parutions ARCHIVES parutions  2021  2020     2019

Retour

 

parutions

2022

 

 

Retour

 

Sur les traces d'un peintre contemporain 
et prêtre avignonnais…

 

Un ouvrage de la bonne maison Cardère

Conté par le Vauclusien Joseph Pacini et photographié par son complice normand Christian Malon, l’ouvrage prête à voir une œuvre bien originale, qui se décline en peintures murales, peintures de chevalet, vitraux et dalles de verre.

Peintre décorateur de métier, Marcel Roy (1914–1987) marque fortement la ville d’Avignon et toute sa région, participant notamment par ses magnifiques vitraux à valoriser l’architecture résolument moderne du Sacré Cœur d’Avignon, de Saint-Joseph Travailleur d’Avignon (remarqué par l’hebdomadaire La Croix au printemps 2022) ou de la chapelle œcuménique du mont Serein, pour ne parler que de ces réalisations.

Marcel Roy mit toute sa passion pour promouvoir l’art sacré dans ses expressions contemporaines. Vertueux convaincu, il entre en résistance active en 1941, croise la route des « grands » (Matisse, Albert Gleize, Braque, Tal Coat, Léger…) et se positionne aux côtés de l’abbé Robert Chave dans le mouvement Foi & Culture.

 

Joseph Pacini a travaillé plusieurs années à rassembler les pièces d’un puzzle artistique et biographique majeur, pour notre plus grand plaisir. Christian Malon lui a prêté son regard photographique pour saisir une bonne partie des œuvres de l’abbé Roy.

Le projet de livre a reçu un bel accueil de la part de l’agence régionale du livre Occitanie livre & lecture et a bénéficié d’un financement de la Région Occitanie.

 

Textes de Joseph Pacini
Photographies de Christian Malon

Rassemblant une cinquantaine de photographies couleur , l'ouvrage se déroule sur 104 pages au format 24 x 27 à la française. Son prix public est de 30 €.

Sortie 25 juillet 2022, isbn 978-2-37649-029-6

 

Où commander le livre

Chez votre libraire préféré (commande) ou sur le site de l'éditeur ou par courrier*, au prix public de 30€.

* Cardère éditeur, 19 rue Agricol Perdiguier, 84000 Avignon

 

Retour

Voir : Le Courrier des lecteurs. Numéro spécial 124 
de Françoise Vignet .

Retour

 
 
De Sabine Aussenac :
Mon poème au sujet de Rose Ausländer, dans les deux langues.
Mein Rose-Gedicht, zweisprachig.
Rose, Sonnenkind der Morariusgasse, ein Gedicht über Rose Ausländer
Sabine Aussenac 

 

Retour

Philippe Veyrunes 
(Prix Max Pol Fouchet 2003)
publie un recueil de contes animaliers 
"Entre chien et loup"
voir bulletin de souscription
voir couverture du livre
voir extraits doc1  doc2

Retour

Ghislaine LEJARD  publie 
 
Dans la lumière de la fragilité, 
  
gravures de Marie-Françoise Hachet de Salins.
voir bulletin de commande
             Ghislaine LEJARD
                     Ghislaine LEJARD - Wikipédia
                     Académie littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire

Jean Rousselot Andrea Genovese.docx

Retour

Notre ami le poète 
Roland Nadaus 
va faire paraître son prochain livre :
 "L'amour ça brûle, mais ça illumine".
Nous vous informerons de cette parution 
dès qu'elle sera effective et nous y consacrerons une émission.
D'ores et déjà ayez un avant goût en consultant les documents ci-dessous:
doc1  doc2 doc3

Retour

Vous pouvez écouter 
Marie-Josée Christien 
interrogée par notre confrère Michel Philippo
en cliquant sur :
 https://www.bretagne5.fr/podcasts/marie-josee-christien  

et la retrouver sur notre site à l'émission du 9 / 01 / 2020 :

https://lespoetes.site/emmission/2020.html

et dans 2021 : "Confinement" n° 59, n° 35, n° 21

Retour

Voir Article du Figaro à propos du livre de 
 
Jean-Luc Pouliquen:
 
Robert Louis Stevenson à Hyères

 

Retour

Retour

Nouveau recueil 

de Marc Tison

(ce livre fera l'objet d'une émission prochaine)

 

AUTOUR DU POT 

 

 

Une image contenant texte

  

56 pages / format 10x15cm / Mise en page et calligraphie de Jean Jacques Tachdjian 

10€ (port inclus) commande par mail : mtmgmt@orange.fr

Extraits :

« …Quelque chose s’efface / Un voile à peine une transparence / Une légère contracture mémorielle / Une sorte d’inefficience / Qui change la lumière des souvenirs / Des enfances / Qui éclaire la traverse des paysages / On s’éveille autrement / On sourit un peu mieux aux jours qui attendent… »

 

« …L’ermitage des sentiments / Expulse les autres dans un ensemble trouble / Une poche molle d’enfermement / L’air flou des surchauffes populistes brouille le réel / Enfoui sous des pixels retors / Le soleil s’envenime / Alors on n’y comprend plus rien / On n’y comprend plus rien de nous / Une folie de désastre / Dégringole des étiages misanthropes / Aux soubassements de vermines… »

 

« … Je n’ai pas la tranquillité du phare stoïque de la pleine lune qui éclabousse les insomnies J’écris des poèmes de charbon que je frotte sur la peau, le visage et les mains. Pour fondre dans la nuit furieuse une guérilla contre les phrases du pouvoir fabriquées au défoliant de mots / Lavartus Prodeo sur le sol humifère / A dépoussiérer la neige… » 

 

Plus d’informations sur  https://marctison.wordpress.com

Retour

pour accompagner
La 5e édition du festival
« Tournez La Plage »
et l’exposition inaugurale le 3 août à 19h00
à l’art hic & hoc
à La ciotat
6, boulevard des frères Blanchard

où Julien Blaine

présentera quelques uns de ses amies&amis 

animaux-&-artistes : 

Lolo, l’âne - Congo, le chimpanzé - Picasso  la truie - Hunter, le shiba-inu - Juuso, l’ours - Poulpo, le poulpe. 

Les presses du réel ont édité dans la collection al dante 

un catalogue 

(textes de victor hugo, Julia Raymond, Gilles Suzanne et Laurent cauwet et les auteurs ou leurs traducteurs)

14 €

 

Retour

voir :Fleurines              

Lettre d’information du site de Philippe Berthaut le Pays Jonglé

 
 
Vous ne voyez pas ce message ? Ouvrir dans un navigateur
 

Fleurines              #1

Lettre d’information du site de Philippe Berthaut le Pays Jonglé

Les fleurines sont issues de l'effondrement par gravité des falaises calcaires en bordure de causse. Les blocs entassés ont constitué des cavités, des caves naturelles reliées à l'air libre par les fleurines. Cette communication permet une remarquable régulation thermique et hygrométrique dans les caves de Roquefort. Le mot vient de l'occitan « flarina » qui veut dire souffler, rappelant le rôle de ventilation naturelle qu'elles jouent dans les caves.(Wikipédia)

 

Bonjour à vous

 

Je ne sais si vous avez eu l’envie de visiter mon site et de vous y promener mais je dois bien avouer que sa lecture est assez chronophage et qu’il est possible de s’y perdre. Pour pallier cet obstacle je vous proposerai dans cette lettre d’information (et les suivantes) de petites visites guidées propres à vous familiariser avec lui. Si vous souhaitez devenir membre et ainsi accéder à l’ensemble du site je vous informe que j’ai abandonné la formule d’abonnement annuel. Dorénavant vous pouvez devenir membre à vie pour 30 euros et membre dans l’éternité pour 50 euros.

 

Merci pour votre amitié. Cordialement. Philippe Berthaut

La petite visite guidée : 

 

Je vous propose pour cette première petite visite guidée de commencer par cette enfance à Espalion (Aveyron) qui fut fondatrice d’une « géographie intérieure » que j’ai tenté de re-déplier et re-déployer dans des poèmes et des chants. 

 

En face Enfance (cliquez sur les lien)

Récit/poème que j’ai inséré dans le Chant-flipper dont je vous parlerai plus tard

(environ 15’ de lecture)

 

 

La Nuit du Treize Juillet 1994        

Histoire chantée créée avec une classe de (20’27)

6ème duCollège Denayrouze d’Espalion  Enseignantes Mesdames Carnus et Moisset

 

Le sentier aux châtaigniers

Disponible sur ma chaîne Youtube(6’25) 

Le petit atelier d'écriture

A partir de ces photos prises à Villeneuve lez Avignon (ce n’est pas un montage, ces « oiseaux en conciliabule » m’ont offert cette danse) construisez un court récit. Je serai ravi de le partager avec vous à l’adresse mail du pays jonglé: lepaysjongle@gmail.com

 

La chanson du jour

   
La Grande BrierePhilippe Berthaut / La Grande Brière
00:00
04:08
1 La Grande Briere / Philippe Berthaut 04:08

LA GRANDE BRIÈRE      

texte et musique Philippe Berthaut

 

Et le marais boira tout seul avec ses gensLes barques glisseront dans la suie de l’OrientEt les caïmans enfantins devenus racines de saulesEntrelaçant l’eau et le môle dans la combustion de la tourbe

Où s’endort la Grande Brière enfoncéeDans son aquatique bûcher.

Comment pouvons-nous pénétrer dans nos maraisLes mots sont des canards que le corps a piégésLe territoire du chasseur commence où se forme la peurDans chaque lèvre un lévrier ramène un oiseau abattu C’est le cœur avec ses plumes de couleurCollées aux blessures sœurs.

Je reviendrai de l’exercice dans le maraisJ’aurai des yeux couleur de pouliche affoléeEst-ce que de là j’aurais appris de cette dame des étiersLa perche essentielle enfoncée dans le vacancier immobile

Où s’endort la Grande Brière enfoncée Dans son aquatique rucher.

Et le marais boira tout seul avec ses gensLes barques glisseront dans la suie de l’OrientEt les caïmans enfantins devenus racines de saulesEntrelaçant l’eau et le môle dans la combustion de la tourbe

Où s’endort la Grande Brière enfoncéeDans son aquatique duché.

 
 

Partager sur :

Partagez sur FacebookPartagez sur TwitterPartagez sur Pinterest

 
Créé avec‌ ‌ Découvrir Ascend
 

 

Retour

Lire :
"Vous prendrez bien un poème ?"
 Courrier des lecteurs du 6 juillet 2022. 
Numéro spécial 123

 

Retour

Cet été, découvrez nos trois titres du mois d'août et retrouvez-nous lors de nombreux événements, et notamment au festival Voix Vives, à Sète ! Et n'oubliez pas de participer au Grand Jeu de la Presqu'île...

La lettre d’information n°143 – Été 2022

Métissage, Méditerranée, Mots épicés, les 3 M de nos vacances poétiques

 

Sur le caillou où elle est née, la Nouvelle-Calédonie, Imasango rêve de réconciliation et sème ses mots pimentés de fraternité pour que son rêve métis devienne réalité. Sur les rivages méditerranéens où se niche la ville de Sète, le festival Voix Vives rêve de fraternité poétique et rassemble pour sa 25ème édition plus de 80 poètes venus de 26 pays. Pour les deux, nous proposons un livre gorgé de soleil et d’épices à savourer sans modération, entre deux glaçons. Et de Lorient à Douarnenez, en passant par le Cantal, Aix ou Avignon, plein d’autres rendez-vous poétiques sur la route des vacances n’attendent que vous… Alors n’oubliez pas vos petits livres zébrés dans vos valises et participez à notre grande jeu de l’été en nous montrant où vous les avez emmenés. Bel été à tous !

Cet été en librairie

Ce pays dans mes veines

EXTRAIT :« Je porte ce pays dans mes veines son passé déchiré ses limites et étroitesses lieu de rencontres qui bouleversent fertile ancrage de ma présence au monde

Où que débordent le ciel et les soleils accumulés pour accepter ma cage insulaire il m’a fallu coudre l’océan à la face des linceuls »

Ce pays dans mes veines

Imasango

Collection Soleil noir

120 pages • 14 €

Cliquez ici pour en savoir plus...

Le chant de réconciliation et d’espoir d’une poétesse de Nouvelle-Calédonie

• Un hymne à la paix et à la fraternité pour faire face à la violence du monde

• Un recueil en partenariat avec la Fondation Saint-John Perse d’Aix-en-Provence, qui a accueilli l’autrice en résidence

Née en 1964 en Nouvelle-Calédonie, Imasango passe son enfance entre Nouméa et la brousse où elle retrouve les racines de son métissage...

Découvrez sa bio
Voix Vives 2022

84 poètes, parmi lesquels...

Jeanne Benameur, Imasango,Victor Abbou, Brigitte Baumié, Ana Blandiana, Marianne Catzaras, Felip Costaglioli, Paul de Brancion, Bluma Finkelstein, Claire Lajus, Murielle Szac, Bruno Doucey, Sapho, Éric Sarner, Maisoun Shukair Jean-Yves Tayac, Nida Younis...

Voix Vives de méditerranée en méditerranée Anthologie Sète 2022

Préface de Maïthé Vallès-Bled

Collection Tissages

224 pages • 20 €

• L’anthologie d’un grand festival international de poésie, qui se déroulera du 22 au 31 juillet 2022

• Les voix de la Méditerranée : 14 langues, 26 pays, 84 poètes

• Dans les temps difficiles que nous traversons, le maintien du festival et de son anthologie devient un événement exceptionnel

26 pays...

Albanie, Algérie, Belgique, Chili, Croatie, Égypte, Espagne, Espagne /Catalogne, France, France /Nouvelle-Calédonie, France / Occitanie, Grèce, Irak, Israël, Italie, Liban, Luxembourg, Maroc, Palestine, Portugal, Roumanie, Moldavie orientale, Serbie, Syrie, Tunisie, Turquie.

À paraître en août...

En août, découvrez l'anthologie Ukraine – 24 poètes pour un pays, établie par Ella Yevtouchenko et Bruno Doucey. Une anthologie conçue sur le terreau de l'actualité la plus immédiate, et que nous sommes en train de finaliser. On vous en dit plus très bientôt, dans notre lettre d'information spéciale du mois d'août !

