fiancée se métamorphosait en un furoncle bourgeonnant prêt à cracher son pus. Il se réveilla en sursaut et allongea son bras gauche pour retrouver sa présence. Il était seul dans son lit ». Le corps s’apprête à dormir, il reste au bord : « Tous les soirs à 22h 45, il s’allongeait sur le dos sur son lit, les mains posées sur les pectoraux ; au bout d’1/4 d’heure il se mettait sur le côté droit, le bras droit en L autour de sa tête, la main gauche sur le biceps droit et il attendait le sommeil… ». Cela peut ressembler à une sieste de vieux, ce « moment mortel où plus rien ne se passe même pas le temps ». Ou à un cauchemar à la Munch (

« Un homme qui dort », écrit Proust, « tient en cercle autour de lui le fil des heures, l’ordre des années et des mondes. (…) mais leurs rangs peuvent se mêler, se rompre ». Les Parques font des nœuds, et coupent. Par ces bouts-débuts de roman, Blaine s’apprivoise-t-il à la mort ? Au cours de sa visite quotidienne à ses parents nonagénaires, le narrateur croise des personnages que, dès sa sortie, il s’exerce à imiter. Il excelle dans le rôle d’une vieille courbée, qui psalmodie ses « aïe ! aïe ! aïe ! ». Après la mort de son père, il écrit : « La nuit quand je somnole, dans mes éclats d’éveil, je me surprends à imiter l’agonie de mon père... ». Les 11 derniers débuts, sur 6 pages, sont datés (2015, 2016) et accompagnent la photo du visage de ce père « parti / Sereinement / Sereinement absolument » —pour revenir « caché dans un petit cagibi. / Il était légèrement assoupi. / J’ai pensé que je rêvais, j’étais si étonné… / Il s’est éveillé, c’était lui, il a souri et j’ai refermé la porte ».

Mais Blaine ne nous refera ni la 

François Huglo (Sitaudis) 


 

Dé buts de Ro man * &, 

Si l’on en croit le poète autrichien Ernst Jandl, « un roman c’est une histoire / dans laquelle / tout dure trop longtemps / c’est ça un roman »

En effet, il est question d’un individu masculin, plutôt âgé

[1]

[2]

Bruno Fern (Libr-Critique)


Dé buts de Ro man * &, 

Un début de roman qui accroche, c'est important pour avoir l'envie de continuer à lire le livre, alors un livre dont la partition est 85

Christian-Edziré Déquesnes. (Ffwl Lleuw)

 
Julien Blaine, Dé buts de Ro man *&,

Le dernier livre, recueil (on ne sait exactement quel terme utiliser) de Julien Blaine est fait de 85 exercices (le mot figure en 27 et l’on pense à d’autres exercices relevant de la littérature à contraintes, les

 

Retour

 

Dans cette 82ème lettre d'information, découvrez le dernier recueil de Jeanne Benameur, ainsi que notre 5ème anthologie destinée à la jeunesse : deux ouvrages centrés autour de l'exil...
Si vous ne parvenez pas à lire cette lettre, cliquez ici

Page 1
Page 2
Page 3

 

 

Retour

ANIMAUX ILS NOURRISSENT NOS MOTS

 
VOIR DOC

 

Retour

Retour

Andrea 
et

voir

 

 

Retour

le numéro 15 de (revue de poésie,

d'art et de réflexion

numéro unique annuel

- 190 pages (format A4)

- 45 participants parmi les meilleurs poètes d'aujourd'hui

- de la poésie étrangère (Espagne)

- des articles en lien avec la thématique (

- une étude sur Aragon

- un récit de Werner Lambersy

- des réflexions et aphorismes

- 48 reproductions couleur d'oeuvres d'art (huiles, acryliques,

photos, collages)

- 50 pages de notes de lecture, etc...

Le tout reproduit sur papier ivoire pour les textes et

papier glacé blanc pour les oeuvres d'art.

Lire un descriptif plus précis et commander ce numéro

Silvaine Arabo
Editions Alcyone :
wwww.editionsalcyone.fr
Poèmes à lire et à entendre, bio-bibliographies,
notes de lecture, photographies, etc.

Retour

 Bois de peu de poids 1 & 2

Parution de la partie 2 de "Bois de peu de poids" (hiver-printemps) de Romain Fustier aux éditions Lanskine. 