Nos événements de l'été 2022

JUILLET

• Le 1er juillet à 18h (Paimpont – 35) : Retrouvez Souad Labbize au festival Et Dire Et Ouïssance, pour une lecture-dégustation autour de son recueil Je franchis les barbelés.Le P'tit Marché, esplanade de Brocéliande 

Et dire

 • Du 1er au 3 juillet (Champs-sur-Tarantaine – 15) :Katerina Apostolopoulou invitée au festival C’Mouvoir à Champs-sur-Tarantaine. Retrouvez-la le 3 juillet de 11h30 à 13h, autour de son recueil J'ai vu Sisyphe heureux.Salle polyvalente Henri Moins

Katerina Apostolopoulou
C'Mouvoir

• Le 2 juillet à 11h (Lucinges – 74) :Vernissage de l'exposition "Un monde de signes" consacrée à Robert Lobet au Manoir des livres, organisée par L'Archipel Butor. Une exposition consacrée à l'ensemble du travail de l'artiste et à sa maison d'édition, les Éditions de la Margeride. L'occasion également de découvrir le beau-livre Peindre les mots – Gestes d'artiste, voix de poètes, qui lui est consacré. L'exposition se déroulera jusqu'au 24 septembre.Manoir des livres, 91 Chem. du Château

Lobet Archipel Butor

 • Le 5 juillet à 18h30 (Aix-en-Provence – 13) :Projection du film "Voyage dans la mémoire" d'Hala Mohammad, et signature de ses deux recueils (Les hirondelles se sont envolées avant nous et Prête-moi une fenêtre). Dans le cadre de la première biennale d’art et de culture à Aix. Avec l’association Saint-John Perse et la Ligue des Droits de l'Homme.Cinéma de la Manufacture d'Aix

• Le 9 juillet (Achères – 78) :Dans le cadre de l'opération "Jardins ouverts en Île-de-France", lecture poétique par Damien Paisant, accompagné par un musicien. Gratuit sur réservation.Intégraterre – 9, allée MAriv

• Le 16 juillet à 19h (Avignon – 84) :Retrouvez Laura Lutard à la Maison de la poésie d’Avignon (Le Figuier Pourpre) pour une matinale/carte blanche. Sous forme de lecture et de courte performance, la poétesse donnera à entendre des extraits de son recueil Au bord du bord ainsi que des inédits. L'échange sera suivi d'une discussion conviviale.Le Figuier Pourpre – 6 rue Figuière

Laura Lutard

• Du 22 au 30 juillet (Sète – 34) :On vous donne rendez-vous au Festival des Voix Vives de Méditerranée en Méditerrané ! Retrouvez-nous tout au long de la semaine sur la place du Pouffre, et venez écouter les nombreux poètes invités, parmi lesquels Jeanne Benameur, Imasango, Brigitte Baumié, Paul de Brancion, Marianne Catzaras, Bruno Doucey, Sapho, Murielle Szac, ainsi que l'artiste Robert Lobet… Découvrez l'ensemble du programme sur le site du festival.1, place Léon Blum

Voix Vives

AOÛT

• Du 4 au 6 août (Douarnenez – 29) :Retrouvez-nous au festival de la Baie des plumes, le salon du livre et de la poésie de Douarnenez, organisé par l'Association Poèmes Bleus. Nous y serons en compagnie de Souad Labbize.Bateau Saint Dénis, Port Musée. 

• Le 10 août à 15h30 (Lorient – 56) :Rencontre avec Fabienne Juhel, dans le cadre du Festival Interceltique de Lorient, autour de son roman consacré à Tristan Corbière, La Mâle-mort entre les dents. Les Jardins

Le 12 août à 14h45 (Lorient – 56)  :Retrouvez l'association Les  Flâneurs au Festival Interceltique 2022, pour une lecture poétique et musicale autour de l'œuvre d'Yvon Le Men : « Yvon Le Men : une vie en poésie ».Programmation Espace Paroles

Festival interceltique 2022

• Le 17 août à 18h30 (Plouha – 22) :

Rencontre avec la traductrice Jiliane Cardey autour du recueil Pour une poignée de ciel avec la librairie-salon de thé "La Boutik à Boukins" de Plouha, dans les Côtes d'Armor. Au programme : présentation et lectures bilingues, échange avec les lecteurs, dédicaces et dégustation de thé et de pâtisseries indiennes.

• Le 27 août à 16h (Vulaines-sur-Seine – 77) :Dans le cadre de l'opération "Jardins ouverts en Île-de-France", lecture poétique du recueil Au bord du bord par Laura Lutard, accompagnée en musique par Cécile Evrot. Gratuit, réservation obligatoire (places limitées).Musée Stéphane Mallarmé – 4, quai Stéphane Mallarmé

Lecture poétique LL

Quelques bonnes nouvelles

Nous avons eu la grande joie et la fierté d'apprendre que le recueil Mes forêts, d'Hélène Dorion, sera au programme du baccalauréat de français pour l'année 2023-2024 ! Nous nous réjouissons par avance que de nombreuses classes de lycée découvrent, à travers l'œuvre de cette poétesse québécoise, la richesse de la poésie contemporaine.

Yvon Le Men a reçu le prix Paul-Verlaine de l'Académie française pour ses recueils La baie vitrée et À perte de ciel (Bayard). Avec La baie vitrée, paru en 2021, il évoquait le confinement et écrivait le livre du réenchantement dont nous avons besoin. 

Le retour du Grand Jeu de l'été...

Du 1er juillet au 30 août, envoyez-nous vos plus belles photos de nos livres en vacances à contact@editions-brunodoucey ! Nous les diffuserons durant tout l'été sur nos réseaux sociaux. À la rentrée, le bureau de l'association La Presqu'île choisira ses trois photos préférées et les gagnants recevront un petit cadeau de notre part !Et pour adhérer à la Presqu'île, l'association des amis des Éditions Bruno Doucey, c'est toujours par ici.

On aime, on partage… 

Podcast L'Expérience Poétique

L'Expérience Poétique est un podcast créé par Mathilde Vermer. L'épisode 22 de la saison 2 est consacrée à "la poésie charnelle" d'Ananda Devi. Née en 1957, de parents d'origine indienne, Ananda Devi est élevée au contact de plusieurs langues et cultures. Ethnologue, traductrice, elle est sensible à l'imbrication des identités, à la question de l'altérité et à la situation des femmes dans le monde. 

L'Expérience Poétique est à réécouter sur toutes les plateformes

« La Grèce, sa mer au bleu radieux, ses îles aux maisons blanches… Des paysages de carte postale qui font rêver alors que les vacances arrivent… Savez-vous que la patrie hellénique est aussi la terre natale d’un des plus grands poètes du XXème siècle ? »

Le dernier épisode de la saison 2 du podcast L'Expérience Poétique est consacrée au poète Yannis Ritnos, notamment à son recueil "Balcon". Pour le réécouter, c'est par ici

Yannis Ritsos

Éditions Bruno Doucey Cour Alsace-Lorraine, 67, rue de Reuilly – 75012 Pariswww.editions-brunodoucey.com

 

Retour

 

LES BERGÈRES S'ILLUSTRENTchez la bonne maison Cardère

 

des lectures décoiffantes pour l'été et l'automne

 

Il y a presque quinze ans, répondant à l’appel à projets « Égalité des chances homme-femme en milieu rural et agricole » de la région Rhône-Alpes, par une grande enquête sur le métier de berger, des organisations professionnelles (services pastoraux, associations de bergers, MSA, services d’enseignement et de formation) ont été surprises par la proportion importante de femmes qui s’engagent sur des alpages.

Alpage-273 ©Cau

Déconstruisant les clichés surannés qui encombrent la représentation de ce métier, du « personnage berger », elles faisaient le constat que « les bergers ne seront plus ce qu’ils étaient » : « … de plus en plus de jeunes femmes s’orientent, se forment au métier de berger salarié… on est ainsi tenté de mettre le mot berger au féminin, le pluriel venant témoigner de la diversité des situations. »

Divers enjeux furent repérés (statut, formation, conditions de vie, risques professionnels, construction personnelle…), et analysés dans plusieurs publications et expositions : Un berger, des bergères, L’alpage au pluriel.

Aujourd’hui, au-delà de ces aspects techniques, sociologiques, anthropologiques, les bergères, établies ou en devenir, expriment des sensibilités, des doutes, des peurs et des bonheurs, mais aussi des revendications, des idées originales qui bousculent et renouvellent les représentations de la vie pastorale.

Bergère-02 ©Chambard

Il y a quelques jours, la bonne maison Cardère prenait en diffusion-distribution le beau livre de la bergère Valentine Guérin et de la photographe Ellen Teurlings, Être bergère, ce n’est patou !

Aujourd’hui, nous annonçons la sortie automnale des ouvrages de la navigatrice bergère Amandine Cau – Danser avec le vent. Marins, bergers, solitudes – et de la photographe bergère Vanessa Chambard – Devenir bergères.

Des textes et des photographies qui nous ont parus forts, justes, sensibles, révélant entre autres des aspects poétiques, philosophiques, métaphysiques, techniques, politiques… pas forcément inédits mais peu diffusés…

Ces ouvrages, à paraître en début d’automne 2022, peuvent être réservés dès maintenant chez la bonne maison Cardère.

Où trouver ces livres ?

* Sur le site de Cardère* ou par courrier : Cardère éditeur, 19 rue Agricol Perdiguier, 84000 Avignon (pas de frais de port)

* À parution en automne, sur commande, chez votre libraire préféré

 

Amandine, Vanessa, Ellen, Valentine et les autres vous entrainent avec la bonne maison Cardère dans le nouveau monde — ni virtuel ni augmenté — des bergères et des bergers…

 

 

 

Retour

Julien Blaine
petit r’appel entre amies&amis :

 

Retour

Naissance de Maïlis ou la pluie : 18 nouveaux titres pour un livre-CD, poèmes de Luc Vidal, musiques de Mouna Khalifa, chantés par Guillemette Bailly.

PAR BATURE419 · PUBLIÉ JUIN 22, 2022 · MIS À JOUR JUIN 22, 2022

« Celui qui entre par hasard dans la demeure d’un poète

Ne sait pas que les meubles ont pouvoir sur lui » René-Guy Cadou

L’esprit du travail entrepris par notre maison d’édition associative, l’association des éditions du Petit Véhicule, est celui des Correspondances baudelairiennes et celui de l’esprit des Troubadours qui mariait le mot et la note. Les arts, dans leur diversité, se répondent, s’épaulent, se confondent, se séparent pour retrouver leur source originelle et leurs alliances fertiles. https://lepetitvehicule.com

 

Pour écouter un extrait de chacun des 18 titres de Maïlis ou la pluie cliquez ici :

Pour commander le livre-CD Maïlis ou la pluie cliquez sur le lien ci-dessous:

 

Découvrez notre chaîne Youtube musicale : Eurydice & Orphée

https://www.youtube.com/channel/UCvN5jbF1C0cLChGLCyggaKw

Maïlis ou la Pluie

La pluie s’écrasait sur les vitres

Façonnant le chagrin

Départ des lampes dans le miroir de ces gouttelettes

Départ de la joie Dans le grain de sable des journées

Dans les rues appelant à la vie …

 

Retour

 La revue "les moments littéraires"   consacre dans sa livraison de juin  un important dossier à
Yves Charnet.
Voir  émission du mardi 21 décembre 2021
Voir :
http://lesmomentslitteraires.fr/lesdossiers/D48Charnet.html?fbclid=IwAR19ypDBB8i6jWXJuQjOFoPrenCqFJysiZtNGbT83TcHLEDnFgtENftXEJU
 
Un  "Tempo Poème"
 sera consacré à Yves Charnet à la rentrée 2022
et fera l'objet d'une émission

Retour

 

Nouveau recueil 

de

Marc Tison

 

« AUTOUR DU POT »

Marc Tison

 

56 pages / format 10x15cm / Mise en page et calligraphie de Jean Jacques Tachdjian 

10€ (port inclus) commande par mail : mtmgmt@orange.fr

 

Ce livre fera l'objet d'une prochaine émission "Les poètes" sur Radio Occitania.

Extraits :

« …Quelque chose s’efface / Un voile à peine une transparence / Une légère contracture mémorielle / Une sorte d’inefficience / Qui change la lumière des souvenirs / Des enfances / Qui éclaire la traverse des paysages / On s’éveille autrement / On sourit un peu mieux aux jours qui attendent… »

 

« …L’ermitage des sentiments / Expulse les autres dans un ensemble trouble / Une poche molle d’enfermement / L’air flou des surchauffes populistes brouille le réel / Enfoui sous des pixels retors / Le soleil s’envenime / Alors on n’y comprend plus rien / On n’y comprend plus rien de nous / Une folie de désastre / Dégringole des étiages misanthropes / Aux soubassements de vermines… »

 

« … Je n’ai pas la tranquillité du phare stoïque de la pleine lune qui éclabousse les insomnies J’écris des poèmes de charbon que je frotte sur la peau, le visage et les mains. Pour fondre dans la nuit furieuse une guérilla contre les phrases du pouvoir fabriquées au défoliant de mots / Lavartus Prodeo sur le sol humifère / A dépoussiérer la neige… » 

 

Plus d’informations sur  https://marctison.wordpress.com

 
Marc TISON 
mtmgmt@orange.fr
 
 
 
 

 

Retour

Poème de E. Glissant
 Lire la chronique hebdomadaire dans le magazine tunisien Kapitalis,
du poète Tahar Bekri :
 
 
Voir aussi :https://fr.wikipedia.org/wiki/Tahar_Bekrihttps://fr.facebook.com/profile.php?id=100008896893958

 

Retour

Poème de Machrab
Lire la chronique hebdomadaire dans le magazine tunisien Kapitalis,
du poète Tahar Bekri :
 
 
Voir aussi :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Tahar_Bekrihttps://fr.facebook.com/profile.php?id=100008896893958

 

Retour

Retour

ce livre fera l'objet d'une prochaine émission

Retour

 
Si vous ne parvenez pas à lire cet e-mail, cliquez ici
 
La Lettre du Lac Noir
N° 29 –  Juin 2022 
 
Comme chaque année, les Éditions Arfuyen seront présentes auMARCHÉ DE LA POÉSIEplace Saint-Sulpice à Parisqui se tiendra duMERCREDI 8 AU DIMANCHE 12 JUIN 2022Nous serons heureux de vous y accueilir sur le
STAND 216-218
 
 
      Comme Proust doit sa gloire à un seul livre, on tend à le voir aussi tout d’une pièce : malingre, mondain, esthète, éthéré. Bien qu'il suffise de lire La Recherche pour s’assurer du contraire, le cliché a la vie dure, et son fameux portrait en « Homme au camélia » – l'œil sombre, le teint pâle – par le peintre Jacques-Émile Blanche ne contribue nullement à le dissiper.
     C’est sans nul doute pour faire raison de tels préjugés, que Robert de Billy, de deux ans plus âgé que Marcel, a dès 1930 publié ses correspondances et conversations avec l’écrivain. Il était certainement le plus légitime à le faire car nul n’a eu avec Proust une aussi longue et simple  amitié. Étrangement, ce livre de souvenirs merveilleusement écrit et d’une rare perspicacité – «Vous êtes un grand psychologue », notait Proust – n’a depuis près d’un siècle jamais été réédité. Il nous livre pourtant un Proust d’autant plus passionnant qu’inattendu.     En voici un premier exemple : Proust soldat. La durée du service militaire était alors de cinq  ans, mais réduite à une seule année pour les volontaires. Ces derniers servaient dans le rang tout en étant traités comme des élèves officiers. Engagé conditionnel le 11 novembre 1889, Proust est appelé sous les drapeaux le 15 dans le 76e régiment d’infanterie à Orléans. Il est amusant de lire son livret militaire : « Nom : Proust. Prénoms : Valentin, Louis, Georges, Eugène, Marcel. Profession : étudiant. Cheveux : châtains. Yeux : châtains. Taille : 1 mètre 68. » Ce qui fait tout de même 2 cm de plus que le président Sarkozy.     « Vous qui aimez tant les choses de l’intelligence… », l’avait gentiment raillé Anatole France dans le salon de Mme Arman. « Je n’aime pas du tout les choses de l’intelligence, s’était rebiffé le jeune homme, je n’aime que la vie et le mouvement. » De fait, il adora l’armée. « Il est curieux, écrira-t-il plus tard à un ami, que vous ayez considéré l'armée comme une prison et moi comme un paradis. » Le voici cavalier, escrimeur, randonneur, nageur… Tout l’enchante. « Le caractère agreste des lieux, la simplicité de quelques-uns de mes camarades paysans, […] le calme d'une vie où les occupations sont plus réglées et l'imagination moins asservie que dans toute autre, […], tout concourt à faire aujourd'hui de cette époque de ma vie comme une suite de petits tableaux pleins de vérité heureuse et de charme » (in Les plaisirs et les Jours, 1896).     Au bout de trois mois de service, en février 1890, le fantassin Proust, recommandé par son père, est invité à dîner en compagnie d’un de ses camarades par le préfet du Loiret, M. Boegner. Ils y font la connaissance d’un autre engagé conditionnel, Robert de Billy, du 30e régiment d’artillerie. Le regard qu’a ce brillant élément sur Marcel Proust, empêtré dans « une capote trop grande pour lui », est sans clémence : « Sa démarche et sa parole ne se conformaient pas à l’idéal militaire. Il avait de grands yeux interrogateurs et ses phrases étaient aimables et souples. » Rien pour plaire à ce brillant rejeton de l'aristocratie protestante. « Ce soir-là, je ne sais ce qui plut en moi à Marcel. Il est probable que, s’il vivait, il ne le saurait pas plus que ce qui me fit oublier sa tenue flottante et souhaiter le revoir. Ainsi débuta une amitié longue et sans nuages. »     Parmi bien d’autres facettes que nous livre Billy, en voici une autre qui ne manque pas de piment : Proust boursicoteur. Céleste Albaret nous avait prévenu : « En plus des lettres, tous les matins il lisait les journaux. Il y avait un kiosque sur le boulevard, en face de la maison ; de là, on nous les montait. Leur lecture entrait dans les routines ; il ne laissait pas passer un jour sans les regarder attentivement. » La politique, la diplomatie, la vie mondaine, les arts, la littérature, tout l’intéressait. Mais rien autant que l'actualité boursière : « Tous les matins, souligne Céleste, il lisait les pages spéciales sur la finance dans les journaux ; le soir aussi, on allait lui acheter tout exprès pour cela Les Débats, Le Temps et les publications de la Bourse. » Une telle curiosité n’était évidemment pas qu’intellectuelle : de même qu’il lui arrivait de jouer des sommes folles au baccara, Proust avait le goût des actions – et surtout des plus hasardeuses. Les mines d’or l’attiraient, les sociétés pétrolières, et toutes les pires  spéculations. « Papa prétendait que je mourrais sur la paille, avait-il un jour confié à sa fidèle gouvernante ; je crois qu’il avait raison. »     Sa pire opération : en septembre 1911 Proust avait acheté à terme un gros montant d’actions de mines aurifères. Le cours du métal fin n’avait cessé de baisser et Proust, pour reporter sa position, n'avait au d'autre choix que de régler à chaque fin de mois d’énormes moins-values. En mars, il n’y tint plus et se résolut à prendre la totalité de sa perte. Bien sûr, l'or commença de remonter dès le lendemain… Par chance, son vieil ami de Billy avait épousé la fille du tout-puissant gouverneur de la Banque de France, Paul Mirabaud, et l’écrivain aux abois savait pouvoir compter sur ses conseils avisés, voire sur une intervention salvatrice : « J’ai eu la folie, lui écrivait-il, pour des raisons que je vous dirai, de faire une spéculation grosse pour moi. J’ai acheté à terme 1500 Rand Mines, 300 Crown Mines et 1000 Spassky. J’ignorais que j’avais une différence à payer dès janvier. J’ai reçu une première note de X francs du coulissier et, n’ayant rien pour les payer, j’ai écrit à la Maison X… qui m’a répondu en m’envoyant mon compte où j’étais en déficit de X francs. J’ai donc fait différents emprunts. Croyez-vous qu’il y ait intérêt pour moi à garder ces Rand Mines et ces Crown Mines encore un mois ? Y a-t-il des chances de hausse ? Cette fièvre du jeu, qui s’était déjà manifestée à Cabourg sous forme du baccara et maintenant sous cette forme plus grave, ne durera pas. Peut-être est-ce la stagnation de ma vie solitaire qui a cherché son pôle opposé. »     Robert de Billy était diplomate de carrière – et du plus haut talent puisqu’il fut à l’ambassade de France au Japon le successeur de Paul Claudel. Il ne lui fallut pas moins de délicatesse, de patience et de « psychologie » pour faire face aux requêtes en tous genres que ne cessa de lui adresser Marcel, en position d'éternel cadet. Même lorsque Proust se retira du monde, Billy resta son plus dévoué confident : « Ses visites, se souvient Céleste, duraient trois, quatre, cinq heures, très avant dans la nuit. »     D’où l’intérêt exceptionnel du témoignage que nous livre ici Robert de Billy. Avec l’élégance et la sobriété qui le caractérisent, l’auteur conclut son récit par ces simples mots : « Je voudrais avoir aidé à fixer les traits intellectuels et moraux d’un homme auquel je dois tant d’élargissement mental, et tant de belles images. Le mot “amitié” qui s’applique trop souvent à de simples camaraderies, je le vois illuminé de douceur, de malice et de compréhension profonde, quand je pense à Marcel. »
 
LES NOUVEAUTÉS DU MOISparution en librairie le jeudi 2 juin 2022  
 
Robert de Billy« Mon cher Robert »Correspondances et conversationsavec MARCEL PROUSTColl. Les Vies imaginaires, ISBN 978-2-845-90332-6, 192 p., 17 €
 
Robert de Billy fut durant 30 ans l’un des amis les plus proches et les plus respectés de Marcel Proust. Aîné de l’écrivain de deux ans, il restera toujours pour lui une sorte de conseiller et de mentor.
C’est dès 1890 que Billy rencontre Marcel, à un dîner organisé par le préfet du Loiret. Tous deux sont alors militaires. Billy, élevé dans un milieu rigoriste, est frappé de la liberté de Proust, qui lui apprend « la joie de penser autrement que par principes ». « Marcel, écrit-il, avait à dix-neuf ans la curiosité la plus éveillée et la variété de ses questions était pour moi un étonnement et un embarras. […] Jamais homme ne fut si peu dogmatique. »
Billy restera constamment fidèle à Proust jusqu’à la mort de ce dernier en 1922. C’est pourquoi son témoignage est avec celui d’Antoine Bibesco l’un des plus riches et des plus pertinents. Cela d’autant plus que, doué d’un remarquable talent littéraire et d’une redoutable perspicacité, Billy sait rendre compte d’innombrables facettes de la personnalité de Proust qui nous sont peu connues.
Billy remarque, par exemple, que Proust ne lisait pas beaucoup, mais qu’il ne cessait en revanche de questionner les uns et les autres, emmagasinant tout ce qu’il entendait et voyait avec une prodigieuse mémoire. C’est ainsi qu’il apprenait, avec une boulimie de savoir accrue encore par la conviction qu’il avait de ne pas vivre longtemps. « Il y a quelque chose d’héroïque dans le contraste qui existe entre le travail minutieux même Marcel s’assujettissait et la persuasion où il vivait du peu de durée qui serait accordé à sa vie. »
Proust n’a cessé d’admirer l’esprit de Billy. L’année même de sa mort, il lui écrit encore : « Vous êtes un grand psychologue et puis c’est si amusant de causer avec vous. » Il ne cesse de lui demander conseil sur les questions les plus diverses : carrière, convenances, diplomatie, bourse. « Je tiens tant à votre amitié, lui écrit-il, que je suis peut-être trop craintif à ce sujet. » Même lorsque Proust se fut coupé du monde, Billy resta, selon Céleste Albaret, « un des plus reçus » boulevard Haussmann et ses visites « duraient trois, quatre, cinq heures, très avant dans la nuit. »
 
Lire la suite
Benoît ReissUn dédale de cielsColl. Les Cahiers d'Arfuyen, ISBN 978-2-845-903333, 120 p., 13 €
 
Benoît Reiss a vécu près de dix ans au Japon et a écrit de merveilleux petits livres qui rendent compte avec finesse et humour de la spécificité de la façon de vivre et de sentir des Japonais. Il est aussi l’auteur de plusieurs récits d’une très grande qualité d’écriture et de sensibilité, tels que le merveilleux Compagnie de Joseph Tassël (2009), inspiré de la vie de Robert Walser.
Ce livre de poésie, le premier de Benoît Reiss aux Éditions Arfuyen, est comme un ensemble de minuscules nouvelles tirées de nos souvenirs : par-delà l’oubli, tout un « terrier d’existences » s’éveille. Tout de suite un ton nous prend : « Certaines fois / je baisse les yeux / découvre un dédale de ciels distincts assez nombreux / instants évadés à l’intérieur de l’instant / […] alors je sais que je suis un terrier peuplé d’existences.»
C’est un livre étrange, on ne peut plus intime, nécessaire. Un homme se souvient, par-delà l’oubli. Entre profondément dans la chair de sa chair pour y retrouver les visages. Les uns après les autres se relèvent grands-parents et ancêtres, dans les scènes les plus insignifiantes de la vie, dans ces détails infimes où ils sont tout entiers. « Ma grand-mère / adossée au silence / lave son linge de corps / accroupie dans la cour talons aux fesses / elle a calé le baquet contre les pavés / plonge les mains dans l’eau savonneuse / frotte les tissus // elle lève la tête contre la nuit d’été ».
Pas d’explications, pas de pathos, tout est montré seulement. L’errance, l’usine, le camp, la misère. « Le travail de mon aïeul consiste à couper les ongles des morts / à l’aide de tout petits ciseaux / qu’il tient serrés dans la poche de sa veste/ […] les ongles des morts continuent de pousser / ils fouissent la terre sans relâche /[…] existences aveugles / souterraines »
 
Lire la suite
 
 
REDÉCOUVRIR
 
 
Marcel Proust« Mon petit Antoine »Correspondances et conversationsavec MARCEL PROUSTColl. Les Vies imaginaires, ISBN 978-2-845-90340-1, 168 p., 16 €
 
« Une seule personne me comprend, Antoine Bibesco ! » écrivait Marcel Proust à Anna de Noailles en 1902. Et à son ami lui-même : «Je t’ai toujours considéré comme le plus intelligent des Français. » C’est là l’intérêt exceptionnel des correspondances et conversations qu’a publiées Antoine Bibesco en 1949 : Proust ne se confie à nul autre comme à lui. Couronné par l’Académie française, ce livre n’a pourtant depuis lors jamais été réédité.
Les Bibesco habitaient au 69, rue de Courcelles. Les parents de Proust étaient au 45. La mère d’Antoine Bibesco, la princesse Hélène avait un des salons les plus brillants de Paris. C’est là que Proust fit la connaissance des frères Bibesco. Les deux frères le font entrer dans la petite société secrète qu’ils ont constituée avec leur ami Bertrand de Fénelon. Les Bibesco sont « Ocsebib » ; Fénelon est « Nonelef ». Marcel devient« Lecram ». Quelques années après, Marcel et Antoine iront plus loin en se liant par un pacte : tout se dire de ce qu’ils entendent sur l’un et sur l’autre.
En 1912, quand Swann est terminé, c’est à Antoine Bibesco que Proust confie son manuscrit pour le présenter à la N.R.F. Le livre ne sera pas accepté, mais la lettre qu’adresse Proust à son ami demeure un passionnant manifeste esthétique : « Le style n’est nullement un enjolivement, comme croient certaines personnes, ce n’est même pas une question de technique, c’est comme la couleur chez les peintres, une qualité de vision, une révélation de l’univers particulier que chacun de nous voit et que ne voient pas les autres. »
 
 
Lire la suite 
Marcel ProustAinsi parlait Marcel Proust Dits et maximes de vie choisis et présentés par Gérard Pfister
Coll. Ainsi parlait, ISBN 978-2-908-90305-0, 192 p., 14 € 
 
On sait le goût qu'avait Proust pour des moralistes comme Pascal, La Rochefoucauld ou La Bruyère. Bernard de Fallois, l’un des meilleurs connaisseurs de l’œuvre de Proust, a publié dans son Introduction à la Recherche du temps perdu un large choix de maximes et de pensées de Proust, qui atteste qu’il est aussi, dans la concision et la lucidité, le parfait continuateur des moralistes du Grand Siècle.
Au reste voulait-il vraiment écrire un roman ? « J’ai trouvé plus probe et plus délicat comme artiste, écrit-il à Jacques Rivière en 1914, de ne pas laisser voir, de ne pas annoncer, que c’était justement à la recherche de la Vérité que je partais, ni en quoi elle consistait pour moi […] Ce n’est qu’à la fin du livre, et une fois les leçons de vie comprises, que ma pensée se dévoilera. »
A travers l’imposante masse de l’œuvre de maturité, des textes de jeunesse et de la correspondance, ce nouveau volume de la collection Ainsi parlait fait clairement apparaître l’essentiel de ce que Proust voulait transmettre à ses lecteurs : des « leçons de vie » et plus largement une « pensée ». « Au fond, notait Proust en 1909, toute ma philosophie revient, comme toute philosophie vraie, à justifier, à reconstruire ce qui est. »
Quelle sont les sources de cette pensée ? On s’en tient souvent à son lien familial avec Bergson, c’est oublier qu’il a suivi lui-même des études de philosophie à la Sorbonne et que, admirateur de Wagner, il s’est également passionné, comme le montre la préface du présent volume, pour la philosophie allemande, de Schelling à Schopenhauer.
 