La partie 1 de "Bois de peu de poids " (été-automne) est encore disponible.

 

Bon de commande 

 

La fiche-éditeur de la partie 1 : http://www.editions-lanskine.fr/livre/bois-de-peu-de-poids-ete-automne

 

La fiche-éditeur de la partie 2 : http://www.editions-lanskine.fr/livre/bois-de-peu-de-poids-hiver-printemps

  

Un extrait : http://terresdefemmes.blogs.com/mon_weblog/2016/04/romain-fustier-la-sensation-de-flotter-sur-la-lagune.html

 

Un autre extrait : http://terresdefemmes.blogs.com/mon_weblog/2017/08/romain-fustier-elle-est-elle.html

 

Contre-allées

https://www.facebook.com/contreallees/

https://twitter.com/contre_allees

https://fr.linkedin.com/in/contreallees

 

Retour

Françoise Claustres

 La vie de Marie à travers les poètes
éditions
voir
 

Retour

Belvédère n° 47 mai-juin 2017

SOMMAIRE

 

Italia paladina

Paladins aux Trumpettes

SPECIAL CAEN: Ancêtres de glace - Un débarquement peut en cacher un autre - Le Mémorial - L'indéfinissable

                      Le remouleur de la Rue Froide - Animaux aquatiques et monstres (colloque de Cerisy)

Teatrolibri: Stefano Massini,  Il Wozzeck di Familiari

Paladinophiles:

TOULOUSE TROISIÈME ETAPE: De Cavalcanti à l'Occitanie - L'inconnue de la Fondation Bemberg - Mandetta à l'université
 

Montauban

Archives d'auteur

VOIR

Retour

Jéricho 
 Poèmes de Didier Bazile 
à
 préface de
Voir
Ce livre fera l'objet d'une prochaine émission

Retour

 

BULLETIN DE COMPLICITÉ

 

Retour

Vous trouverez ci-dessous la chronique du http://www.lelitteraire.com/?p=33259#more-33259consacrée à la parution de mon nouveau livre "

Filip Forgeau, Journal du pays où je ne suis pas né 

Marcher dans le bleu
 

 

Le récit de Filip For­geau est pas­sion­nant par son éco­no­mie même. Il raconte l’histoire d’un petit gar­çon “né il y a qua­rante ans et mort à la dis­pa­ri­tion de son père”. Aujourd’hui il “n’a pas qua­rante ans mais huit ans + trente deux” tant il est obnu­bilé par cette dis­pa­ri­tion.
Il aurait du naître “là-bas” mais il est né “ici”. Il invente alors le pays de son père : Mada­gas­car. L’île résonne dans sa tête, le père marche dans sa tête au milieu d'un pays qu’il ne connaît pas mais qui est le plus proche de lui. Fils de l’exilé, il en devient le père dans une belle tor­sion de son plus grand secret : “Fan­tôme de qui ? Enfant de qui ? De quel adulte est-il l’enfance, de quel esprit est-il le corps ?”.

Certes, il n’est pas né à huit ans, mais ces huit années le hantent. Né le jour de la mort de son père, il doit retrou­ver ses racines, les siennes et celles de sa petite sœur et de son petit frère. Il doit faire par­ler le temps muet dans un voyage spa­tial au sein de ce qui a ravagé ses nuits et les a fait pleu­rer.
Celui qui est revenu de par­tout et de nulle part doit retrou­ver “sa” terre qu’il n’a pas connue. “Ce sont ces mondes là qu’il me faut racon­ter. Mon his­toire en quelque sorte. Celle que je me suis raconté” écrit For­geau. Et plus loin : “Pour cela il me faut naître (renaître ?), venir (reve­nir?) au monde”.

L’auteur écrit entre deux êtres : l’enfant mort qu’il fut, l’adulte qu’il est devenu. Et entre les deux, la figure pater­nelle “qui me res­semble et marche dans le bleu”et ce au moment où tout est blanc “à cause de l’image du doute”. C’est là où ce beau texte nous mène. Et au-delà. Là où il existe des anges, une musique du silence sur des zones de tur­bu­lences.
Le petit gar­çon et l’adulte se conjuguent dans une inter­ro­ga­tion vis­cé­rale, pri­mi­tive jusqu’à l’interrogation finale au moment où sa mère dort enfin après des années d’insomnie : “Au fait, à quel âge ça meurt déjà les papas ?”. Peut-être qu’au sein de l’absence ils ne meurent jamais.

Jean-Paul Gavard-Perret

Filip For­geau, 
– Jour­nal du pays où je ne suis pas né
, Edi­tions Incipt en W, Mira­mas, 2017, 90 p. 
—  16, 50 €.

 Rosa Liberté, Théâtre, edi­tions Les cygnes, 2017, 60 p. — 10,00 € .

Vous pouvez dès à présent vous le procurer :

- en librairie

- sur Internet via les sites Amazon, fnac.com… 

 - ou le commander directement par mail à : ou sur le site de l'éditeur 

 

"Journal du pays où je ne suis pas né" a été écrit en résidence d'écriture à l'invitation du Centre Culturel Français Albert Camus de Tananarive/Madagascar et du CEAD - Centre des Écritures et des Auteurs Dramatiques de Montréal/Québec

 

Retour

 Extraits du numéro 74 de Traction-brabant et autres actualités du Citron Gare


 

Vous trouverez, pour votre information, des extraits du numéro 74 de Traction-Brabant désormais disponibles sur le Cloud d'Orange, et qui comprend les poèmes ou textes courts de: Jean-Marc Couvé, Marc Guimo, Didier Trumeau, Florentine Rey, Florent Toniello, Charles Frouin, Yvette Vasseur.

 

- en version pdf : https://share.orange.fr/?_=8SC#61BPQOXwox732cd39bb

 

- en version doc : https://share.orange.fr/?_=qH1#CNdWl91z5C732cd3a02

 

Si les liens ne fonctionnent pas directement, vous pouvez les copier-coller.

 

Je vous signale également la parution, aux éditions Henry, de mon recueil intitulé « Le sucre du sacre ». Pour plus de précisions : http://www.editionshenry.com/index.php?id_article=479

 

Vous trouverez enfin ci-dessous, quatre liens qui vous permettront d'aller faire un tour sur les deux blogs des Editions Le Citron Gare et de Traction-brabant, ainsi que sur les deux blogs de mes chroniques poétiques :

 

http://lecitrongareeditions.blogspot.fr/

http://traction-brabant.blogspot.fr/

 

http://poesiechroniquetamalle.blogspot.fr/

http://cestvousparcequecestbien.blogspot.fr/

 

Bonne lecture ! Vos remarques sont les bienvenues...

 

Patrice Maltaverne

et l'association Le Citron Gare

Retour

Voir la version en ligne 13-09-2017
 


L'histoire de l'inventeur de la plus célèbre classification des livres en bibliothèque…
 


Dans une autre vie, j'étais un serpent nu, une chose sans corps, une vie sans armure…
 
 
Melvil Dewey, une vie bien rangée  


Melvil Dewey
Une vie bien rangée


par Thierry Goulois



à paraître en septembre 2017 en
Arts, Histoire et Patrimoine




Un petit livre pour tout public curieux,
et particulièrement adapté pour la
formation en bibliothèque




40 pages, illustrations couleur

Prix public 12€ port compris
Achats groupés (
bibliothèques) :
consultez-nous(06 03 17 85 65)


 

 

Sorte de Facteur Cheval et père de la bibliothèque moderne, Melvil Dewey crée au XIXe siècle un système de classification décimale des livres encore largement utilisé aujourd’hui.
Tous ceux qui fréquentent les bibliothèques l’ont forcément rencontré, au moins sous la
forme d’une cote sur la tranche d’un livre…
Mêlant faits véridiques et loufoqueries, Thierry Goulois, bibliothécaire à Brest, raconte la vie bien rangée de ce personnage finalement célèbre, émaillant son propos d’illustrations impertinentes.

 


 
 

 

Thierry Goulois et la bonne maison Cardère

vous souhaitent une belle journée bien organisée.

 
 

 
 

Retour

 

Le programme des 

 

Editions de La Table Ronde

 

 pour octobre et novembre 2017

 

voir

Retour

 Le bulletin de souscription 
pour le recueil poétique 
"Les Saisons et les heures"
 d'Agathe Rivals, 
 aux éditions Berline-Hubert-Vortex.
voir

 

Retour

Voir la version en ligne 05-09-2017
 


Une hyène rencontre les défunts qui errent dans ses limbes, avant de parachever leur disparition…
 


Dans une autre vie, j'étais un serpent nu, une chose sans corps, une vie sans armure…