Lire la suite
 
REVUE DE PRESSE
Michèle Finck La Ballade des hommes-nuagesLu par Alain Roussel (En Attendant Nadeau, 23-01-22, extraits)
 
Comme toujours chez Michèle Finck, la poésie ne saurait être enfermée dans le cadre étroit d’un genre, d’une forme et même d’un art. Aussi, dans ce nouveau livre, les poèmes alterneront avec la prose, et l’émotion poétique, intensément vécue et personnalisée, pourra-t-elle jaillir d’un film (Wenders, Angelopoulos, Bergman), d’un opéra (Schönberg, Alban Berg), d’un tableau tel « le Songe de Jacob » revisité par différents peintres (Raphaël, Ribera, Tiepolo, William Blake, Chagall) et de la musique, celle-ci présente dans la trame même de l’écriture, comme un rythme de fond qui ressemble à celui de la mer.
Ce journal-poème, comme elle le nomme, a des accents autobiographiques. Certes, il ne s’agit pas ici de relater chronologiquement sa propre histoire, mais d’exprimer des moments de l’existence à forte charge subjective, de ceux qui forgent une vie ou dont on ne se remet pas : une autobiographie de l’âme. C’est aussi, et surtout, une lettre d’amour à l’amant interné en psychiatrie qu’elle désigne sous le nom de Om. Ce nom n’est pas sans résonance particulière. Phonétiquement, c’est homme, mais aussi, dans la tradition de l’hindouisme notamment, Om est le souffle primordial, un son absolu, à la fois créateur et destructeur de l’univers, porteur de vie et de mort, un son imprononçable dont la voix humaine ne peut offrir qu’une diction approchée. […]
La construction du livre adopte, mais en position verticale et en accéléré, le rythme musical des marées. La première partie, intitulée « catabase » est une descente vertigineuse dans la propre intériorité de l’écrivaine habitée par ses souvenirs d’enfance et confrontée à la folie de Om (dont les visites à l’hôpital psychiatrique qu’elle consigne dans 
 
Lire la suite
 
 
Maurice BetzConversations avec Rainer Maria Rilke Lu par Myriam Aït-Sidhoum (DNA, 17-04-22, extraits)
 
La relation personnelle du colmarien Maurice Betz à l’immense poète allemand Rainer Maria Rilke a donné lieu à de passionnants échanges réédités par les Editions Arfuyen. En prime, un court récit de Camille Schneider qui accompagna Rilke quelques jours en Alsace.
En 1915, le colmarien Maurice Betz (1898-1946) a 17 ans lorsqu’il lit pour la première fois Rainer Maria Rilke. Une révélation. A l’époque, il est en Suisse et un an plus tard, il s’engage dans l’armée française. Le Livre d’images, du poète allemand, ne le quittera pas de toute la guerre, ou presque. […]
Les Éditions Arfuyen, rééditent pour la première fois depuis 1936 ce texte, avec un autre titre, Conversations avec Rainer Maria Rilke. Il rejoint la riche collection Les Vies imaginaires.
En janvier 1923, Maurice Betz, désormais établi à Paris, écrit à Rilke pour lui exprimer son souhaite de traduire Les Cahiers de Malte Laurids Brigge, en quelque sorte double littéraire de l’auteur, paru en 1910 – le livre est né des pérégrinations de Rilke dans Paris où il passe près de douze ans. Il y rencontra celle qui devient son épouse, Clara Weshoff (1878-1954), sculptrice, élève d’Auguste Rodin (1840-1917), dont il sera secrétaire. Il se lie, entre autres, avec le poète belge Emile Verhaeren (1855-1916) – la liste de ses illustres amis est bien trop longue pour ici la donner…
Rainer Maria Rilke parle très bien le français, il s’y essaye même dans des écrits. Maurice Betz, né à Colmar où il demeure jusqu’en 1915, maîtrise évidemment l’allemand. Commence entre eux un dialogue qui ne cessera qu’à la mort de Rainer Maria Rilke – ce dernier vit alors dans le Valais suisse, au château de Muzot-sur-Sierre. Malade, il voyage cependant encore, entre ses séjours en sanatorium. Il visite ses amis et se rend notamment à Paris, où il revient en quelque sorte sur les traces de son Malte.
 
 Lire la suite
 
 
 
 
© 2022 Éditions Arfuyen
 
 

 

Retour

"Vous prendrez bien un poème ?"
Courrier des lecteurs du 6 mai 2022. Numéro spécial
Voir doc.

Retour

le Belvedere n.65 avril- juin 2022 est arrivé !

SOMMAIRE

Retrouvailles toulousaines

Credere obbedire e un milione di baionette

Pour en finir avec les pasolineries des pasolinards empasolinés

Per farla finita con le pasolinate dei pasolinari impasolinati

Ruteboeuf

Minettes à Saint Didier

LIBRI/LIVRES : Glissant, Hernàndez, Cardoso Pires, Bicocchi,

Genovese (recensioni di Stefano Lanuzza e Carmine Tedeschi)

voir Belvedere 65

 

Retour

Retour

Voir les Publications des Editions La Rumeur libre

Retour

Retour

ICI

Retour

 

Sur les traces d'un peintre contemporain et prêtre avignonnais

 

À paraître en juin chez la bonne maison Cardère

 

EN SOUSCRIPTION DÈS MAINTENANT

Cette rétrospective exhaustive de l'œuvre de Marcel Roy (1914-1987) retrace son parcours ponctué de peintures murales, de peintures de chevalet, de vitraux, dalles de verre, verrières et puits de lumière dans les régions Provence, Languedoc-Roussillon et Rhône-Alpes. Cet itinéraire croise à la fois des événements artistiques et des rencontres avec Albert Gleizes, Braque, Manessier, Bazaine, Elvire Jan, pour lesquels peindre fut le moyen de traverser la lumière.

Peintre décorateur de métier, Marcel Roy devient prêtre et artiste pour trouver un langage neuf et faire passer la lumière. Il n’eut de cesse de promouvoir l’art sacré dans ses expressions contemporaines et de le faire entrer dans les édifices religieux. Subtile et pleine d’énergie et de force, son œuvre donne du sens aux mots incarnation, passion et résurrection.

Textes de Joseph PaciniPhotographies de Christian Malon

Rassemblant une cinquantaine de photographies couleur , l'ouvrage se déroule sur 104 pages au format 24 x 27 à la française. Son prix public est de 30 €.

Sortie juin 2022, isbn 978-2-37649-029-6

 

Où commander le livre

Jusqu'à sa sortie en juin, en SOUSCRIPTION chez l'éditeur au prix de 25€

À partir de juin, chez l'éditeur ou chez votre libraire préféré au prix public de 30€.

 

Joseph Pacini, Christian Malon et la bonne maison Cardèrevous ouvrent au printemps une fameuse cascade de lumière…

 

 

Retour

Vient de paraître, septembre 2020 :

 

UNE BRÛLANTE USURE

Gérard Bocholier

Journal 2016-2017

Collection Les Cahiers du Silence.

En couverture « Sous l’écorce », peinture de Marie Alloy.

Format : 13 x 20 cm - 150 pages – Prix public : 15 €

ISBN 978-2-9563314-5-2

 

Editions Le Silence qui roule, 26 rue du chat qui dort, 45190 Beaugency. marie.alloy@orange.fr 0678460400 - www.lesilencequiroule.com

Gérard Bocholier est né en 1947 à Clermont-Ferrand. Il a enseigné les lettres en classe d’hypokhâgne dans sa ville natale. Il y dirige la revue de poésie ARPA qui a été fondée en 1976. Il est l’auteur de plus de 30 livres de poésie et d’essais critiques, lauréat de nombreux prix littéraires, notamment le prix François Coppée de l’Académie Française pour Psaumes de l’espérance. Il a commencé à écrire son journal intime à l’âge de 19 ans. Un volume regroupant des extraits des années 1996 à 2016 a été publié en 2016 : Les nuages de l’âme (Pétra). Il tient la rubrique poésie de l’hebdomadaire La Vie, une chronique « Chronique du veilleur » sur le site internet Recours au poème et collabore à de nombreuses revues. Il a longtemps tenu la chronique de poésie dans les numéros de la Nouvelle Revue Française.

Dernières publications : Tisons (La Coopérative, 2018), Depuis toujours le chant (Arfuyen, 2019), Psaumes de la Foi vive (Ad Solem, 2019), J’appelle depuis l’enfance (la Coopérative, 2020).

 

BON DE COMMANDE

 

NOM ……………………………PRÉNOM……………………

ADRESSE : ………………………………………………………

MAIL : ……………………………….TEL :……… …………….

Je commande le livre Une brûlante usure de Gérard Bocholier

Prix à l’unité : 15 € Nombre d’exemplaires : ……………….

Participation forfaitaire aux frais d’envoi postaux : 2 €

Total : …………………………

Date : …………………………….Signature ………………………

 

……………………………………………………………………………....

Pour toute commande par courrier à l'éditeur, règlement possible :

par chèque à l’ordre et à l’adresse des Éditions Le Silence qui roule

ou par virement sur le compte CCP des éditions  -

IBAN : FR04 2004 1010 0309 4887 4S02 458  BIC PSSTFRPPCLE

ou sur le site des éditions, via PayPal. En vous remerciant !

 

Retour

Revue Des PAYS HABITABLES
Joël Cornuault nous communique :
 
Le numéro 6 de notre revue semestrielle sur papier Des PAYS HABITABLES [Utopie-Naïveté-Exubérance] vient de paraître.
Voir la couverture, sur laquelle figure son sommaire.
Vous pourrez faire plus ample connaissance avec notre projet en vous rendant sur le site de la revue en ligne Diacritik, où figure un entretien que j'ai eu avec Johan Faerber. https://diacritik.com/2021/10/16/des-pays-habitables-notre-revue-ne-se-situe-dans-le-courant-principal-de-la-culture-mais-sen-ecarte/
Voir les couvertures des 5 numéros
Cordialement
Joël Cornuault
06 10 33 49 09
https://revuedespayshabitablelibrairielabreche.wordpress.com
 

Retour

Voir bulletin de complicité merci

Retour

Retour

 

 

Ces deux livres feront l'objet d'une prochaine émission

 
voir également dans la collection 
"PRIER 15 JOURS" des éditions nouvelle cité
 
 Pierre Teilhard de Chardin 
par André Dupleix ,
 125 p, 12,50 €

 

Retour

 ce livre fera l'objet d'une prochaine émission

Retour

LA LETTRE DE REVU

Chères lectrices, chers lecteurs,Après quelques mois de repos, REVU entame une tournée mémorable pour présenter son neuvième numéro CYCLE (S). Nos missions de terrain continuent et un dixième numéro se prépare.
 
Ami·es strasbourgeois·es, Nous vous donnons rendez-vous ce samedi 12 mars à partir de 18h pour un moment poétique, niché·es au coeur de la magnifique librairie L’Oiseau Rare. Une belle occasion pour se rencontrer, se lire des poèmes, (re)découvrir les actus de REVU - dont le numéro 9, notre dernier né - et partager un verre ensemble.Au programme :Lecture d’une sélection de poèmes, publiés dans REVU et autres horizonsMoment dédié à la poésie ukrainienneCréation de poèmes instantanésNous avons hâte de vous voir à la librairie L'Oiseau Rare, 23 quai des Bateliers à Strasbourg ! 
 
Comme l’année précédente, venez retrouver REVU au Salon du livre de la Krutenau à Strasbourg.Dans ce cadre spécialement dédié aux maisons d’édition du Grand Est et à leurs auteurs et autrices, vous pourrez bien sûr retrouver nos différents numéros, notamment notre petit dernier, CYCLE (S), qui aura été présenté la veille à la librairie l’Oiseau Rare située dans le même quartier, mais également échanger avec les différents membres de l’association présents sur place.Plus d'informations ici 
 
 
 
Parcourez les premières pages de Cycle(s) et découvrez la liste des participant·es. Vous pouvez également commander le numéro ici.  
Vous pouvez toujours retrouver notre actualité sur le site de l'association. 
Facebook
Website
Instagram
Email
Twitter
 
Copyright © *2022* *Association Revu*, Tous droits réservés.Notre adresse mail :revularevue@gmail.comNotre site internet : www.associationrevu.com 
This email was sent to saintpaul.christian@free.fr why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences Association Revu · 59 rue Voltaire · Laxou 54520 · France Email Marketing Powered by Mailchimp

 

Retour

Les éditions Pierre Mainard sont heureuses 

de vous annoncer la cinquième livraison

  naïve, utopique, exubérante de la revue 

Des PAYS HABITABLES...

« Notre revue ne se situe pas dans le courant

 principal de la culture mais s’en écarte. » 

(entretien avec Joël Cornuault, Diacritik, 2021)

Vous souhaitez vous abonner ou commander :

Vous souhaitez acheter la revue dès à présent :

PIERRE MAINARD, ÉDITEUR

4, place Beethoven  - 47600 Nérac

Tél & Fax : 05 53 65 93 92

Facebook : pierre mainard éditeur

Site Internet : http://pierre-mainard-editions.com/

 

Retour

dernière publication de Stéphane Amiot,ce livre fera l'objet d'une prochaine émission

 

avec l'auteur

éditions unicité

découvrir le livre ici

en savoir plus sur Séphane Amiot ici

MONTGISCARD HAUTE-GARONNE

 

Soirée poétique avec Ada Mondès et Stéphane Amiot

dans le cadre du Printemps des poètes

Conditions : entrée libre

samedi 19 mars à 20h30

Lieu : Salle de cinéma -

Rue Saint Marc, 31450 Montgiscard - 1er étage

infos

 

Stéphane AMIOT

lira des poèmes de son dernier recueil,

Saisons de lagunage,

paru récemment aux Éditions Unicité.

couverture : TekProd -Emmanuel Tecles

 ---------------------------------------------------------------------

Stéphane AMIOT

 

Retour

https://trobavoxeditions.com/ 

https://trobavoxeditions.com/ 

Retour

Les éditions ABATOS 

à Saint-Etienne (42)

 viennent de publier le dernier livre de

 Jean-Michel Bongiraud :

Le Lapin Bleu

Douze courtes nouvelles.

Vous pouvez vous le procurer en recopiant le lien suivant :

https://abatos.fr/accueil/149-le-lapin-bleu-9782365981842.html

Ce livre sera présenté lors d'une prochaine émission.

Retour

Voir :
http://surlatraceduvent.blogspot.com/
 
https://latelierdelaodina.blogspot.com/
 
http://www.editionslalunebleue.fr/
 
http://lestroueespoetiques.blogspot.com/
 

 

Retour

Vient de paraître, septembre 2020 :

UNE BRÛLANTE USURE

Gérard Bocholier

Journal 2016-2017

Collection Les Cahiers du Silence.

En couverture « Sous l’écorce », peinture de Marie Alloy.

Format : 13 x 20 cm - 150 pages – Prix public : 15 €

ISBN 978-2-9563314-5-2

Editions Le Silence qui roule, 26 rue du chat qui dort, 45190 Beaugency. marie.alloy@orange.fr 0678460400 - www.lesilencequiroule.com

Gérard Bocholier est né en 1947 à Clermont-Ferrand. Il a enseigné les lettres en classe d’hypokhâgne dans sa ville natale. Il y dirige la revue de poésie ARPA qui a été fondée en 1976. Il est l’auteur de plus de 30 livres de poésie et d’essais critiques, lauréat de nombreux prix littéraires, notamment le prix François Coppée de l’Académie Française pour Psaumes de l’espérance. Il a commencé à écrire son journal intime à l’âge de 19 ans. Un volume regroupant des extraits des années 1996 à 2016 a été publié en 2016 : Les nuages de l’âme (Pétra). Il tient la rubrique poésie de l’hebdomadaire La Vie, une chronique « Chronique du veilleur » sur le site internet Recours au poème et collabore à de nombreuses revues. Il a longtemps tenu la chronique de poésie dans les numéros de la Nouvelle Revue Française.

Dernières publications : Tisons (La Coopérative, 2018), Depuis toujours le chant (Arfuyen, 2019), Psaumes de la Foi vive (Ad Solem, 2019), J’appelle depuis l’enfance (la Coopérative, 2020).

BON DE COMMANDE

 

NOM ……………………………PRÉNOM……………………

ADRESSE : ………………………………………………………

MAIL : ……………………………….TEL :……… …………….

Je commande le livre Une brûlante usure de Gérard Bocholier

Prix à l’unité : 15 € Nombre d’exemplaires : ……………….

Participation forfaitaire aux frais d’envoi postaux : 2 €

Total : …………………………

Date : …………………………….Signature ………………………

 

……………………………………………………………………………....

Pour toute commande par courrier à l'éditeur, règlement possible :

par chèque à l’ordre et à l’adresse des Éditions Le Silence qui roule

ou par virement sur le compte CCP des éditions  -

IBAN : FR04 2004 1010 0309 4887 4S02 458  BIC PSSTFRPPCLE

ou sur le site des éditions, via PayPal. En vous remerciant !

 

Retour

Ce livre fera l'objet d'une prochaine émission

 

Retour

 

Retour

 

 

 

Retour

 

A lire absolument : Belvedere 64

 

Retour

Retour

Les publications passées et futures de 
Julien Blaine :
Et en 2022 
la récolte abondante, variée et calorique 
du nouvel octogénaire :
1. le Tome 5 de mes Albumanachs dont la parution est prévue dans le courant de 2022 chez Al Dante/Presses du Réel, 

2. un livre d’artiste (sic) dont je languis depuis quelques semaines La porte jadis close aux éditions Collodion, 

3. un petit livre en cours et en accordéon chez Pli : Casino prolo,

4. une autre en train qui vient de finir Proz & Poem promis aux éditions Manifeste 

5. une somme indispensable de 60 pages grand format chez Al Dante/Presses du Réel : Le Motier 

6. une sorte de dialogue avec Jean-Jacques Lebel sur mon Grand dépotoir à paraitre aux éditions Paraulès, 

7. un livre de Jean-Yves Bosseur sur Joëlle Léandre et moi, édité par le FRAC de Besançon : Performing duo (titre provisoire)

8. une plaquette aux éditions des Vanneaux : Bang ! 

9. Entraînement en rodage chez Fidel Anthelme X paru

10. Le livre du savon chez les éditions du val de l’Arc

 

. Quelques articles pour le prochain Attaques

. Des participations à quelques revues comme Bau, 

. un tirage de tête pour Lello Vocce au coin de l’enfer : Les lais, l’encre de la voix. paru

 . à Ramallah à paraître dans le tome VI de mes Albumanachs : 2023 

. Une préface pour le dernier livre de mon dalon André Rober : mi di minm paru

. un texte en hommage à Mimmo maire de Riace aux éditions du Merle moqueur 

. un nouvel Breuvage épandu aux éditions Al Dante

. Muse Hic un rassemblement de Christian-Edziré Déquesnes paru

 

 

Retour

 

Nicole Gdalia  des éditions Caractères nous communique :Voici les échos de l'Anthologie de la Poésie Mondiale Multilingue.

 

Un podcast de Nicole Gdalia, enregistré par Rfi, où elle nous partage la grande diversité mondiale de cette Anthologie.en voici le lien : https://amp.rfi.fr/fr/podcasts/rendez-vous-culture/20220117-anthologie-de-la-poésie-mondiale-aux-éditions-caractères

 

Twitter

Facebook

Website

 

 

 

Copyright © 2022 Éditions Caractères, All rights reserved.

 

 

 2021

 

 

Retour

 

couv

je voulaiste parler des traverséesqui ne nous mènent nulle partmais nous rassemblentdes pierres qui pleurent aussiet des miradors qui tremblent44 pages, agrafées

tirage limité, numéroté et signéÉdité et imprimé par l’auteursur papier luxe 100 % recyclé

Dépôt légal : décembre  2021  

8 € + 2,30 € de port

à  commander directement à :

Cathy Garcia Canalès : mc.gc@orange.fr

Merci !

Soutenir la création indépendante  ce n'est pas obligatoire mais c'est essentiel !

Pour voir mes autres livres dispos sur demande :

http://cathygarcia.hautetfort.com/commander-un-livre/     

Tout : http://cathygarcia.hautetfort.com/

 

Retour

 Eric Fraj : La Vida
 
Vous pouvez souscrire (conditions plus bas)
 

Lo dissabte 20 de noveme Eric Fraj hestejec lo son 50au anniversari de cantaire a Toget en Gèrs en companhia de Guilhèm Lopez vengut en amic e en vesin e de Morgan Astruc dambe la sua guitara.

Estoc, coma podèva se predíser, un concèrt de memòria. Dab cançons de totas datas, de las mes ancianas dinc a las creacions que seran suu lo son doble CD a vénguer. Aqueth album « La vida » pareisherà de cap a la fin de heurèr. Que’s hargat en collaboracion amb lo CAMOM e Tròba Vox. I trobaratz 32 cançons dont 30 ineditas en occitan, catalan, castelhan o francés, dins un eclectisme estilistic (tango, reggae, baladas, blues, jazz, flamenco, etc.) coma poetic per evocar un viatge estranh e complèxe : la vida. Amb d’artistas de tria : Daidièr Mir (grafisme), Morgan Astruc (adobaments, palmas, guitara), Mingo Josserand (presa de son, adobaments, piano, clavièrs), Thierry Roques (acordeon), Clairveau Ramsamy (contrabassa), Hervé Chiquet (percussions), Simon Portefaix (batariá e percussions), e de segur lo son complici de 20 ans : Guillaume López (adobaments, votz, flaütas, boha). Sense oblidar las suspresas ! Que’s pòt crompar en soscripcion suu site : https://ericfraj.com/oc/soscripcion-per-la-vida/ au prètz de 20 €uros.

Le samedi 20 novembre Eric Fraj a fêté son 50ème anniversaire de chansons à Touget (32) en compagnie de Guillaume Lopez venu en ami et voisin et de Morgan Astruc aves sa guitare.

Ce fut, comme prévu, un concert mémorable. Avec des chansons des plus anciennes jusqu'à ses plus récentes créations que l'on retrouvera sur son double CD à venir. Cet album « La vida » paraîtra vers la fin février. Il est fabriqué en collaboration avec le CAMOM et Tròba Vox. Vous y trouverez 32 chansons dont 30 inédites en occitan, catalan, castillan ou français, dans un éclectisme stylistique (tango, reggae, ballades, blues, jazz, flamenco, etc.) comme poétique pour évoquer un voyage étrange et complexe : la vie. Avec des artistes de choix: Daidièr Mir (graphisme), Morgan Astruc (arrangements, palmas, guitare), Mingo Josserand (prise de son,  arrangements, piano, claviers), Thierry Roques (accordéon), Clairveau Ramsamy (contrebasse), Hervé Chiquet (percussions), Simon Portefaix (batterie et percussions), et bien sur son complice depuis 20 ans : Guillaume López (arrangements, voix, flûtes, boha). Sans oublier les surprises ! On peut l'acheter en souscription sur le site : https://ericfraj.com/oc/soscripcion-per-la-vida/ au prix de 20 €uros.

 

Que cau tanben arremerciar tota la còla de "la Petita Pòrta" que nos an hèit un arcuelh de prumèra.

De son concèrt avem podut enténer ua cançon vielha de 40 ans que sembla d’ua actualitat cosenta.

: l’òme nuclear : https://ericfraj.com/release/in-extremis/

Il faut aussi remercier toute l'équipe de "La Petite Porte" qui nous ont offert un accueil digne de l’événement.

Lors de son concert, nous avons pu entendre uns de ses chanson vieille de 40 ans qui semble d'une actualité cuisante : L'homme nucléaire"  : https://ericfraj.com/release/in-extremis/

L'òme nuclear

Quand lo dius farlabicaireVolguèt far un òme nòu,Se n'anguèt trobar sa maire,Per aver quaranta sòus.Se crompèt una maquina,Que lusissiá al solèlh :Un motor, una turbina,De fèr blanc e de niquèl.Cric, crac,L'òme nuclear...Cric, crac,Aurà lèu ganhat !Trabalhèt coma una bèstia,Sens quitar son obrador,E puèi se carguèt la vèstaPer anar beure un pinton.D'aquèl temps, lo vièlh Sant PèireQu'aimava de se gaudirDins la maquina de fèrreMetèt de grana de lin.Foguèt un òme sens cervèlaQue sortiguèt del molin,S'espandiguèt sus la tèrraComa l'agram pel camin.Bastiguèt qualquas centralasNuclearas dins son òrt,Puèi butèt la manivèla :Cresiá d'èsser lo pus fòrt.Mas cadun dins sa carrièra,Faguèt lo meteis trabalh,Atal espetèt la tèrra,Dins un fòrt sarrabastal !Cric, crac,L'òme nuclear...Cric, crac,Ara es acabat ?

 

L'homme nucléaire

Quand le dieu bricoleurVoulut faire un nouvel homme,Il alla trouver sa mère,Pour avoir quarante sous.Il acheta une machine,Qui luisait au soleil :Un moteur, une turbine,De fer blanc et de nickel.Cric, crac,L'homme nucléaire...Cric, crac,Il aura bientôt gagné !Il travailla comme une bête,Sans quitter son ouvrage,Puis il mit sa vestePour aller boire une pinte.Pendant ce temps, le vieux Saint-PierreQui aimait s’amuserDans la machine de ferMit des graines de lin.Ce fut un homme sans cervelleQui sortit du moulin,Il se répandit sur la terreComme le chiendent sur le chemin.Il bâtit quelques centralesNucléaires dans son jardin,Puis actionna la manivelle :Il se croyait le plus fort.Mais chacun dans sa rue,Fit le même travail,Ainsi péta la terre,Dans un fort pétard !Cric, crac,L'homme nucléaire...Cric, crac,Maintenant est-ce la fin ?

 

Eric Fraj – 1980

 

paraulas de Robèrt Martí

 

Retour

La lettre d’information / 25 novembre 2021

Des voix de poètes pour défendre la planète !

Retrouvez l'anthologie Des voix pour la Terre en librairie dès aujourd'hui.

Étant donné les circonstances actuelles, si vous n'avez pas la possibilité de vous déplacer pour le commander en librairie, vous pouvez le commander directement sur notre site.

Éditions Bruno Doucey Cour Alsace-Lorraine, 67, rue de Reuilly – 75012 Pariswww.editions-brunodoucey.com

 

 

Retour

 
­
­
­ ­
­
­
­
­
­
­
­
­
­
­
­

 Nous voici à quelques semaines de Noël ! N'hésitez pas à consulter le catalogue des éditions L'enfance des arbres. Frais de port gratuits jusqu'au 31 décembre à partir de deux ouvrages commandés.

­
­

Dernières parutions

­
­
­
­
­

"Comme je suis fière de vous avoir inspiré ce récit magnifique 

et si splendidement édité !" Amélie Nothomb

­
­
­
­
­
­
­

Inspirée par le roman "Soif" d'Amélie Nothomb, Marion d'Elissagaray propose un récit personnel, spirituel et poétique de la passion de Jésus écrit du point de vue de Marie, sa mère : “ l’objectif de mon récit est de chercher à dire, de manière renouvelée, que s’être laissé fixer sur une croix, c’était, pour Jésus le nazaréen, contre toutes apparences, s’enfoncer dans la vie. Ce paradoxe fait aujourd’hui encore tourner le monde.” (138 p. 15 euros)

­
­
­
­

Xavier Grall nous a quittés le 11 décembre 1981. Retrouvez le poète et journaliste sous la plume sensible de Pierre Tanguy dans cet ouvrage illustré par des peintures de Rachel La Prairie (152 p. 15 euros)

­
­
­
­
­
­
­

Écrits entre 2007 et 2009, ces courts poèmes sont comme autant de jeunes pousses de la forêt de l'enfance des arbres (204 p. 15 euros). 

Le recueil est illustré de linogravures et de monotypes d'Isabelle Simon

­
­
­
­
­
­
 
­
­
­
Voir bon de commande
­
­

Ces ouvrages, comme ceux de l'ensemble du catalogue de L'enfance des arbres (en pièce jointe), peuvent être commandés en librairie ou bien directement en adressant un chèque à la maison d'édition : L'enfance des arbres, 3 place vieille ville, 56 700 HENNEBONT. Frais de port : 4 euros pour un livre. Offerts à partir de deux ouvrages jusqu'au 31 décembre 2021.

 

­
­
­
­
­
­

Belles fêtes de fin d'année !

­
­
­
­
­
­

 

 
 
 

 

Retour

 

“Le livre comme espace de rencontre poétique et amicale : Le dialogue par le livre à bord du Petit Véhicule” de Saray Bolaños Hernández

 
 
--
Pour suivre notre actualité :
Facebook : https://www.facebook.com/lepetitvehiculeAbonnez-vous sur notre compte Instagram : 
 
Pour nous contacter (manuscrits/ commandes/relation auteurs et lecteurs) :Les éditions du Petit Véhicule : http://www.lepetitvehicule.com/
Nouvelle adresse :150, boulevard des poilus 44 300 Nantes
(École François Dallet )
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour

Voir le n° 63 de Belvedere 

Retour

Retour

Retour

Ce livre fera l'objet d'une prochaine émission

Retour

Les éditions Cocagne 
proposent un choix de livres pour la Noël.
Parmi eux, Olympe de Gouges,
 Felix-Marcel Castan 
et l'édition rare du poète 
Roger Milliot
Voir le catalogue  Voir le bon de commande

 

Retour

284 pages, 18 €.

/ "Qui se souvient aujourd’hui du poète de "Proses du fils". Cinq euros cinquante-cinq, d’occase, sur Leboncoin. Ce fut une gloire en toc. Couleurs vite passées. Rien ne se délave comme la vie. Comme L’ENVIE. Et ton ivresse ne l’a plus ce soir. L’envie d’avoir envie. Tu ferais mieux de les fourguer au premier brocanteur venu. Tes chefs-d’oeuvre inconnus. Tu fais prof de Culture G. dans l’école d’ingés de Pesquet Thomas. Le temps est progressivement devenu gris. Comme tes cheveux. Ce nouveau chapitre de ton autofiction porte un titre très simple. Portrait de l’artiste en "has-been". Quelque plumitif avait même appelé Manet comme ça. Un raté de première classe. Tu deviens, peu à peu, cette épave. L’Ex de ta propre survie. Une nuit vient qu’on le fait comme un con. Le déconte à rebours. On coche une croix dans la colonne des foirades. Et autres ratages. C’est le milieu de la cinquantaine." - Yves Charnet.

L’œuvre de Charnet est depuis "Proses du fils" (La Table Ronde, 1993) marquée par une double quête autobiographique et poétique et ces "Chutes" pourraient désigner à la fois les bouts épars, comme on dit "des chutes de tissus" d’une réflexion parfois drôle, souvent douloureuse et les chutes d’un homme, écrivain "has-been" dont on vient de refuser le dernier manuscrit et dont la mère vient de chuter elle aussi… "Il y a ces chutes, en effet, et la relecture, pendant le confinement, m’a évoqué la chute d’un monde, le mien. L’année dernière, quand j’ai vu Alain Delon à la télévision recevoir une Palme d’or honorifique, j’ai compris ce qu’était ce monde d’avant. Aujourd’hui, un monde s’écroule, il va dans le mur… Ça remue, forcément, d’écrire ces choses-là, mais c’est le prix à payer lorsque l’on veut faire une œuvre autobiographique…" Les repères, de Leonard Cohen à Ennio Morricone – il est dingue du "Clan des Siciliens" – ou Denis Tillinac, grand ami de l’auteur, s’estompent parce que la vie est comme ça, mais l’œuvre, elle, avance subtilement vers l’autofiction. Ce n’est pas un journal mais un bel objet littéraire, que le style, la poésie et les bonheurs de la vie poussent vers la lumière : un dîner avec son fils musicien Augustin, une page d’Emaz ou de Blondin, l’amitié de Serge Lama… "Chutes" interroge l’art, le temps qui passe, les succès dont on parle au passé : "Rien ne se délave comme la vie. Comme L’ENVIE. Et ton ivresse ne l’a plus ce soir. L’envie d’avoir envie. Tu ferais mieux de les fourguer au premier brocanteur venu. Tes chefs-d’œuvre inconnus." S’il y a une justice, celui-ci ne le restera pas, inconnu.

Ce livre fera l’objet d’une prochaine émission avec Yves Charnet

 

Retour

 

 

-Voir :  https://www.dropbox.com/scl/fi/1tkgl93yf9s6zeo4hghrm/Extraits-T-B-95-avec-illustrations.doc?dl=0&rlkey=00h9m4c8v6pamxhmvlfa2obyj

- en version doc : https://www.dropbox.com/scl/fi/1tkgl93yf9s6zeo4hghrm/Extraits-T-B-95-avec-illustrations.doc?dl=0&rlkey=00h9m4c8v6pamxhmvlfa2obyj

 

Si les liens ne fonctionnent pas directement, vous pouvez les copier-coller.

Les quatre liens ci-dessous vous permettront d'aller faire un tour sur les deux blogs des Editions Le Citron Gare et de Traction-brabant, ainsi que sur les deux blogs de mes chroniques poétiques :

 

http://traction-brabant.blogspot.fr/

http://lecitrongareeditions.blogspot.fr/

http://poesiechroniquetamalle.blogspot.fr/

http://cestvousparcequecestbien.blogspot.fr/

 

 

 

Retour

 
"Vous prendrez bien un poème ?". 
Courrier des lecteurs N°115.
Voir doc.
 

 

Retour

 

Le jardin, territoire intermédiaire…

 

Sortie le 2 novembre 2021chez la bonne maison Cardère

Disparue tragiquement à l’âge de 58 ans, la paysagiste Danielle Dixe (1950-2008) a créé trois jardins à Lagrasse (Aude) entre 1995 et 2008 : une adaptation du roman Vendredi ou Les Limbes du Pacifique de Michel Tournier ; une villa végétale ; une mobilisation paysagère contre la construction d’un parking en périphérie du village.

Sur proposition de l’Association des Amis de Danielle Dixe et avec le soutien de la Maison du Banquet et des Générations (Lagrasse), Estelle Chauvard mène l’enquête et réunit des dessins et des manuscrits originaux de l’artiste, des photographies, des témoignages et des coupures de presse locale.

À travers l’histoire de ces jardins aujourd’hui disparus, Estelle Chauvard tente de saisir la réflexion expérimentale qui a animé Danielle Dixe sur la possible intrication entre nature rêvée et paysage réel, entre intérieur (architecture) et extérieur (environnement), et sur la revendication du territoire comme outil de lutte sociale.

 

Cet ouvrage est la version augmentée du catalogue publié à l’occasion de l’exposition « Danielle Dixe à Lagrasse », Abbaye publique, Banquet du Livre de Printemps, 14-21 mai 2021. Composé par Estelle Chauvard, également graphiste, le livre, traité en bichromie, se déroule sur 88 pages au format 20 x 26,5 à la française. Son prix public est de 28 €.

Sortie 2 novembre 2021, isbn 978-2-37649-026-5, collection REGARD D’AILLEURS.

La postface est signée par l'écrivain philosophe Gilles A. Tiberghien, maître de conférence à la Sorbonne où il enseigne l'esthétique, codirecteur de la rédaction des Carnets du Paysage.

 

Le livre peut être acheté en ligne chez l’éditeur ou chez votre libraire préféré, où qu'il se trouve, eh oui !

Estelle Chauvard, Gilles Tiberghien, Guillaume Lebaudy et la bonne maison Cardère, vous invitent à flâner jusqu'à l'oubli dans les jardins de Danielle Dixe…

 

 

Cardère éditeur, Bruno Msika

 

Retour

Vient de paraître aux éditions Gallimard et fera l'objet d'une émission :
 
"Je sais bien que, s'agissant de poésie, qui veut mal de mort à la froideur du concept et à l'esprit de système, ce titre "Une théorie de l'amour", semble contrevenir au bon sens. Je tiens cependant que c'est trop rapidement en juger. La vérité est qu'aujourd'hui plus que jamais sans doute, la pensée du monde, de la vie et de ses circonstances, otage des machinologues en tout genre, s'asservit pour notre malheur à la souveraineté d'une abstraction qui s'épargne les démentis du réel.
Seule objecte à mes yeux à cette emprise délétère ce que la poésie depuis toujours fomente : une compréhension des choses non surplombante mais impliquée, sensuelle assurément, qui a aussi pour moyen la main et le pied. 
La pensée dans le poème a du corps enfin, et c'est le corps du monde, et c'est le corps de chacun. En quoi elle s'accroît d'un souffle, d'un rythme, d'un dynamisme, pulsations du sang et du vent.
Le poème réchauffe le concept et soumet la pensée au vivant contrordre que recèle la liberté native du réel. Mouvement perpétuel, mort du dogme. Il est temps de repenser poétiquement la vie".
 Jean-Pierre Siméon

 

Retour

Au mois de novembre, découvrez le nouveau titre de notre collection Poés'idéal, consacré à l'écologie.Et retrouvez-nous lors de nombreux événements, notamment à Clermont-Ferrand, Créteil, Lyon, Strasbourg...

La lettre d’information n°135 – Novembre 2021

Quand la colère gronde

 

Réchauffement climatique, pollution de l’air et de l’eau, destruction des espèces, saccage de la nature et des forêts… la liste est désormais longue des violences faites à la planète, preuve qu'il est urgent d'enrayer ce carnage. Pour dénoncer ce scandale, les poètes donnent de la voix et sèment leurs mots en espérant que chacun puisse les récolter. Alors saisissez-vous du nouveau livre de la collection pour ados Poés’ideal qui paraît ce mois-ci comme d’un brûlot ! Et retrouvez nos poètes dans de nombreux événements tout au long du mois de novembre.

Ce mois-ci en librairie...

Des voix pour la TerreAnthologie établie par Bruno Doucey, Pierre Kobel et Ariane LefauconnierCollection Poés'idéalEn librairie le 25 novembre128 pages • 9 €

Cliquez ici pour en savoir plus...

♦ Plus de 50 poètes contemporains venus du monde entier clament leur révolte contre le massacre de la  Terre

♦ Un livre à destination des adolescents et jeunes adultes qui cherchent les mots de leur colère contre la destruction de notre environnement

♦ Quand la poésie se pique d’écologie, et s’érige en bouclier pour la nature

Extrait :

« Nous sommes la nature qu’on défonce. Nous sommes la Terre qui coule, juste avant qu’elle s’enfonce. 

(…)

Et maintenant ? Maintenant, la seule croissance que nous supporterons sera celle des arbres et des enfants. Maintenant nous serons le vivant  qui se défend. »

– Alain Damasio

40 poètes parmi lesquels...

Margaret Atwood • Michel Baglin • Jeanne Benameur • Tanella Boni • Hélène Dorion • Albane Gellé • Antjie Krog • Rita Mestokosho  • Mickey 3D • Carl Norac • Craig Santos Perez • Pomme • Florentine Rey • Marcia Theophilo • Gilles Vigneault • Thomas Vinau...

Et des textes en écho de...

Isabelle Collombat • Alain Damasio • J.M.G. Le Clézio • Jean-Claude Mourlevat • Greta Thunberg...

La collection Poés'idéal...

Connaissez-vous notre collection Poés'idéal ?Créée par Murielle Szac en 2014, cette collection propose des anthologies construites autour de la défense d'un idéal : la paix, la liberté, l'amour, le métissage, l'humanisme, l'écologie... Destinée en premier lieu aux adolescents – d'où le format poche et le prix de vente très doux –, elle se veut un terrain de découvertes poétiques pour le plus grand nombre, en rassemblant des auteurs et autrices du monde entier. 

Des prix pour nos poètes

Le roman Ne pleure pas sur la Grèce, de Bruno Doucey, fait partie des 200 titres nominés par les White Ravens ! Ces deux cents ouvrages, issus de 54 pays et écrits en 38 langues, constituent une liste de "livres de référence particulièrement recommandés" à destination des jeunes lecteurs et lectrices. Ne pleure pas sur la Grèce est donc proposé pour un lectorat adolescent, à partir de 16 ans ! Le catalogue, que vous pouvez retrouver en ligne sur le site de l'Internationale Jugendbibliothek (bibliothèque internationale pour la jeunesse), est notamment présenté lors de la Foire de Francfort.

Nos événements en novembre

Étant donné les circonstances actuelles, tous ces rendez-vous sont soumis aux aléas des mesures sanitaires. Nous vous conseillons de vous assurer le jour de l'événement que celui-ci est bien maintenu.

• Le 2 à 20h (Paris – 5ème) : Soirée de lectures poétiques, en présence de Damien Paisant qui lira des extraits de son recueil Cri.Cabaret L'Eurydice – Tripot Littéraire, salle du Roy – 79, rue du Cardinal Lemoine

• Le 6 à 11h (Lyon – 3ème) : Rencontre-lecture à l'occasion de la remise du prix René-Leynaud à Katerina Apostolopoulou pour son recueil J'ai vu Sisyphe heureux.Bibliothèque municipale de Lyon – 30, boulevard Vivier Merle

• Les 12 et 13 (Saint-Chély-d'Apcher  – 48) : Retrouvez Aurélia Lassaque au festival Sources poétiques, pour une première édition de ce festival consacré à la poésie ! À ne pas manquer :– le 12 à 18h : hommage à Frédéric Jacques Temple, avec Benjamin Guérin, Aurélia Lassaque et Robert Lobet / Le Ciné-théâtre

• Le 14 à 14h30 (Saint-Romain-en-Gal – 69) : Dans le cadre de l’exposition du musée gallo-romain « L’Odyssée des femmes », et en partenariat avec la librairie Passerelles de Vienne, venez rencontrer Murielle Szac qui évoquera son rapport avec les figures féminines de la mythologie, et notamment sa préface du recueil Circé de Margaret Atwood, et présentera son travail d’autrice et d’éditrice.Musée Gallo-romain – D502

• Le 16 à 14h30 (Nantes – 44) : Bruno Doucey vous donne rendez-vous à l'Université permanente de Nantes pour une conférence sur le thème "Tu aurais pu vivre encore un peu : quand Ernest Pignon-Ernest rend hommage à Jean Ferrat".Université permanente – 2 bis, boulevard Léon Bureau

• Le 17 à 18h30 (Clermont-Ferrand – 63) : Rencontre avec Bruno Doucey autour de la collection Poés'histoires, dans le cadre de la 35ème Semaine de la poésie.Best Western Plus – L'Hôtel Littéraire Alexandre Vialatte

• Le 18 (Clermont-Ferrand – 63) : Retrouvez Souad Labbize et Bruno Doucey lors de la journée d'études "Réfugier. Faire histoire(s)", organisée par le CELIS / Université Clermont Auvergne, pour des conférences autour de la question de l'exil.Maison des Sciences de l'Homme – 4, rue Ledru

• Le 19 à 19h (Saint-Mandé – 94) :La librairie Paroles reçoit Nawel Ben Kraïem pour une rencontre autour de son recueil J'abrite un secret Librairie Paroles, 74 avenue du Général de Gaulle

• Les 20 et 21 (Toulon – 83) :Jiliane Cardey est invitée à la Fête du livre du Var pour son anthologie Pour une poignée de ciel – Poèmes au nom des femmes dalit. À ne pas manquer :– dimanche 21 à 13h30 : "Portraits de femmes", avec Jiliane Cardey, Catherine Cusset et Hyam Yared, rencontre animée par Sophie Pujas.Place d'Armes

• Le 21 (Créteil – 94) :À l'occasion de son festival littéraire, la Médiathèque de l'Abbaye - Nelson Mandela invite les Éditions Bruno Doucey pour des ateliers et rencontres durant tout le week-end. À ne pas manquer :– à 14h : lecture musicale de Ne pleure pas sur la Grèce, par Bruno Doucey et Christophe Rosenberg– à 16h : récital collectif avec Katerina Apostolopoulou, Imasango, Hala Mohammad, Nathalie Novi, Murielle Szac, suivi d'une séance de dédicace

• Le 21 à 15h (Aix-en-Provence – 13) : Nawel Ben Kraïem donnera son seule-en-scène "J'abrite un secret" au théâtre du Bois de l'Aune, dans le cadre de la programmation “Les Noubas du Zik Zac“.Théâtre du Bois de l'Aune – 1bis, place Victor Schoelcher

• Le 25 à 18h (Pau – 64) :Venez participer à une rencontre-lecture avec Bruno Doucey à l'Espace Culturel Leclerc autour de son roman Ne pleure pas sur la Grèce. Réservation obligatoire : 05 59 80 80 89 / parvisespaceculturel@laposte.netLe Parvis – Espace culturel Leclerc, avenue Sallenave

• Le 27 à 15h (Strasbourg – 67) :Le festival Strasbourg-Méditerranée invite Bruno Doucey pour une rencontre à la librairie Kléber autour de son roman Ne pleure pas sur la Grèce, en présence de son éditrice Murielle Szac.Librairie Kléber – 1, rue des Francs-Bourgeois

Salon du livre jeunesse

Début décembre, nous serons au Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis ! Cette année, c'est la thématique "Nous" qui sera à l'honneur. Retrouvez-nous du 1er au 6 décembre, en compagnie notamment de Nathalie Novi, Katerina Apostolopoulou, Murielle Szac et Bruno Doucey. De nombreuses rencontres et signatures sont à prévoir !

Éditions Bruno Doucey – Cour Alsace-Lorraine, 67, rue de Reuilly – 75012 Pariswww.editions-brunodoucey.com

 

Retour

Retour

Le recueil Mes forêts d'Hélène Dorion est enfin en librairie ! Parution simultanée en France et au Québec.

La lettre d’information / 14 octobre 2021

Plongez dans les forêts d'Hélène Dorion

Retrouvez Mes forêts, d'Hélène Dorion, en librairie dès aujourd'hui.

Étant donné les circonstances actuelles, si vous n'avez pas la possibilité de vous déplacer pour le commander en librairie, vous pouvez le commander directement sur notre site.

Éditions Bruno Doucey Cour Alsace-Lorraine, 67, rue de Reuilly – 75012 Pariswww.editions-brunodoucey.com

 

Retour

Les éditions Caractères publient une "Anthologie de la poésie mondiale" :         

 

Retour

Retour

Retour

Julien BLAINE nous communique :

Comme chacun sait,

                               c’est à dire pas grand monde

Ce fut l’une de mes dernières expositions avant 

Le  Grand Dépotoir (Bon débarras)

 à la Friche-de-la-Belle-de-mai 

à Marseille.

d’abord en mars  puis en août  2020 pour quelques mois !

 

Avec 

Hommage à Ghérasim Luca  à Galerie Première ligne 

à Bordeaux en 2019

Dernière démonstr’action sous ma gouverne  

à la galerie El taller treize 

à Ille-sur-Têt en 2020

 

Elle fut intitulé 

Peinture auX couteauX

et elle se déroula à Nantes 

dans la galerie Olivier Meyer

de fin février à fin mars 2019

 

Si les 2 premières trouvèrent très vite leur publication :

La comète 67P/ Churyumov-Gherasimmenko : la laboureuse

aux Editions des Vanneaux en 2019

Dernière démonstr’action sous ma gouverne

aux Editions Paroles en 2020

 

Ce catalogue rechercha longtemps son financement 

et puis soudain au prix de € 880,80 on* m’offrit 100 exemplaires

aussitôt j’en expédié 20 exemplaires à Olivier Meyer

et j’en mis 50 à la vente au prix de

 

889,80 : 50 = € 17,61 arrondi à € 20,00

Le supplément est pour les frais postaux

* oui : en effet vous aviez deviné l’identité du « on » !

 
 
 

Peinture auX couteauX, Julien Blaine, galerie Olivier Meyer, Nantes, 34 p., 20 euro.

 

De Julien Blaine, j'ai déjà eu mille fois l'occasion de parler dans ces colonnes. Mille fois ou plus. A la fois poète et artiste, il n'est en réalité ni l'un ni l'autre dans le sens classique, même si il a conservé au fond de son cœur l'amour profond de ces modes d'expression. Pour lui, la poésie concrète s'épuise et la poésie visuelle a perdu de son sens : il reprend à son compte l'expression « poésie totale »/ d'Adriano Spatola et choisit de parler de « poésie élémentaire » qui incluse tous les éléments possibles. Il évoque ses Poèmes métaphysiques (il en a publié 13.427 en 1986), qui a été un champ d'expérience de tous les possibles. Puis il est passé aux Bimots qui en seraient la conclusion décantée, exigeant une lecture « archéologique ». De surcroît, il est aussi performeur (bien qu'ayant annoncé la fin de la performance), directeur de revue (il a créé et dirigé Doc(k)s pendant de longues années) et auteur prolifique. Ce catalogue est à l'origine la réminiscence d'une exposition tenue à Nantes et qui a connu les avatars de l'épidémie qui a bouleversé nos vies.

Le titre vient d'un jeu de mots : le couteaux qu'utilisent les peintres est devenu dans son esprit une arme (même s'il ne s'agit que de vulgaires couteaux de cuisine) qui a fiché dans des paquets d'emballage - Toujours la même fragilité - ou s'il s'en est servi pour une composition (Toujours la même plainte (X). Cette publication offre plusieurs pistes pour comprendre les différentes démarches de Julien Blaine, comme, par exemple, la nature et la consistance de la performance que l'on découvre dans un texte intitulé « Des poèmes en chair et en os ». Ce bref voyage dans sa création peu académique se termine par une impressionnante liste d'expositions personnelles et par une bibliographie qui donne le vertige. On découvre aussi l'installation de son exposition de 2019, qui est aussi une performance. Si vous désirez connaître les postures de Julien Blaine, ce catalogue vous donnera une première idée de sa marche en avant dans les ruines de notre culture dorénavant obsolète.

Gérard-Georges Lemaire ([verso-hebdo]) 30-09-2021

 
 
 

 

Retour

 

Le jardin, territoire intermédiaire…

 

À paraître le 2 novembre 2021chez la bonne maison Cardère

Trois folies
 

Disparue tragiquement à l’âge de 58 ans, la paysagiste Danielle Dixe (1950-2008) a créé trois jardins à Lagrasse (Aude) entre 1995 et 2008 : une adaptation du roman Vendredi ou Les Limbes du Pacifique de Michel Tournier ; une villa végétale ; une mobilisation paysagère contre la construction d’un parking en périphérie du village.

Sur proposition de l’Association des Amis de Danielle Dixe et avec le soutien de la Maison du Banquet et des Générations (Lagrasse), Estelle Chauvard mène l’enquête et réunit des dessins et des manuscrits originaux de l’artiste, des photographies, des témoignages et des coupures de presse locale.

À travers l’histoire de ces jardins aujourd’hui disparus, Estelle Chauvard tente de saisir la réflexion expérimentale qui a animé Danielle Dixe sur la possible intrication entre nature rêvée et paysage réel, entre intérieur (architecture) et extérieur (environnement), et sur la revendication du territoire comme outil de lutte sociale.

 

La postface est signée par l'écrivain philosophe Gilles A. Tiberghien, maître de conférence à la Sorbonne où il enseigne l'esthétique, et codirecteur de la rédaction des Carnets du Paysage.

 

Cet ouvrage est la version augmentée du catalogue publié à l’occasion de l’exposition « Danielle Dixe à Lagrasse », Abbaye publique, Banquet du Livre de Printemps, 14-21 mai 2021. Composé par Estelle Chauvard, également graphiste, le livre, traité en bichromie, se déroule sur 88 pages au format 20 x 25 à la française. Son prix public est de 28 €.

Sortie novembre 2021, isbn 978-2-37649-026-5, collection REGARD D’AILLEURS.

 

Le livre peut être préacheté chez l’éditeur jusque début novembre…

Estelle Chauvard, Gilles Tiberghien, Guillaume Lebaudy et la bonne maison Cardère, vous invitent à flâner jusqu'à l'oubli dans les jardins de Danielle Dixe…

 

Retour

Dernière publication d'Andrea Genovese, en italien :

Retour

Retour

Retour

 
Le quatrième numéro de la revue 
Des PAYS HABITABLES vient de paraître !
Naïveté - Utopie – Exubérance
Vous souhaitez vous abonner ou commander :

Sur le blog de la revue et de la Librairie La Brèche, éditionsVous souhaitez acheter le n°4 :

Sur le site de Pierre Mainard éditeur
 
--
PIERRE MAINARD, ÉDITEUR
4, place Beethoven  - 47600 Nérac Tél & Fax : 05 53 65 93 92 Facebook : pierre mainard éditeur Site Internet : http://pierre-mainard-editions.com/

 

Retour

 
    Images invisibles? Cliquez ici...

Editions Unes

Facebook Email Website

j'ai un peu forcé, c'est vrai, mais l'enfance, je l'ai pliée et repliée

En librairie :

Cédric Le Penven — Un sol trop fertile

Imprimé en typographieFormat 15 x 21 cm, 80 p., broché, ISBN 978-2-87704-227-7, 17 €

L’enfant, l’arbre, la vie, c’est toujours la même lutte, celle d’un homme « en danger d’être soi », seul face à l’énigme simple d'une enfance meurtrie. Plus de détour, ou de baume, de fils ou de verger – qui tenaient les livres précédents de Cédric Le Penven (Joachim et Verger), en constituaient le fil et la vie – mais le face à face nu et brutal, comme s’il fallait d’abord être seul. Le problème de la peur et des coups, c’est qu’ils nous infectent et finissent par nous battre de l’intérieur et que la vitre sur quoi sa propre vie bute, c’est soi. Ce journal intérieur s’approche au plus proche de la blessure, il y a là une posture de défi, comme s’il fallait tenir tête désormais pour sauver en soi l’enfant qui ne le pouvait pas ; mais surtout une position de survie, c’est à dire regarder cette violence dévorante droit dans les yeux, sans s’y dissoudre, sans qu’elle ne finisse de happer l’homme d'aujourd’hui. Ecrire n’est pas suffisant et vivre semble un peu trop – que faire face à une colère noire ? La maison, les frênes par la fenêtre, les livres familiers de la bibliothèque, le verger patiemment cultivé, c’est l’édification d’une cabane grandeur nature – à la grandeur de la vie – où se réfugier. Comment apaiser en soi un enfant qui ne dort pas ? En regardant un autre grandir, ignorant de son importance et de son rôle, à la fois terreau et tuteur d’un père qui l’accompagne dans la vie. Cédric Le Penven s’entoure de la croissance des autres, pour se confirmer peut-être à soi-même qu’une main peut aider à grandir plutôt que mettre à terre, guider plutôt que frapper. Il fait tourner le prisme de la main et du poing, facettes d’une même chair, qui projettent alternativement les lumières et les ombres. Main qui caresse, qui cultive, que l’on serre, ou que l’on agite de loin, qui indique une direction ou dit non. Main qui frappe, qui ferme, blesse, étrangle, ou cache ou rafraîchit un visage. Main qui palpe l’écorce des arbres, flatte la chienne en promenade, plonge dans l’eau de la rivière, cueille un fruit, accueille les êtres aimés : la vie devient enfin un environnement familier au sein le monde, dont l’indifférence apaisante aide à vivre. Au milieu des chênes et des causses, dans les herbes ou sous le regard des vaches, le long des ruisseaux, des soirs doux et des prunes d’été, Cédric Le Penven regarde la beauté du monde se faire et se défaire. Dans le vol des oiseaux, les branches nues qui se chargent de feuilles, de fleurs et de fruits, les paysages qui traversent les saisons. Et soi au milieu, peut-être pas pour trouver une place qui nous attende, mais pour en dégager soi-même l’espace matinal de la croissance et de la beauté – en quête des autres, de l’amour des autres, comme s’il fallait toujours, dans une dernière angoisse, se faire pardonner ce que l’on pourrait être. 

 

Cédric Le Penven est né en 1980. Agrégé de Lettres Modernes, il vit et enseigne dans le Sud-Ouest de la France. Spécialiste de l’œuvre poétique de Thierry Metz, il a publié une dizaine de recueils où se développe une interrogation du biographique dans le monde, entre réminiscences et voyages, quotidien et introspection. Son écriture cherche à cautériser les plaies de l’enfance et du temps présent, dans une quête constante de clarté. Il a obtenu le prix Voronca en 2004 pour Elle, le givre, paru aux éditions Jacques Brémond, et le prix Yvan Goll pour son recueil Nuit de peu, paru aux éditions Tarabuste en 2016.

Du même auteur, aux Editions Unes

Facebook Email Website

Editions Unes

13, avenue Pauliani - 06000 Nice

contact@editionsunes.fr

04 93 62 14 40 - 06 98 84 21 14

www.editionsunes.fr

 

Diffusion-Distribution : Les Belles Lettres

  

   

 

 

 

 

Retour

Jean-Paul Escudier avocat, écrivain et poète, publie un nouveau livre:

 "Quatre pensées par jour pour mieux vivre"

 Cliquez sur le lien suivant afin de découvrir l'article

 "UN MAÎTRE DU BARREAU ET DE LA PLUME : JEAN-PAUL ESCUDIER"

https://www.lepetitjournal.net/31-haute-garonne/2021/09/07/un-maitre-du-barreau-et-de-la-plume-jean-paul-escudier/#gsc.tab=0

Voir également :  http://editions-ixcea.fr/produit/quatre-pensees-par-jour-pour-mieux-vivre/ 

 

Retour

Retour

A commander à l'auteure : mc.gc@orange.fr 

à (me) commander dès maintenant

De 19 à 49 ans, poèmes accrochés au fil du temps, balancés à l’amer de l’amour. Fragiles embarcations ballottées entre espoir et désillusion, colère et tendresse, aveux sensibles déguisés parfois de mots crus, radeaux de l’éternelle dernière chance, toujours en quête d’une île quelque part, d’un port tendre, d’une plage d’authenticité, car cœur de femme incorrigible ne sait battre pour lui seul. Toujours prêt à aller se fracasser pour une histoire d’amour… histoire d’aimer.

44 pages, trois collages dont deux en couleursédité et imprimé maison sur papier haut de gamme90 g calcaire couverture 250 g calcaire100 % recyclé

12 € + 2,50 pour le port

                                                                                                                                          "impalpablecaillou glissésous les pasquotidiensl’amour dérangeinterpelle et démangel’amour n’a jamaisle visage qu’on lui prêtel’amour se plaîtsans queueni tête"❤

Merci de soutenir les créateurs indépendants !!

Tout : http://cathygarcia.hautetfort.com/

Art : https://gribouglyphesdecathygarcia.wordpress.com/

http://materiossagesartnaturel.hautetfort.com/

http://ledecompresseuratelierpictopoetiquedecathygarcia.hautetfort.com/

Conseil littéraire & aide à l’écriture : http://cathygarciacanalesconseil.hautetfort.com/

Association : http://associationeditionsnouveauxdelits.hautetfort.com/

Photo : http://imagesducausse.hautetfort.com/

Retour

 

 Belvedere n° 62 

n.62 Juillet- Septembre 2021

(obligations légales – obblighi di legge)

COMMUNIQUÉ DU GOUVERNEMENT D’HEXAGONIE

COMUNICATO DEL GOVERNO ITALIOTA

Sommaire

Nugae

Notturno a Saint Didier

Cimetière à Saint Didier

Il cimitero sull’isola

Paul Anka et le Destin

POESIA

La casa-frontieraMia Lecomte

L’amletico stuporeAngelo Maugeri

Le noterelle dell’inviato specialeVanni Ronsisvalle

POÉSIE: L’impressionnisme photique - Patrice Dyerval

LIRE

 

Retour

Voir la version en ligne 

beaucoup de poètes pratiquent le vélo, certes sans intention de record sportif, mais la petite reine demeure -et c'est heureux- un moyen de transport compatible avec l'idée d'habiter le monde en poète. 

 

 

Sur le bitume coule le Tour…

 

Sortie en octobre chez la bonne maison Cardère

Le Tour arrive ! Le temps d'un rêve, d'une chanson populaire, le Tour est déjà passé…

Le Tour de France ? « La légende des cycles » disait Antoine Blondin, avec ses héros, ses anges de la montagne, ses Hercule de foire, forçats de la route. Mais c’est aussi un événement populaire sans pareil, la fête aux villages quand la caravane passe avec son cirque de véhicules publicitaires.

En septembre 2020, dans les Hautes-Alpes (vallée du Champsaur), le photographe Denis Lebioda a saisi avec humour et tendresse la folie douce qui s’empare des spectateurs massés sur le bord de la route. Il s’est intéressé à la façon dont le Tour de France prend possession des territoires traversés et… de ses habitants. Un spectacle festif, cyclique, mythique et un peu fou. Décodage en images d’un barnum itinérant et désormais patrimonial.

 

Rassemblant environ quatre-vingt photographies noir et blanc, l'ouvrage, traité en bichromie, se déroule sur 104 pages au format 20 x 25 à la française. Son prix public est de 28 €.

Sortie octobre 2021, isbn 978-2-37649-021-0, collection REGARD D’AILLEURS.

 

Les photographies

Sensible au travail des hommes, à leurs conditions de vie et à leur environnement quotidien, le photographe Denis LEBIODA vit et travaille dans les Hautes-Alpes. Par ses photographies il s'attache à documenter divers aspects et moments de la vie du territoire haut-alpin : agriculture, tourisme, patrimoine, environnement, vie sociale, activités sportives et de loisirs... Ses travaux font régulièrement l'objet de publications et d'expositions.

Les textes

Ethnologue, Guillaume LEBAUDY est cyclopédiste de père en fils. Il a parcouru les Alpes et les Pyrénées à vélo et écrit plusieurs articles sur le cyclisme dans la revue L'Alpe et pour la Cinémathèque de montagne de Gap. Il étudie la montagne, ses usages et sa mise en patrimoine depuis plus de vingt ans dans les Alpes où il réside.

Jeune auteur géographe et cycliste accompli, Antonin VAN DER STRAETEN signe la postface.

Où commander le livre

En préachat jusqu’à sa sortie en octobre 2021 : par internet ou courrier (chèque) Cardère 19 rue Agricol Perdiguier 84000 Avignon (sans frais de port).

Ensuite, chez l’éditeur ou par votre libraire préféré…

Denis Lebioda, Guillaume Lebaudy et la bonne maison Cardère, socquettes blanches et cuissards moulants, chaînes et pignons bien huilés, vous réjouiront après l’été au terme d’une longue échappée belle…

 

Retour

www.hamid-larbi.net

Retour

Patrice Maltaverne nous communique :
 "Le tête-à-queue de la jeunesse posthume" et autres actualités du Citron Gare

 

Je vous informe que l’association le Citron Gare participera au salon « Voyage en Livres », qui se déroulera les 28 et 29 août prochains à La Clayette (Saône et Loire).

Vous trouverez le programme détaillé de ce salon, dont voici le site : https://voyageenlivres.com/

Une page Facebook a également été créée pour l'événement (pour partage) : https://www.facebook.com/events/762648967560007

En outre, l'association "Le Citron gare" vous annonce la publication de son 18e recueil :

 « Le tête-à-queue de la jeunesse posthume » (voir bon de commande).

 

Il s’agit d’une anthologie de 50 de mes poèmes écrits entre 1989 et 2020 et dont la plupart ont été publiés en revues. Une manière de mesurer le temps parcouru et d’adresser un clin d’œil à des publications (dont certaines sont hélas disparues) sans lesquelles nombre de nos poèmes resteraient ad vitam aeternam dans un tiroir.

 

Si vous souhaitez vous procurer ce livre, vous pouvez faire un tour sur le blog des éditions : https://lecitrongareeditions.blogspot.com/2021/08/le-tete-queue-de-la-jeunesse-posthume.html et m'écrire. 

 

Vous pouvez aussi vous procurer les autres recueils édités par le Citron Gare, notamment « Devant l’ailleurs » de Marie Alcance, sorti en juin dernier (https://lecitrongareeditions.blogspot.com/2021/06/devant-lailleurs-de-marie-alcance.html).

 

Vous trouverez enfin ci-dessous, trois liens qui vous permettront d'aller faire un tour sur le blog de Traction-brabant, ainsi que sur les deux blogs de mes chroniques poétiques :

 

http://traction-brabant.blogspot.fr/

 

http://poesiechroniquetamalle.blogspot.fr/

http://cestvousparcequecestbien.blogspot.fr/

 

 

Patrice Maltaverne

et l'association Le Citron Gare

 

Retour

 
Voir: http://loiseaudefeudugarlaban.blogspot.com/2021/07/le-n14-des-cahiers-max-rouquette.html
Nous avons déjà eu l'occasion dans ce blog de parler des Cahiers MAX ROUQUETTE. Nous sommes heureux aujourd'hui de présenter leur dernière livraison dont le sommaire est particulièrement riche et témoigne une fois de plus de
 l'étonnante fécondité des Lettres d'Oc, à la fois passée et
 présente.
loiseaudefeudugarlaban.blogspot.com

Retour

 

Les éditions The Menthol-house ont le plaisir de vous annoncer la sortie du livre CHIENNE DE PLAINTE, le dernier ouvrage de Chantal Danjou, dans sa collection Orties où se retrouvent des textes de femmes qui résistent.

En neuf nouvelles, la romancière propose un regard très personnel sur la violence des relations amoureuses et revient sur la question féminine. Au fil de superpositions sensitives elle n’a de cesse de nous confronter à notre propre errance, avec une écriture tendue de chagrin et de passion.

Auteur d’une trentaine d’ouvrages, critique littéraire, Chantal Danjou vit et travaille aujourd’hui dans le Var. Mêlant les genres, son écriture libre, insolite et neuve, étonne le lecteur

 
 
CONTACTThe Menthol House176 Rue Jeanne d'Arc75013 PARISTÉLÉPHONE+33 (0) 143 71 79 46EMAILcontact@the-menthol-house.com
 

 

Retour

Michel Azens nous communique : 

J'ai le plaisir de vous annoncer la sortie de mon nouveau livre :

Sud Insolite  Histoires étonnantes et détonantes...

Vient de paraître ce nouvel opus de Michel Azens, Sud insolite. Ce livre réunit un certain nombre d’articles parus sur le site sudinsolite.com. Ce rendez-vous des internautes étant ajourné, l’auteur a pensé qu’il était opportun d’en reprendre quelques-uns, non sans les avoir réactualisés et  sourcés, auxquels de nouvelles illustrations ont été ajoutées. Trente-sept nouvelles qui couvrent près de dix départements de notre Sud-Ouest. Quelques trouvailles au passage : La croix d’Hendaye, chère à Fulcanelli ; la clinique hantée d’Arcachon, dont il ne reste plus pierre sur pierre ; le cimetière profané de Marseillette, près de Carcassonne ; l’inventaire musical de l’abbé Saunière, retrouvé dans la tour Magdala ; la noyade de Pierre François d’Hautpoul, lors de la crue toulousaine de 1875 ; le trésor du Grand Romain à Martres-Tolosane, dont Nostradamus fit état dans ses Centuries ; les sortilèges de la villa Belza, coqueluche du gotha de Biarritz ; le Christ noir de l’église de Prades ; la faute d’orthographe sur la tombe de Georges Brassens,  etc. etc.Sud insolite est un livre de 100 pages, agrémentées d’illustrations couleur. Disponible dans les librairies de Rennes-le-Château et la librairie de la rose Disponible également à la FNAC et Amazon.fr

 

Retour

Bernard Grasset nous communique :

Voir les trois premiers échos de la parution

d'Ars poetica et Poèmes bibliques

de Yorgos Thèmelis.

 

Ce poète grec contemporain porte un regard lucide

sur l'homme et notre monde, dénonçant la transformation

de notre belle maison en maison de commerce tout en appelant

à retrouver la vérité d'un langage qui accueille

la lumière éclairant chacun de nos jours.

Poète à découvrir.

Voir :

https://www.terreaciel.net/Yorgos-Themelis-Ars-Poetica-Poemes-bibliques-presentes-et-traduits-du-grec

Yorgos Thèmelis, Ars Poetica & Poèmes bibliques | lelitteraire.com

et doc1    doc2

 

Retour

EDITIONS  DOMENS

1990 - 2020, 30 ans d'édition à PézenasVient de paraître :

Louis Germain, instituteur et père spirituel d'Albert CamusPatrick De Meerleer

Sur mon cheval Frédéric Jacques Temple

Misère de la Kabylie Albert Camus

Un Arabe de siècle en siècle André Miquel

En mode avion Louise Emö

Par la porte entrouverte Aytekin Karaçoban

Dernières publications :Giono Jean Carrière

Je n'ai jamais plaidé que pour moi Gérard Christol

Coïncidences Henri Quatrefages

C'est par les failles que passe la lumière Docteur Cathy Blanc

Un lieu dédié à l'écrit

22, rue Victor-Hugo  BP 21 34120 Pézenas France 04.67.62.26.34

Retour

 
 
Éditions ObsidianeVingt-cinquième Secousserevue de littérature
© Wanda Heinrichová 
 Quoi ? Petr Král.Textes de Petr Král (dont inédits)et François Boddaert, Pascal Boulage, Jean-Claude Caër,Michel Ciment, Pascal Commère, Christian Doumet,Bruno Grégoire & Anne Segal, Wanda Heinrichová,Alain Joubert, Patrick Maury, Georges-Henri Morin,Emmanuel Moses, Gérard Noiret, Alain Roussel,Valérie Rouzeau, Pierre Vandrepote, Sanda VoïcaAlbum photo
Facebook
Website
Éditions Obsidiane18, chemin du camp gaulois / ChâteauBussy-le-Repos 89500France

 

Retour

 
Le poète toulousain 
Stéphane Amiot 
publie son dernier livre de poèmes 
La nuit m'a soufflé sa lumière
aux éditions Unicité.
Voir les couvertures 1   2
Ce livre fera l'objet d'une prochaine émission

 

Retour

Les actualités des  
"Editions Jas sauvages" 
voir doc

Retour

Le nouveau livre de Pierre Thiollière : Légendes du siècle

Écrit depuis Madagascar à l’époque de la guerre américaine au Vietnam, le « Chant pour tuer le Vautour » ouvre l’horizon du livre sur les vastes continents du sud et leurs héros : le Congolais Lumumba, l’Argentin Che Guevara, le Vietnamien Ho Chi Minh et bien d’autres, y compris les foules héroïques anonymes (des Aborigènes d’Australie aux Gilets Jaunes…) qui luttent pour leurs droits. Les héroïnes ont leur part, guérilleras nicaraguayennes ou Premières Ministres de l’Inde ou du Sri Lanka. L’Europe n’est pas oubliée, avec ses héros positifs ou négatifs, les capitaines portugais de la révolution des œillets ou Madame Thatcher. Les récits, en vers classiques ou en versets libres, pleins d’ampleur épique ou d’ironie malicieuse, sont circonscrits au siècle du poète, qui commence au lendemain de la seconde guerre mondiale, en 1948 et dont les pulsations persistent dans ces années 2020.

Les Légendes de Pierre Thiollière vous ouvrent grand les portes du monde et du siècle que vous habitez.

ISBN 978-2-9563996-3-6, 12€

À commander chez votre libraire ou directement auprès de :

Pierre THIOLLIÈRE

Garrigues

11170 Cenne Monestiés

tel. 06 98 91 71 20 / 09 64 07 12 92

thiollierep@wanadoo.fr     http://thiolliere.unblog.fr     http://pierre.thiolliere.over-blog.com     http://editions-du-chat-lezard.webnode.fr

Les principaux personnages qui apparaissent dans le livre (d’autres apparaîtront sans doute un jour) :

Patrice Lumumba, Monja Jaona, Hailé Sélassié, Bob Marley, Yennenga, Thomas Sankara, Nelson Mandela, Mouammar Kadhafi, Che Guevara, Angela Davis, Salvador Allende, Tomás Borge, brigadistes et guérilleras au Nicaragua, le sous-commandant Marcos, Lula, Pepe Mújica, Sirimavo Bandaranaike, Indira Gandhi, Ho Chi Minh, Peng Dehuai (trahi par Mao), les Palestiniens, Megawati Soekarnoputri, canaques, aborigènes d'Australie, De Gaulle et les étudiants de mai 68, Alexandre Dubček, Otelo de Carvalho, Francisco Franco, Mikhaïl Gorbatchev, Boris Eltsine, les réfugiés, Maggie Thatcher, Augusto Pinochet, les morts de Charlie, les Gilets Jaunes, …

Retour

 

Le livre est disponible en librairie. Il peut aussi être commandé sur le site des éditions Ressouvenances (voir lien ci-dessous).

http://www.ressouvenances.fr/epages/62046842.sf/fr_FR/?ObjectPath=/Shops/62046842/Products/329

C’est la première fois que des recueils complets de YòrgosThèmelis sont traduits en français.

 

Retour

 BELVÉDÈRE 61  Avril-Juin 2021

SOMMAIRE

Pluie de citations (Pioggia di citazioni) Andrea Genovese : Odissea minima vintage

Vanessa De Pizzol : Pellegrinaggio con l’Ulisse italiano di Brigitte Urbani

BELVÉDÈRE d’Andrea Genovese

Temporale a La Vindonissa

Paysage à Saint Didier  Apollon l’Eclairant

Livres (Libri)

Louise Glück: Un Prix Nobel aux fraises sauvages

Œdipe à la sauce gauloise : Christine Angot par Francesca Forcolin

Deux rapatriés : Gilles ZerliniJean-Paul Bourdet

Francesco Galatà su Quasimodo traduttore delle Georgiche

BELVEDERE de Vanessa De Pizzol

Poétique de la file d’attente

Antonia Pozzi, “la poeta delle montagne” Poésie

voir la revue 

Retour

 

http://traction-brabant.blogspot.fr/

 

http://poesiechroniquetamalle.blogspot.fr/

http://cestvousparcequecestbien.blogspot.fr/

 

 

Retour

 

VERNET JOËL

 

Marcher est ma plus belle façon de vivre

Notes éparses

Il est encore temps d’aller aux fontaines, de trancher les secondes comme un fruit, d’écouter le chant des paroles montant de Babel.

Personne n’est plus dans sa vie, dans aucune vie. Oui, tout est à réinventer, tout. Même l’amour, surtout l’amour et la bonté. Ces deux diamants qui se sont éteints au cours des siècles, sur lesquels nous avons jeté les eaux de nos tourments, sur lesquels nous crachons notre fiel. Oui, tout est à faire jaillir de la lumière, pour étendre la liberté, la liberté de tous. Nous sommes au matin de l’aventure fabuleuse, avec nos outils de préhistoire, nos goûts de caverne, nos vieux démons. Nous manquent la fraîcheur des sources, le renouveau des fleuves, la fraternité des oiseaux. Nous manque le plus simple que nous avons relégué aux oubliettes. Il est encore temps d’aller aux fontaines.Ce livre est composé de quatre parties: Lettre au voyage immobile, qui fait office d’introduction au reste du récit. / L’homme désaffecté : L’homme désaffecté : ton semblable, ton double. / La lumière n’est à personne : Les vrais travaux, les seuls, sont des travaux du vent. / La lumière dans les arbres : J’ai aperçu les premiers bourgeons dans le jardin où se renverse toujours la course du soleil.

 

 

COLLECTIF

Un poème est passé

Editeur La rumeur libre 

Anthologie établie par Yvon Le Men et Thierry Renard

Un poème est passé est une anthologie par temps de pandémie. Une anthologie née d’une situation exceptionnelle – que nous souhaiterions garder en mémoire comme quelque chose d’exceptionnel, dans le sens d’absence de répétition.

Un poème est passéest une anthologie par temps de pandémie. Une anthologie née d’une situation exceptionnelle – que nous souhaiterions garder en mémoire comme quelque chose d’exceptionnel, dans le sens d’absence de répétition.  

De cette situation est né un besoin de rester en contact. Quelque chose en nous voulait continuer à faire société. Sans rencontre possible, il nous fallait garder ce qui donne à penser, à imaginer, inventer, créer.   

Des voix poétiques confirmées, d’autres plus discrètes.   

Des écritures habituées, des écritures de toute première fois, mais de nombreuses écritures à partager.   

Rassembler en un volume une sélection de textes, pour la plupart inédits, dont certains ont tout de même fait l’objet d’une première apparition, notamment sur le net, grâce à notre lettre d’information.   

Cet ouvrage est né d’une impérieuse nécessité. Des sources de l’amitié, tout d’abord. D’une certaine idée de la générosité, ensuite. Une anthologie unique, réunissant des textes arrivés d’un peu partout et contribuant à améliorer notre trop humaine condition.   

La poésie est partout présente ici, dans chaque phrase, dans chacun des vers proposés.   

La poésie est, dorénavant, pour nous comme pour l’ensemble des auteurs rassemblés dans ce livre, l’un des plus fréquents et, cependant, des plus inhabituels surnoms de la vie.   

 

 

 

SALAGER ANNIE

Le Chant du terrestre

Editeur La rumeur libre 

S’envoler au milieu des oiseaux qui emmêlent au bout du bec l’instant de vie et l’intense du ciel.

Un recueil de louange au vivant, écrit dans les deux années qui ont précédé la pandémie. Son regard sur la nature exprime tout à la fois les blessures infligées à celle-ci par nos sociétés et l’espoir qu’elle représente depuis toujours pour chacun de nous.

/Ce cri, tombé sur nous comme sur tout/ le terrestre dont nous cassons partout/ l’harmonie avec inconscience et mépris,/ du fric en fièvre aux forêts abattues,/ saurons-nous entendre ce cri ?/

/Là-haut voici soudain la lune pâle/ dans l’éclat du ciel bleu d’avril/ pareille à une illusion d’être, pareille/ à un nuage tout là-haut où elle nous apparaît,/ comme la terre encore, de beauté revêtue !/

 

Ce recueil est composé de trois parties : Poser un pied : Quand vous souriez un accord de lumière/vient caresser la vie sur vos visages/ Contempler : Est poésie/ ce qui prend en charge/ la douleur du monde/ Habiter : Oui la pensée crée le regard,/ et sans les mots comment penser ?